Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    La Charte vise moins de 2 % des fonctionnaires

    Le projet du gouvernement constitue un obstacle de plus à l’intégration des immigrants, dit l’ancien président du Conseil des relations interculturelles

    12 septembre 2013 |Jessica Nadeau | Québec
    Le gouvernement a lancé une campagne publicitaire afin d’informer la population sur les tenants et aboutissants du projet de Charte des valeurs québécoises.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le gouvernement a lancé une campagne publicitaire afin d’informer la population sur les tenants et aboutissants du projet de Charte des valeurs québécoises.








    Consultez tous nos textes sur la Charte des valeurs québécoises
    Québec — La Charte des valeurs québécoises aura l’effet d’un « obstacle supplémentaire » pour les communautés culturelles qui souhaitent avoir accès à la fonction publique, estime l’ancien président du Conseil des relations interculturelles, Arlindo Vieira.

    « Ça va créer plusieurs obstacles, certaines pourraient se décourager de faire une demande pour entrer dans la fonction publique québécoise », convient Arlindo Vieira, qui a rédigé, à titre de président du Conseil des relations interculturelles, un rapport qui analysait les causes de la sous-représentation des communautés culturelles dans la fonction publique. Ce document, présenté en 2001 au ministre de l’Immigration de l’époque Joseph Facal, soutenait que « l’existence préalable d’obstacles systémiques joue un rôle dissuasif important ».

    Le Conseil des relations interculturelles ajoutait que « la force d’attraction que devrait avoir la fonction publique dépend avant tout de la capacité de faire fondre ce mur de glace, une responsabilité qui incombe à l’État lui-même, pour qu’il puisse refléter le plus rapidement possible l’image de la population du Québec d’aujourd’hui ».

    À peine 2 % de la fonction publique

    Plus de dix ans plus tard, Arlindo Vieira constate que la représentation des minorités visibles au sein de la fonction publique n’a pas beaucoup évolué, oscillant toujours autour de 2 %. Si l’on considère que la fonction publique québécoise compte aujourd’hui un peu plus de 68 000 employés, c’est donc autour de 1360 personnes considérées comme des minorités visibles qui œuvrent au sein de la fonction publique. Et bien qu’aucune étude ne fasse état du nombre précis de ces employés de l’État qui portent des signes religieux, M. Vieira estime que c’est une minorité.

    C’est pourquoi, bien qu’il répète que la Charte constituera un « obstacle supplémentaire », il ne s’inquiète pas outre mesure. « Je ne pense pas que, globalement, ça va faire une grande différence, parce que c’est une minorité de gens qui, pour des raisons personnelles, vont s’abstenir ; la plupart des gens qui ont des convictions religieuses ne sont pas des fondamentalistes. C’est très marginal en ce qui a trait au nombre absolu. »

    L’ancien chef de cabinet du ministère des Communautés culturelles et de l’Immigration sous René-Lévesque reproche justement au gouvernement Marois de ne pas avoir mené d’étude à cet égard avant de lancer son projet de charte. « On a pris des moyens très importants sans avoir vraiment analysé le nombre de personnes qui seraient potentiellement affectées par ça. »

    Canada protecteur

    Si Arlindo Vieira dit apprécier « l’effort louable » du gouvernement qui vient clarifier les règles du jeu, il trouve que « ça va trop loin », se positionnant davantage dans la ligne de pensée du rapport Bouchard-Taylor.

    Comme présentée, la Charte envoie un message d’exclusion aux communautés culturelles qui vont nécessairement se replier vers le Canada, estime-t-il. « Sur le plan stratégique, ce n’est pas très habile. Pour un gouvernement souverainiste, je ne vois pas en quoi ça pourrait faire avancer leur cause, puisque ça va probablement faire en sorte que plusieurs vont plutôt voir le Canada comme un rempart, une protection, plutôt que la société inclusive et ouverte que l’on souhaite pour le Québec. Plusieurs verront ça en se disant : une chance qu’on a le Canada pour nous protéger. »

    Bien sûr, précise Arlindo Vieira, ce n’est qu’une question de perception. Mais parfois, ajoute-t-il, la perception dépasse la réalité. « On demeure une société ouverte, il n’y a pas de menace comme telle aux droits fondamentaux, mais la conclusion que plusieurs ont, n’ayant pas accès à d’autres informations que celles qu’ils lisent, est celle des médias anglophones qui présentent les défenseurs de la Charte comme étant des extrémistes qui veulent exclure toutes les minorités et la diversité, et cela, c’est déplorable. »
     

    ***

    Feu vert du syndicat des fonctionnaires

    Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) a donné mercredi son plein appui au projet de Charte des valeurs québécoises présenté par le gouvernement Marois.

    Depuis six ans, le SFPQ, qui représente 42 000 employés de l’État, a procédé à de vastes consultations qui ont abouti à une position prônant la laïcité de l’État et l’interdiction du port de tout signe religieux ostentatoire par les employés de la fonction publique. Aucun des membres du syndicat, dont certains portent au travail des signes religieux comme le hidjab, ne s’est opposé à cette prise de position, a indiqué la présidente générale du SFPQ, Lucie Martineau.

    Les employés de l’État sont déjà soumis à un devoir de réserve quant à leurs opinions politiques, dont l’expression est pourtant protégée par les Chartes des droits ; il devrait en être de même pour les croyances religieuses, a avancé la chef syndicale.

    Selon Lucie Martineau, la prohibition des signes religieux n’entraînerait aucun congédiement, comme ce fut le cas pour le devoir de réserve en matière politique. L’interdiction devrait aussi s’étendre au crucifix à l’Assemblée nationale. « Si on veut être cohérent, on enlève tout, et si j’étais d’une autre religion, je l’exigerais », a-t-elle affirmé.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel