Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Il y a un an, l’émeute de Victoriaville

    Je ne regrette pas d’y être allé, d’avoir perdu mon oeil et frôlé la mort. Il faut continuer à dénoncer une répression qui s’inscrit dans un cadre social beaucoup plus large

    4 mai 2013 |Maxence L. Valade - Étudiant en sociologie à l’UQAM et un blessé parmi d’autres à Victoriaville. | Québec
    Maxence L. Valade
    Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir Maxence L. Valade
    Il y a de cela un an, j’ai perdu l’œil gauche et subi un traumatisme crânien sévère en raison de la répression. C’était lors des affrontements de Victoriaville en marge du Conseil général du Parti libéral du Québec. Je pourrais décrire en détail la violence policière que nous avons subie lors de cet évènement. Cependant, cette répression s’inscrit dans un cadre social beaucoup plus large. Il m’apparaît primordial de revenir sur l’événement.

    La direction que nous prenons m’inquiète. Les gouvernements en place, libéraux, péquistes, conservateurs et autres répriment systématiquement la contestation. L’application méthodique des règlements P-6 sur l’île de Montréal (interdiction de manifester avec un masque, ou encore sans avoir dévoilé l’itinéraire de la manifestation) et 500.1 à l’extérieur de la métropole (interdiction de bloquer la circulation) témoigne d’une volonté de pacifier l’atmosphère afin d’accomplir le programme néolibéral sans embûche. Les diverses mesures des gouvernements visant à contraindre toute prise de position menacent l’engagement citoyen. La liberté de manifester et la liberté d’association est attaquée, et puisque la répression relative à la participation politique ne s’arrête pas aux contraventions et aux coups de matraque, la réponse populaire ne vient pas, le système capitaliste qui applique sa norme sur les individus instaure un climat de peur.

    Afin de légitimer ces reculs démocratiques, les plateaux médiatiques invitent des expert(e)s. Ils proclament que la démocratie ne doit se manifester que dans les cadres établis. Ces diatribes sont indigestes pour nous qui vivons les contrecoups de ses paroles considérées comme vérité. D’ailleurs, la philosophe Hannah Arendt affirmait : «Il n’y a guère de figure politique plus susceptible d’éveiller un soupçon justifié que le diseur professionnel de vérité qui a découvert quelque heureuse coïncidence entre la vérité et l’intérêt.» L’avènement d’une société dans laquelle nous acceptons les vérités diffusées par le système médiatique brime notre liberté de penser le monde autrement.

    L’impossibilité de réfuter représente la montée d’une société apolitique, elle annonce une répression sociale totale. Devant les décisions technocratiques, notre capacité politique d’action et de réflexion est annihilée. La participation «politique» est minutieusement planifiée. Il faut participer aux élections et aux sommets, interstices momentanés de consultation-spectacle. Les exercices dits «démocratiques» de cet État fantoche permettent à de fausses vérités de s’étendre par la manipulation systémique et les réformes néolibérales sont ainsi infligées avec le sacre de «la société si vile» (selon l’expression d’Alain Deneault). La société ne participe plus à la politique, elle ne s’exprime plus selon ce qu’elle devrait devenir, mais entérine ce qu’on lui dit qu’elle est. Préalable à la violence policière, la propagande assure les arrières de la logique ambiante en construisant une sorte de vérité qui étouffe toute propension réflexive du peuple.

    Plus de réflexion

    Notre classe politique se transforme quant à elle en simple technocratie ou classe gestionnaire qui ne réfléchit plus, ne discute plus, mais gouverne. Elle répond à des critères dictés par le marché pour le marché. Ceux-ci, désencastrés, ne fonctionnent en ce moment pas pour la population, mais l’instrumentalisent pour leur propre fin. Les gouvernements et leur police répriment tout groupe dissident pour les ramener à la norme établie par le marché. Notre silence imposé légitime ces décisions perverses : qui ne dit mot consent. De fausses vérités économiques sont en même temps créées. Elles forcent les gouvernements à prendre des décisions antisociales en recherchant le profit du marché. Ainsi, les impératifs économiques ont supplanté le politique en le soumettant à sa logique opérationnelle.   

    Ces réflexions me hantent d’autant plus compte tenu du souvenir de Victoriaville, mais aussi de la brutalité quotidienne que nous subissons via les conditions judiciaires, les coups, les amendes, la peur et la méfiance. Il est important de se rappeler Victoriaville et de dénoncer la brutalité quotidienne. Je ne regrette pas d’y être allé, d’avoir perdu mon œil et frôlé la mort. J’y étais pour me battre contre un système fondamentalement violent. La lutte pour l’émancipation collective m’apparaît comme un acte essentiel et cette lutte passe par la mémoire, la réflexion et l’action.

    Prise de conscience disparue

    Ce que je regrette, c’est qu’après plusieurs mois de révolte, de prise de conscience commune, de démocratie populaire active, tout semble avoir disparu. Je suis répugné par la société dans laquelle on empêche les manifestations, dans laquelle nous sommes si peu à pouvoir réagir et dans laquelle, finalement, tout cela semble si normal. Le système et l’élite à son service veulent nous empêcher de réfléchir, ils ne veulent pas que nous agissions ; ils ne veulent que l’extrapolation de ce qui est en place et la passivité imposée au peuple la rend possible, tout le reste stagne, tout le reste est subordonné à cette logique. Un ami avait bien raison d’affirmer que de nos jours, pour être rebelle, il suffit d’être humain. Je souhaite que nous reconstruisions notre société; une société dans laquelle nous vivrons réellement, où cela ne reviendra pas à nous fondre dans la masse.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel