Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Offensive pour la fluoration de l’eau

    Québec veut que la moitié de la population boive de l’eau fluorée d’ici cinq ans

    2 juillet 2013 |Jessica Nadeau | Québec
    Plusieurs groupes demandaient l’interdiction pure et simple de la fluoration. Les élus ont plutôt choisi de maintenir le statu quo et ont recommandé de travailler sur l’acceptabilité sociale de la fluoration de l'eau.
    Photo: Canal Z Plusieurs groupes demandaient l’interdiction pure et simple de la fluoration. Les élus ont plutôt choisi de maintenir le statu quo et ont recommandé de travailler sur l’acceptabilité sociale de la fluoration de l'eau.
    Québec se lance dans une vaste offensive beaucoup plus énergique dans l’espoir de fluorer l’eau potable pour la moitié de la population d’ici cinq ans. Il s’agit d’une ultime tentative de la Direction de la santé publique qui envisage déjà, si elle venait à échouer, de se tourner vers la fluoration des aliments.

    « On va accentuer les activités d’information et réagir à la désinformation qui se fait actuellement par des moyens communicationnels auprès de la population en utilisant les nouvelles technologies, affirme le directeur national de santé publique et sous-ministre adjoint au ministère de la Santé, Horacio Arruda. Il va falloir être aussi présents [que les opposants] sur la place publique. Ce n’est pas pour entrer en guerre, mais pour rétablir les faits tels qu’on les conçoit. » Selon les experts de la santé publique, la fluoration de l’eau est un outil peu coûteux, efficace et sans danger pour combattre la carie dentaire.


    De l’aveu même du directeur de la santé publique, la dernière stratégie de promotion de la fluoration de l’eau potable, qui s’échelonnait de 2005 à 2012, a été un véritable « échec ». Le plan national visait à faire passer le taux de pénétration de cette mesure de 7 à 50 %. Il est aujourd’hui sous la barre des 3 %.


    Il faut dire que le dernier plan s’est résumé à quelques brochures et subventions octroyées à des agences de santé, a appris Le Devoir. Selon les chiffres du ministère de la Santé et des services sociaux, obtenus en vertu de la Loi d’accès à l’information, la somme totale des montants dépensés pour faire la promotion de la fluoration dans le cadre du programme depuis 2005 totalise à peine plus de 325 000 $.


    « Était-ce suffisant ? demande le Dr Arruda. Si on regarde le résultat, la réponse c’est non. Mais ça ne se mesure pas seulement en argent, il est fort probable qu’on a sous-estimé l’effet des opposants. On n’a peut-être pas été assez agressifs dans les opportunités de revenir sur le dossier. »


    Il faut aujourd’hui « intensifier les choses » et être « beaucoup plus agressifs » sur le plan communicationnel, estime Horacio Arruda. On mise sur une « approche nouvelle » et on compte utiliser le Web, Twitter et compagnie. Il veut investir les médias et songe même à une campagne de publicité télévisée, un outil promotionnel pour lequel il faut compter un minimum de 500 000 $.


    Dans l’ancien plan, les montants étaient accordés au cas par cas. Cette fois-ci, Dr Arruda veut s’assurer que l’argent sera au rendez-vous. « Comme le plan n’est pas complètement terminé, je ne suis pas en mesure de vous donner un chiffre », répond-il, précisant que les besoins seront quantifiés dès que le plan aura été approuvé. « S’il faut investir 500 000 $, on va trouver l’argent à l’intérieur de notre programme. Mais ça va dépendre du plan,les lignes budgétaires ne sont pas prédéterminées. »

     

    Objectif 50 % dans cinq ans


    La Direction de la santé publique veut développer une acceptabilité sociale, selon les recommandations des élus qui se sont penchés sur cette question en commission parlementaire au printemps dernier. Plusieurs groupes demandaient l’interdiction pure et simple de la fluoration. Les élus ont plutôt choisi de maintenir le statu quo et ont recommandé de travailler sur l’acceptabilité sociale. Le Dr Arruda en a fait sa mission personnelle.


    « Si on me demande d’augmenter l’acceptabilité sociale, il faut que je prenne les moyens pour être capable de le faire. Je n’irai pas investir 150 000 $, diluer ça pour que ça ne donne rien. Ça prend un plan qui soit adéquat. »


    L’objectif reste le même que pour le précédent plan, soit de fluorer l’eau de la moitié de la population « et même plus », précise le Dr Arruda. « Je me donne un horizon de cinq ans. Ça va être un travail de longue haleine […] Mais si, dans cinq ans, on a 50 %, on va avoir atteint notre objectif. Si on est à 35 %, on réajustera. »

     

    Dernière chance


    Plutôt que de tenter de convaincre les municipalités de fluorer l’eau, comme c’était le cas ces dernières années, le nouveau plan de promotion se fera d’abord et avant tout auprès des citoyens pour que ces derniers viennent appuyer les démarches des élus municipaux qui peinent à imposer la fluoration en raison de la forte résistance des opposants. Horacio Arruda compte également sur les changements en lien avec les prochaines élections municipales, mais n’a pas l’intention d’en faire un enjeu électoral.


    « Ça ne fait pas partie de notre stratégie. De toute façon, je pense qu’il y aurait un risque important dans le contexte où on n’a pas retravaillé le dossier avec la population. En faire un enjeu municipal avec des gens mal informés, les fantômes vont ressortir. Ce ne serait pas une bonne stratégie. »


    Il compte également sur les professionnels de la santé, dentistes, hygiénistes dentaires, pharmaciens et médecins qui seront sensibilisés et appelés à se prononcer sur le dossier. « On se rend compte que les programmes de fluoration de l’eau trouvent une certaine acceptabilité sociale, une adhésion de la population quand c’est fortement soutenu par les professionnels de la santé, ce qui n’est pas encore le cas au Québec. »


    Il est également conscient que si la Direction de la santé publique intensifie ses efforts, la réponse viendra d’autant plus forte de la part des opposants. « Si, dans un certain temps, on se rend compte que ça bloque, on fera des changements législatifs si c’est nécessaire ou on développera d’autres stratégies pour introduire du fluor dans l’alimentation des individus, avance Horacio Arruda qui précise toutefois que l’introduction de fluor dans l’alimentation s’avère moins efficace que dans l’eau potable. Mais pour le moment, on est dans une dernière chance avec cette population pour intensifier le message. »

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel