Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Langue française - La CAQ votera en faveur du projet de loi 14

    24 avril 2013 17h31 |La Presse canadienne | Québec
    La ministre responsable de la Charte de la langue française, Diane De Courcy, a annoncé mercredi des assouplissements majeurs concernant les militaires et les municipalités.
    Photo: Pedro Ruiz - Archives Le Devoir La ministre responsable de la Charte de la langue française, Diane De Courcy, a annoncé mercredi des assouplissements majeurs concernant les militaires et les municipalités.
    Québec — Québec jette du lest pour sauver le projet de loi 14 renforçant la protection de la langue française.

    Serlon Radio-Canada, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, annonce que son parti votera en faveur du projet de loi 14 sur la protection de la langue française.

    Pour amadouer la Coalition avenir Québec qui a le sort du projet de loi entre les mains, la ministre responsable de la Charte de la langue française, Diane De Courcy, avait annoncé mercredi des assouplissements majeurs concernant les militaires et les municipalités.
     
    En outre, elle est prête à abandonner la disposition du projet de loi privant les militaires francophones de leur privilège d'inscrire leurs enfants à l'école anglaise. Cette épineuse question sera renvoyée à un autre projet de loi, portant celui-là sur les écoles passerelles.
     
    «Par rapport aux militaires, ça ne m'apparaît pas le bon moment. Il faut y aller dans le dossier des écoles passerelles, et j'ai annoncé une législation d'ici la fin juin. Alors, je vous dirais: nettoyons notre ardoise autour de ça pour nous permettre d'aller à l'essentiel. Qu'est-ce que c'est l'essentiel? C'est la langue de travail», a précisé la ministre.
     
    Mme De Courcy s'est aussi montrée disposée à assouplir les règles sur le statut bilingue dont profitent certaines municipalités. Le seuil démographique de 50% de résidants anglophones requis pour conserver le statut bilingue pourrait être assoupli.
     
    «Le seuil de 50% agace. Regardons toutes les dimensions possibles, regardons l'autonomie [des municipalités], puis, après ça, on fera nos choix», a-t-elle dit.
     
    La CAQ avait fait de l'abandon des mesures destinées aux militaires et aux municipalités une condition sine qua non à l'adoption du projet de loi. Son appui est nécessaire au gouvernement péquiste puisque les libéraux ont opposé une fin de non-recevoir à la pièce législative.
     
    D'ici à ce que la CAQ fasse connaître ses intentions, la ministre a lancé un ultime appel à la collaboration.
     
    «Il faut accepter de s'attabler. Il faut accepter d'être d'accord sur le principe fondamental qui est derrière ce projet de loi là: est-ce que la langue doit faire partie du paysage politique pour une protection intelligente, moderne, dans une réglementation intelligente? C'est ça, la question», a-t-elle dit.
     
    Le «silence radio» de la formation de François Legault depuis une semaine au sujet de son appui au projet de loi fait craindre le pire à la ministre.
     
    La possibilité que le projet de loi se retrouve à la corbeille, faute d'appui au gouvernement minoritaire, est un « scénario catastrophe » qui ne peut être écarté, a-t-elle concédé.
     
    «Je ne peux pas ne pas envisager un scénario catastrophe, à savoir que la question de la protection intelligente et moderne de la langue ne peut pas être à l'ordre du jour du Parlement. Ça me sidère», a déclaré Mme De Courcy.

    Par Martin Ouellet
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel