Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Dessau et Verreault échouent à l’examen de l’AMF

    Les deux firmes sont écartées des contrats publics jusqu’en 2018

    21 juin 2013 |La Presse canadienne | Québec
    L'UPAC en perquisition dans les bureaux de Dessau, en novembre 2012
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir L'UPAC en perquisition dans les bureaux de Dessau, en novembre 2012
    L’importante firme de génie Dessau a été écartée des appels d’offres publics pour une période de cinq ans, jeudi, à la suite d’une décision défavorable de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

    L’Unité permanente anticorruption (UPAC) avait formulé un avis négatif qui a été maintenu par l’AMF contre Dessau et une entreprise associée, Verreault construction, a indiqué un porte-parole de l’AMF, Sylvain Théberge.


    « Dans ces deux cas, les vérifications et les résultats de ces vérifications ont mené l’UPAC à faire une recommandation négative et l’AMF a fait un examen de la chose et a maintenu cette recommandation », a-t-il dit lors d’une entrevue à La Presse canadienne.


    Selon le Registre des entreprises non admissibles aux contrats publics, les deux entreprises seront écartées jusqu’au 19 juin 2018.


    Des démissions


    En vue de favoriser le processus d’habilitation sécuritaire de l’AMF, nécessaire pour obtenir des contrats publics de 40 millions de dollars et plus, Dessau avait annoncé la semaine dernière la démission de son président et chef de la direction, Jean-Pierre Sauriol.


    Son frère Rosaire Sauriol a lui aussi quitté son poste de vice-président chez Dessau pour l’Amérique latine, après son témoignage devant la commission Charbonneau, en mars dernier.


    Rosaire Sauriol avait exposé les pratiques de collusion et de fausse facturation de Dessau destinées à financer illégalement des partis politiques.


    Encore cette semaine, un dirigeant de Dessau, Patrice Laporte, a fait les manchettes lorsque son nom a été mentionné dans l’acte d’accusation déposé contre l’ex-maire de Montréal, Michael Applebaum, qui a démissionné mardi après avoir été arrêté par la police. Dessau a affirmé que M. Laporte avait été suspendu de ses fonctions par la suite.


    L’entreprise de construction Verreault est aussi un acteur important du secteur.


    La vice-présidente principale de Dessau, Isabelle Jodoin, a affirmé que la décision de l’AMF aura un impact immédiat sur les activités de l’entreprise. Mme Jodoin a expliqué que des employés devront être mis à pied, les contrats publics comptant pour 75 % des activités de Dessau. « C’est inacceptable, ça va avoir un effet dévastateur », a-t-elle dit.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel