Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Affaire Porter: Couillard reste muet

    Le chef libéral avait nommé le docteur Porter à la tête du CUSM

    29 mai 2013 |Robert Dutrisac | Québec
    Arthur Porter affirmait en mars souffrir d’un cancer et qu’il était trop malade pour se déplacer.
    Photo: Jeff Todd Associated Press Arthur Porter affirmait en mars souffrir d’un cancer et qu’il était trop malade pour se déplacer.
    Quinze jours pour contester l’extradition

    Arthur Porter a quinze jours pour contester son extradition vers le Canada après son arrestation cette semaine au Panama. L’ancien patron du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) et sa femme, Pamela, ont été arrêtés dans ce pays d’Amérique centrale lundi. La porte-parole de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) a expliqué mardi que le couple pourrait s’opposer à son extradition vers le Canada, où l’homme et la femme font face à plusieurs chefs d’accusation, dont celui de fraude.

    Bien que présent au Parlement, Philippe Couillard n’a pas commenté, mardi, l’arrestation de celui qui fut un de ses grands amis, le Dr Arthur Porter.


    Le chef libéral a évité les journalistes, prenant la route pour la Gaspésie sur le coup de midi. « C’est une tempête dans un verre d’eau », a fait valoir son attaché de presse, Harold Fortin.


    « Il en a parlé [du Dr Porter] en long et en large, tout le temps. Ce n’est pas comme s’il avait évité les questions, bien au contraire. » L’attaché de presse a cité les émissions lors desquelles Philippe Couillard a dû expliquer la nature de ses relations avec l’ex-directeur général du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) et il a rappelé que de nombreux articles avaient traité de la question.


    Arthur Porter, qui faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international après que l’Unité permanente anticorruption (UPAC) eut émis le sien en février, fut appréhendé par les autorités du Panama lundi. Il est accusé de fraude concernant la construction du mégahôpital de 1,3 milliard et d’avoir accepté des millions en pots-de-vin versés par des dirigeants de SNC-Lavalin.


    Si Philippe Couillard s’est montré avare de commentaires, il en fut tout autrement du ministre de la Santé et des Services sociaux, Réjean Hébert. Les explications données par le chef libéral jusqu’à maintenant ne le satisfont pas. « Il doit expliquer quelles étaient ses relations avec M. Porter exactement et pourquoi la situation au CUSM s’est détériorée », a-t-il affirmé.


    « Il faut être responsable de ses actes passés. M. Couillard avait des amitiés qui étaient discutables », a ajouté le ministre.


    « Il n’a pas été en accusation de quoi que ce soit, M. Couillard, directement, a-t-il nuancé. Le problème, c’est le jugement de M. Couillard », qui, en tant que ministre de la Santé, a approuvé la nomination d’Arthur Porter à la tête du CUSM.


    Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a dit qu’il avait hâte d’entendre le témoignage du Dr Porter. « On a eu la version de Philippe Couillard sur M. Porter. Moi, j’ai hâte d’avoir la version de M. Porter sur Philippe Couillard. M. Porter a dit qu’il avait beaucoup de choses à dire sur la classe politique. »


    Pour sa part, le chef de l’opposition officielle, Jean-Marc Fournier, ne craint pas les révélations que pourrait faire le Dr Porter lors de son procès. « Il déballera son sac, il n’y a pas de problème. L’important, c’est que la justice suive son cours. »


    Le leader parlementaire libéral, Pierre Moreau, qui, lors de la course à la chefferie libérale, n’avait pas manqué de parler des « munitions » que les liens entre Philippe Couillard et Arthur Porter fourniraient à ses adversaires des autres partis, a rappelé que le chef libéral avait répondu plusieurs fois à des questions sur le sujet. « Je pense qu’il serait susceptible de donner les mêmes réponses qu’il a déjà données. En ce qui me concerne, ça ne fait plus partie de l’actualité », juge-t-il.

    Arthur Porter affirmait en mars souffrir d’un cancer et qu’il était trop malade pour se déplacer. Arthur Porter a quinze jours pour contester son extradition vers le Canada après son arrestation cette semaine au Panama.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.