Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Couillard ne voit pas de problème à un retour de Normandeau

    «Il faut faire une grande distinction entre les tentatives de culpabilité par association et les illégalités avérées»

    1 juin 2013 |Thierry Haroun | Québec
    <div>
	Nathalie Normandeau</div>
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir
    Nathalie Normandeau
    Le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, ne voit pas de problème à un retour à la vie politique de l’ex-ministre des Ressources naturelles, Nathalie Normandeau, malgré le fait que son nom a été cité à la commission Charbonneau l’automne dernier.

    C’est ce qui ressort d’une entrevue accordée au Devoir par M. Couillard lors de son passage à Percé, cette semaine, dans le cadre de sa tournée des régions. Questionné à savoir si le simple fait que le nom de Nathalie Normandeau a été mentionné durant la commission Charbonneau pouvait nuire à son retour éventuel en politique et, le cas échéant, s’il y voyait un inconvénient, M. Couillard a répondu : « D’abord, il faut noter jusqu’à quel point Nathalie Normandeau aime la Gaspésie et à quel point la Gaspésie le lui rend bien. J’ai entendu des témoignages d’affection et de reconnaissance [envers elle] partout en Gaspésie. Je pense que c’est un élément important. »


    Si Nathalie Normandeau a été éclaboussée durant la commission Charbonneau, tout comme les ex-ministres Line Beauchamp, Michelle Courchesne et Jean-Marc Fournier, M. Couillard a rappelé qu’il n’y a pas eu pour autant de preuves d’infractions en ce qui les concerne. « Pour ce qui est des individus dont le nom est mentionné à la commission, je pense qu’il faut faire une grande distinction entre les tentatives de culpabilité par association et les illégalités avérées. Que je sache, il n’y a pas d’illégalités avérées qui ont été mises en évidence concernant les personnes que vous mentionnez. »


    Cette semaine, Nathalie Normandeau, qui a quitté la vie politique en septembre 2011, a évoqué un retour sur la scène politique lors d’une entrevue accordée au Soleil. Mme Normandeau occupe aujourd’hui le poste de vice-présidente au développement stratégique pour la firme Raymond Chabot Grant Thornton à Montréal.


    N’empêche que l’image joue en politique, admet M. Couillard. « Absolument. C’est pour ça qu’il faut avoir une attitude transparente et communiquer clairement à la population qu’on prend acte de toutes ces questions. On engage notre parti - et je ne parle pas des autres partis qui sont mentionnés ou qui ont été mentionnés [à la commission Charbonneau] - dans une réforme fondamentale qui va nous permettre de nous adapter à cette nouvelle façon de faire. Et moi, je me félicite de ce nouvel environnement. Par exemple de la présence d’une législation [limitant] les contributions à 100 $. Je trouve que c’est un environnement beaucoup plus sain pour faire de la politique », a fait valoir Philippe Couillard.


    L’ancien ministre de la Santé dans le gouvernement de Jean Charest de 2003 à 2008 a enchaîné sur la commission Charbonneau plus largement : « J’ai deux ou trois éléments à dire à ce sujet-là. Il est très important pour notre société de tourner la page, mais après avoir bien lu. En fait, il ne faut pas tourner la page trop rapidement et bien voir les leçons qui sont là et s’assurer qu’on mettra les correctifs en place en sachant que ces correctifs doivent constamment être réévalués à l’avenir. »


    Quarante roses


    On rappellera que le nom de Nathalie Normandeau a été cité à la commission Charbonneau en octobre dernier par l’ex-entrepreneur en construction Lino Zambito. On y apprenait à ce moment-là que « la première fois que M. Zambito a mis le pied dans l’univers du financement des partis provinciaux remonte à 2006. C’était à l’occasion d’un souper-bénéfice (1000 $ le billet) au restaurant Sirocco, à Québec, dont la ministre des Affaires municipales et vice-première ministre Nathalie Normandeau était l’invitée d’honneur. Un an plus tard, à l’automne 2007, M. Zambito se rend encore à Québec pour une soirée de financement sous la présidence de Mme Normandeau. M. Zambito achète trois billets de 2000 $ chacun après avoir été sollicité, encore une fois, par une firme de génie », rapportait Le Devoir le 10 octobre dernier. Et c’est sans parler des quarante roses que M. Zambito a expédiées en 2008 à Mme Normandeau pour ses quarante ans.


    Ces allégations avaient vivement fait réagir Mme Normandeau, qui avait publié un communiqué quelques heures plus tard afin de réitérer le fait qu’elle a toujours exercé ses fonctions de députée et de ministre avec « honnêteté et intégrité » en tenant à se dissocier « fermement des allégations de Lino Zambito » relatives aux activités de financement du Parti libéral du Québec. « Comme plusieurs de mes collègues ministres, j’ai été appelée à participer à des activités de financement à titre d’invitée ou de conférencière. Au fil des ans, j’ai pris part à quelques dizaines d’événements de ce genre, et ce, dans plusieurs régions du Québec. Cependant, jamais je n’ai été impliquée dans l’organisation de telles activités », avait-elle affirmé.


     

    Collaborateur













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.