Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Ville-hôte - Gatineau, grand pôle culturel du Québec

    La ville de l’Outaouais serait la seule agglomération à avoir conservé son théâtre municipal

    18 mai 2013 |Claude Lafleur | Québec
    Grande ville culturelle, Gatineau abrite le Musée canadien des civilisations sur les rives de la rivière Outaouais.
    Photo: La Presse canadienne (photo) Sean Kilpatrick Grande ville culturelle, Gatineau abrite le Musée canadien des civilisations sur les rives de la rivière Outaouais.
    Si on en croit plusieurs enquêtes pancanadiennes et internationales, Gatineau est l’une des villes où il est le plus agréable de vivre. Ainsi, selon l’enquête annuelle du magazine Money Sense de 2008 réalisée à partir de critères comme la qualité de l’air, la prospérité, le pouvoir d’achat, le prix des habitations ainsi que le taux de criminalité, Ottawa-Gatineau serait le « meilleur endroit où vivre au Canada ».

    Marc Bureau, maire de Gatineau, est particulièrement fier du fait que sa municipalité se distingue par ses trois rivières, son important parc et son réseau de pistes cyclables (et de ski de fond en hiver). « Ce qui nous démarque, c’est qu’on a des plages en plein centre-ville ! lance-t-il avec satisfaction. On a aussi le parc Gatineau, un parc qui peut être comparé à Banff ou au parc de la Mauricie, mais qui se trouve en plein centre-ville. On n’a pas besoin de sortir de notre ville, ce qui nous offre vraiment une qualité de vie extraordinaire ! »


    M. Bureau se fait fort de souligner que sa ville est aussi l’un des grands pôles culturels et sportifs du Québec. Celle-ci accueille d’ailleurs pour la deuxième fois le colloque du réseau Les Arts et la Ville, un rassemblement important, selon lui, puisque c’est l’occasion de faire valoir diverses facettes moins connues de sa ville.


    Fruit de la fusion de cinq municipalités en 2002 (Aylmer, Buckingham, Gatineau, Hull et Masson-Angers), Gatineau se classe au quatrième rang des villes du Québec par la taille de sa population. De même, avec Ottawa, elle forme la quatrième agglomération du Canada après Toronto, Montréal et Vancouver. « Depuis qu’on a fusionné, on connaît un accroissement considérable de la population, indique le maire. Au départ, nous étions environ 225 000 citoyens, alors que dix ans plus tard, on se retrouve avec 270 000 citoyens. Les gens emménagent ici beaucoup à cause de la qualité de la vie et parce qu’il y fait bon élever ses enfants. La croissance de la population est un enjeu important chez nous… mais un beau problème à gérer ! »


    En qualité de conseiller municipal depuis 1998 puis de maire depuis 2005, Marc Bureau a été témoin du passage « à la grande ville ». « C’est sûr qu’au début, ç’a été un peu difficile, mais je pense que notre avantage a été qu’il n’y a pas d’arrondissements ici. On a gardé les anciens hôtels de ville et il y a ce qu’on appelle des centres de services : une structure beaucoup moins lourde où les pouvoirs ne se dédoublent pas. À Gatineau, il y a un maire et 18 conseillers. Nous avons ainsi harmonisé nos pratiques et les services qu’on donne à la population, de sorte que tout se passe très bien. »


    Ville 2.0


    Gatineau met en outre l’accent sur des pratiques démocratiques avancées, ce qui lui vaut même d’être considérée comme « la capitale du Web 2.0 au Québec ». « Nous som-mes la seule ville au Québec où, au chapitre de l’administration municipale, presque rien ne se fait à huis clos, où tout est discuté publiquement », déclare M. Bureau.


    C’est ainsi que les séances du conseil municipal sont diffusées à la télévision locale et sur Internet. « C’est dire que tout se fait en discussion publique,indique M. Bureau, alors que les citoyens ont en main les mêmes documents que les élus pour discuter des dossiers. Nous sommes la seule ville du Québec à faire ça ! »


    Le maire observe en conséquence que les débats au conseil municipal sont très suivis par la population. Il constate que le fait qu’aucune décision n’est prise à huis clos fait en sorte que les citoyens « comprennent mieux les décisions que nous prenons ». De surcroît, cette pratique assure une meilleure présence des activités municipales dans les médias locaux. « Si donc vous regardez l’espace média que prend la ville, c’est très très important », dit-il avec satisfaction.


    Une grande ville sportive et culturelle


    Gatineau compte plusieurs salles de spectacles de qualité, notamment celle de sa Maison de la culture, qui remporte année après année la mention de salle de spectacle par excellence au Québec. « Je pense que nous obtenons cette distinction par la qualité des spectacles qu’on y présente et par l’accueil qu’on réserve à ceux qui nous visitent, indique le maire. On a en fait un bon réseau de salles de spectacles et toutes sont à peu près remplies à 90 %. »


    Gatineau serait même la seule ville au Québec à posséder encore un théâtre municipal. « Ce n’est pas un grand théâtre, mais il est tout le temps rempli, précise Marc Bureau. Et nous permettons à des citoyens non professionnels, qui veulent en faire l’expérience, de monter sur les planches… »


    Pour M. Bureau, un colloque comme celui de Les Arts et la ville est important, puisqu’il apporte une belle visibilité à la ville hôte. « Ça nous permet de nous situer par rapport aux autres villes, dit-il, et de montrer ce qu’on fait. Cette année, nous avons préparé une programmation tout à fait exceptionnelle. »


    En fait, dit-il, ce genre de manifestations est très utile pour faire connaître une ville comme la sienne. « En 2010, nous avons accueilli les Jeux du Québec, où il y avait également un volet culturel important, alors que l’an prochain, on va vivre les Jeux de la francophonie canadienne. Je dirais que le volet culturel de ces jeux est aussi important que le volet sportif, ce qui nous intéresse beaucoup puisque les Jeux de la francophonie canadienne feront parler de nous à travers le Canada ! »


    C’est dire que si Gatineau est déjà reconnue pour son environnement et sa qualité de vie, des colloques comme celui de Les Arts et la Ville et les Jeux du Québec et de la francophonie canadienne permettent de faire valoir des facettes moins connues. « Par exemple,indique le maire Bureau, nous sommes la ville où il y a le plus d’événements sportifs au Québec - à part Montréal, bien sûr - et il n’y a pas de villes qui peuvent rivaliser avec nous ! Ça, c’est une chose que nous voulons faire connaître ! »

    Grande ville culturelle, Gatineau abrite le Musée canadien des civilisations sur les rives de la rivière Outaouais. Le parc Gatineau se trouve en plein centre-ville.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.