Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    «C’est la faute aux médias» - Insultante ex-ministre

    2 mai 2013 | Antoine Robitaille | Québec
    Coincée au sujet de ses accointances avec l’organisateur d’élections clés en main Gilles Cloutier - témoin vedette à la commission Charbonneau -, l’ancienne ministre libérale Michelle Courchesne a rétorqué en jetant le blâme sur... les médias ! En cette veille de la Journée de la liberté de la presse, décortiquons et, surtout, dénonçons ce faux-fuyant révoltant de la part d’une ancienne politicienne au parcours douteux.

    Après l’aveu de son « erreur » d’avoir fait appel, en 2007, à l’organisateur Gilles Cloutier pour travailler à l’élection de Guy Ouellette dans Chomedey, Michelle Courchesne, en interview au Devoir mardi, s’en est pris aux journalistes. « Pensez à votre rôle, parce que la démocratie est en grave danger [quant] à moi. Après tous les liens que tout le monde essaie de faire [et] qui n’existent pas, qui va vouloir aller en politique ? », a-t-elle lancé.


    Que veut-elle dire ? Que les médias auraient dû s’abstenir de vérifier les informations sur la collusion dans le monde de la construction ? Qu’il leur aurait fallu ignorer les données montrant que le financement partisan servait de monnaie d’échange pour obtenir des contrats ? Qu’ils auraient dû se garder d’enquêter sur les possibles cas de prête-noms, de fraude ou de relations de proximité entre entrepreneurs, politiciens et hauts fonctionnaires ?


    Absurde, évidemment. Mais Mme Courchesne le professe sans vergogne et ajoute : « Après avoir travaillé avec tout mon coeur et toute mon âme […], je ne suis pas sûre que j’y retournerais. Honnêtement, être traités comme on est traités, je ne suis pas sûre. » Ainsi, questionner, enquêter, demander des comptes, ce serait « mal traiter » les élus.


    Or, toute cette gangrène étalée à la commission, pire encore que ce que tous les journalistes les plus aguerris imaginaient, comment aurions-nous pu en prendre conscience sans leur travail ? Mme Courchesne affirme craindre pour la démocratie ! Comme si les élections clés en main de son organisateur Cloutier y étaient bénéfiques ! Un organisateur, rappelons-le, qu’elle a non seulement réclamé à une firme de génie-conseil pour remporter Chomedey en 2007, mais qui - comme elle s’est bien gardée de le préciser au Devoir - l’avait elle-même aidée à se faire élire une première fois au municipal dans les années 1980. Dans le cas de Chomedey, Mme Courchesne admet avoir surmonté ses scrupules à l’égard du personnage parce qu’elle voulait tout faire pour ne pas perdre la circonscription. Autrement dit : la fin justifie les moyens !


    Ce type de faux-fuyant d’une ex-ministre dont le nom a de surcroît été cité par le vérificateur général pour sa gestion plus que douteuse de l’octroi des places en garderie, mais aussi de l’octroi de contrats de terrains synthétiques de soccer, a quelque chose d’insultant. Doublement de la part de celle qui, en 2008, s’est permis de venir intimider jusque dans son bureau une reporter de la Tribune de la presse à Québec.


    Rien n’est parfait en ce monde, évidemment. Même pas les médias ! Mais depuis 2009, une démonstration éclatante a été faite que sans le travail remarquable de plusieurs membres du « quatrième pouvoir », la gangrène aurait continué à croître au Québec. Sans enquête journalistique, le gouvernement Charest n’aurait jamais créé l’Unité anticollusion. Sans l’UAC, rien n’aurait été su de cet « empire malfaisant » si bien décrit par Jacques Duchesneau. Sans ce dernier, dont les médias ont fait état des conclusions tout en les remettant en question (on a cru qu’il exagérait !), jamais nous n’aurions eu cet exercice de grande et essentielle purge qu’est la commission Charbonneau.


    Qui se soucie le plus de l’intérêt public ? Qui a vraiment à coeur cette démocratie de laquelle l’ancienne ministre de Laval dit s’inquiéter ? Certainement pas les politiciens comme Mme Courchesne qui, en effet, feraient mieux de ne pas « retourner » en politique.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel