Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Charte des valeurs québécoises - Une mauvaise réponse à un faux problème

    31 août 2013 |Collectif d’auteurs | Québec

    Nous soussignés unissons nos voix pour mettre nos élus et nos concitoyens en garde contre les dispositions de la Charte des valeurs québécoises que le gouvernement confirme vouloir présenter à l’automne. Bien que le texte exact des propositions ne soit pas encore connu, le gouvernement trace déjà un parallèle avec les difficiles débats à l’origine de la Charte de la langue française, sans pourtant qu’on ressente une tension sociale comparable justifiant pareil arsenal législatif. Il évoque le courage politique qui a mené à l’adoption de la loi 101 pour discréditer à l’avance comme simple résistance au changement les voix qui s’élèvent contre le projet actuel.

     

    Les signataires de la présente lettre proviennent de tous les horizons politiques - de la gauche à la droite, du fédéralisme au souverainisme. Nos sensibilités politiques sont très diverses, mais notre malaise, lui, est unanime. La vision du gouvernement ne correspond ni à notre expérience de la société québécoise, ni à l’image que nous souhaitons donner du Québec, ni à un legs politique que nous serions fiers de transmettre aux générations futures.

     

    […]

     

    En proposant d’interdire le port de signes religieux pour les employés des secteurs public et parapublic, le gouvernement suggère, à tort, que le port de tels symboles est en soi suffisant pour traduire l’intention réelle ou présumée d’un individu de laisser ses croyances influencer ses actions et déterminer ses décisions. Cet argument se fonde sur le postulat que le choix d’une personne employée par l’État de porter un symbole religieux - crucifix, hidjab, kippa ou autres - indique de facto sa propension à prendre des décisions partiales dans l’exercice de ses fonctions. Nous croyons que ce postulat repose sur des stéréotypes offensants. Les Québécois qui affichent leur foi ne sont pas moins professionnels ni ne vont agir de façon moins éthique que les individus qui n’ont pas la foi ou qui ne l’affichent pas. […]

     

    Avec son projet, le gouvernement alimente insidieusement le doute quant à l’impact du port de signes religieux sur la solidité du tissu social québécois. Il suggère qu’il est légitime de s’inquiéter du port de tels symboles par un professeur d’université, un employé de Revenu Québec ou un infirmier même si cela, en soi, n’influence en rien la qualité ou le caractère impartial des services offerts par l’État. Ceci est d’autant plus frappant que le gouvernement réitère du même souffle son intention de s’imposer des standards différents de ceux qu’il prescrit à ses citoyens - pensons entre autres au maintien du crucifix à l’Assemblée nationale. La Charte qui nous est proposée est une mauvaise réponse à un faux problème, qu’aucune urgence ne justifie - sinon les visées électorales du gouvernement - et qui ne fera qu’attiser inutilement les tensions entre Québécois.

     

    Nous croyons fermement que nous pouvons continuer à garantir le respect des libertés individuelles, incluant la liberté de conscience, sans que cela se pose en menace pour le caractère distinct du Québec. La promotion et la préservation de la culture québécoise ne passent pas par l’adoption d’un concept éthéré de « valeurs québécoises » et le retrait de droits aux Québécois, mais plutôt, par exemple, par le biais de nos écoles et institutions d’enseignement. Ce sont elles qui mettent et mettront de l’avant une Histoire où toutes les communautés ont eu et ont toujours un rôle à jouer.

     

    Nous sommes fiers de l’héritage culturel et politique distinct du Québec. Cet héritage inclut la Charte québécoise des droits et libertés de la personne, qui garantit déjà les droits individuels, notamment l’égalité entre les hommes et les femmes ainsi que la liberté de conscience. D’ailleurs, ces principes sont plus que des « valeurs » subjectives : ils forment des impératifs de justice. Il est désolant que le gouvernement tente de porter atteinte à ces impératifs à des fins électorales en attisant des tensions […]. Nous attendons plutôt de nos décideurs qu’ils se fassent les porteurs d’une vision s’appuyant sur notre héritage dans l’élaboration de politiques publiques justes, inclusives et ambitieuses.

     

     

    *Maripier Isabelle, doctorante en économie à l’Université de Toronto ; Benjamin Prud’homme, avocat et chercheur en sociologie du droit à l’Université de Montréal ; Émilie Nicolas, doctorante en anthropologie linguistique à l’Université de Toronto ; Julien Gagnon, doctorant en économie à l’Université de Cambridge ; Pierre-Luc Brisson, candidat à la maîtrise en études classiques à l’Université de Montréal.

     

     

    Plus de 30 signataires additionnels se joignent aux auteurs de cette lettre. La version intégrale du texte ainsi que la liste complète des signataires sont disponibles sur la page Web.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.