Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Caisses électorales occultes - Le déni d’un maire

    Existera-t-il encore des Québécois qui, après le témoignage de l’organisateur Gilles Cloutier à la commission Charbonneau, persisteront à croire que des élections se gagnent avec des idées, des idéaux et du bénévolat ? Ce témoignage rabaisse la politique à une affaire de manipulations et d’argent sale. D’argent qui achète tout ou presque.

    Il a été beaucoup reproché à Gérald Tremblay sa naïveté à l’égard des complots qui se tramaient dans son dos à l’Hôtel de Ville de Montréal. La ristourne de 3 % demandée aux entrepreneurs pour financer Union Montréal n’aurait jamais existé, pas plus la double comptabilité électorale. Il n’aurait rien vu et, surtout, n’aurait jamais été prévenu.


    Des témoignages affirment pourtant que l’ancien maire de Montréal aurait dû voir. Il a été mis en garde. L’ancien policier et aujourd’hui député Jacques Duchesneau soutient l’avoir fait et lui avoir pointé des personnes de son entourage. Il l’a répété mardi. Il y a aussi Gilles Cloutier, as organisateur libéral et vice-président au développement des affaires à la firme d’ingénierie Roche, qui, devant la commission, a dit mardi « avoir accoté M. Tremblay au mur » parce qu’il n’y avait pas de retour d’ascenseur pour l’aide financière apportée à son parti. Et à deux reprises, il l’a prévenu du danger que représentait Bernard Trépanier, responsable du financement à Union Montréal.


    Aveugle, l’ex-maire de Montréal aurait donc été sourd au surplus ? On ne peut le croire. Il se réfugie dans le déni le plus total pour des raisons qui ne peuvent être que la peur. Peur de voir son image d’honnête homme ternie pour avoir été associé à toutes ces magouilles révélées à la commission ou peur réelle à la suite de menaces qu’il avait évoquées énigmatiquement dans une entrevue au Devoir en 2009 ? Sa prétendue naïveté n’est qu’un masque dont il devrait cesser de se couvrir.


    Gérald Tremblay n’est pas un politicien comme les autres. Il est porté par des idéaux, sincèrement, mais comme tout politicien, il sait bien que des élections ne se gagnent pas avec des prières. C’est pour cette raison que, quelques mois avant les élections de 2001 qui le porteront à la mairie, il demande à Gilles Cloutier son aide. Il l’envoie rencontrer son colistier, Frank Zampino, lequel lui réclamera 100 000 $. Il ne peut pas ne pas savoir qui est Gilles Cloutier, qui a fait sa spécialité des élections clés en main dans les municipalités de la couronne de Montréal.


    Avec une candeur incroyable, Gilles Cloutier a décrit devant la commission ce que sont des élections clés en main. Il en a fait plus d’une cinquantaine. Le principe est simple. Plutôt que d’acheter le vote des électeurs avec des frigidaires comme au temps de l’Union nationale, on achète l’élection. On l’organise, la finance avec de l’argent occulte venu de bureaux de professionnels en contrepartie d’une garantie de retour d’ascenseur sur les contrats de la municipalité. Le tout est caché grâce à des budgets parallèles. Il soutient d’ailleurs que de tels budgets ont bel et bien été pratiqués dans les élections partielles tenues à ville Saint-Laurent en 2004, contredisant ici aussi l’ex-maire.


    L’argent occulte a pris une telle place dans le financement des partis que les dons légaux ne représentent plus qu’une fraction du total reçu. Ce serait de 5 à 10 % dans les municipalités et de 15 à 20 % au plan provincial, selon Gilles Cloutier. Avec toutes les ristournes qui lui ont été versées, cet ordre de grandeur vaut pour Union Montréal. Gérald Tremblay peut préférer ne pas le voir et l’entendre, mais la réalité est telle. Il y a là un détournement de la démocratie qui n’en existera pas moins parce qu’on le nie. Surtout, cela n’incitera pas les citoyens à vouloir s’investir en politique municipale.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.