Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    La Charte de la chicane

    18 septembre 2013 |Francine Pelletier | Québec








    Consultez tous nos textes
    sur la Charte des valeurs québécoises

    Je ne sais pas pour vous, mais la Charte des valeurs québécoises est un sujet de discussion constante autour de moi. D’engueulade aussi. Et ce n’est pas, n’en déplaise au ministre Bernard Drainville, parce qu’on est incapable d’en discuter posément. C’est parce qu’il y a énormément en jeu. Aussi parce que le débat oppose des gens qui généralement s’entendent : des indépendantistes, des féministes, des pratiquants religieux… L’expulsion de Maria Mourani nous l’aura fait comprendre : le potentiel de mésentente est plus grand que jamais.

     

    C’est ainsi que je me suis retrouvée à m’engueuler, un soir de gala, avec le chum d’une amie. Ce qu’on n’a pas vu venir, ni l’un ni l’autre, et qui a laissé une drôle d’impression.

     

    Ça vous est peut-être arrivé, lors d’un souper de famille, de vous retrouver soudainement à couteaux tirés avec votre cousin, votre beau-frère ou même votre propre soeur, une personne que vous croyez bien connaître et avec qui vous avez beaucoup de choses en commun. Et, bingo, vous ne la reconnaissez plus. Sentiment étrange de trahison, d’insulte même, qui ne se produirait probablement pas avec un étranger. Comment peut-elle penser une chose pareille ?…

     

    Bien sûr, ce n’est pas parce qu’on vient de la même famille qu’on est toujours de la même famille. On finit par le comprendre et, éventuellement, l’accepter. On ne passe pas si facilement l’éponge quand il s’agit de quelqu’un censé avoir les mêmes « valeurs ». Ce qui me ramène au chum de mon amie qui, sans avoir mené les mêmes batailles que moi, regarde, disons, dans la même direction. Et pourtant, il est fier de la Charte proposée par le gouvernement Marois, ne voit pas là de discrimination envers les minorités religieuses, ni de menace aux droits fondamentaux. Il voit une grande avancée vers la « modernité ». Je pense bien que c’est le mot qu’il a utilisé. Comme pour l’historien Yvan Lamonde, interviewé dans Le Devoir cette semaine, il voit cette Charte comme le parachèvement de la laïcisation entrepris durant la Révolution tranquille.

     

    Au bout de quinze minutes de verbe haut et de veines dans le cou, on était d’accord sur seulement deux points (mis à part le principe de laïcité, sur lequel à peu près tout le monde s’entend). Un, le crucifix n’a pas sa place à l’Assemblée nationale, et deux, les principes fondamentaux sont des vases communicants. On ne peut minimiser le droit à la pratique religieuse sans que le droit à l’égalité hommes-femmes, par exemple, soit affaibli aussi. Juger un droit, déjà reconnu comme vital à l’épanouissement humain, moins « fondamental » qu’un autre ouvre la porte au relativisme de tous les autres droits. Mais, sur le fond, on est restés, bien qu’assis quasi côte à côte (c’est mon amie, la pauvre, qui nous séparait), à des années-lumière.

     

    Clivage entre générations

     

    Considérant quelqu’un qui vit comme moi, qui veut essentiellement les mêmes choses de la vie, les mêmes choses également pour le Québec, qu’est-ce qui explique tout à coup ce fossé ? Qu’est-ce qui explique qu’il est prêt à pardonner les contradictions de la Charte, dont cet invraisemblable crucifix, et les manoeuvres grossièrement électoralistes du PQ, et pas moi ?

     

    Il me semble que ce qui sépare, ici, c’est l’idée qu’on se fait du Québec. D’ailleurs, le dernier sondage indiquant un clivage entre générations - les plus vieux appuient la Charte, les plus jeunes, beaucoup moins - est un exemple de ce que je veux dire. L’idée de cette Charte repose sur un retour en arrière, au temps où les femmes étaient soumises à leur mari et que tout le monde croupissait sous la férule de l’Église. Quand des femmes d’un certain âge affirment « oui à la modernité, non au Moyen-Âge », c’est une transposition directe de leurs souvenirs qu’on entend. Cette vision du pays en est une où les Québécois, et surtout les Québécoises, sont encore des victimes. Il faudrait donc, et de toute urgence, se lever et s’affranchir des forces obscurantistes.

     

    Les plus jeunes, qui, règle générale, ne se voient pas comme des victimes, se reconnaissent difficilement dans cette déformation de la réalité. Ce qui s’est passé dans les années 1960, « l’enjeu démocratique », pour reprendre les termes d’Yvan Lamonde, ne représente pas l’enjeu d’aujourd’hui. À l’époque, il s’agissait de s’affranchir d’un siècle de domination ecclésiastique, ce qui s’est fait de façon largement volontaire, avec le concours de Vatican II, qui incitait les religieux à laisser leurs habits. Aujourd’hui, l’enjeu démocratique concerne essentiellement l’intégration de minorités culturelles. Avant, il s’agissait que de « nous ». Aujourd’hui, il s’agit de la conjugaison (forcée) de nous et des autres. Beaucoup plus difficile, comme l’indique l’étendue de la mésentente, à réaliser.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel