Langue française - La CAQ votera en faveur du projet de loi 14

La ministre responsable de la Charte de la langue française, Diane De Courcy, a annoncé mercredi des assouplissements majeurs concernant les militaires et les municipalités.
Photo: Pedro Ruiz - Archives Le Devoir La ministre responsable de la Charte de la langue française, Diane De Courcy, a annoncé mercredi des assouplissements majeurs concernant les militaires et les municipalités.

Québec — Québec jette du lest pour sauver le projet de loi 14 renforçant la protection de la langue française.

Serlon Radio-Canada, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, annonce que son parti votera en faveur du projet de loi 14 sur la protection de la langue française.

Pour amadouer la Coalition avenir Québec qui a le sort du projet de loi entre les mains, la ministre responsable de la Charte de la langue française, Diane De Courcy, avait annoncé mercredi des assouplissements majeurs concernant les militaires et les municipalités.
 
En outre, elle est prête à abandonner la disposition du projet de loi privant les militaires francophones de leur privilège d'inscrire leurs enfants à l'école anglaise. Cette épineuse question sera renvoyée à un autre projet de loi, portant celui-là sur les écoles passerelles.
 
«Par rapport aux militaires, ça ne m'apparaît pas le bon moment. Il faut y aller dans le dossier des écoles passerelles, et j'ai annoncé une législation d'ici la fin juin. Alors, je vous dirais: nettoyons notre ardoise autour de ça pour nous permettre d'aller à l'essentiel. Qu'est-ce que c'est l'essentiel? C'est la langue de travail», a précisé la ministre.
 
Mme De Courcy s'est aussi montrée disposée à assouplir les règles sur le statut bilingue dont profitent certaines municipalités. Le seuil démographique de 50% de résidants anglophones requis pour conserver le statut bilingue pourrait être assoupli.
 
«Le seuil de 50% agace. Regardons toutes les dimensions possibles, regardons l'autonomie [des municipalités], puis, après ça, on fera nos choix», a-t-elle dit.
 
La CAQ avait fait de l'abandon des mesures destinées aux militaires et aux municipalités une condition sine qua non à l'adoption du projet de loi. Son appui est nécessaire au gouvernement péquiste puisque les libéraux ont opposé une fin de non-recevoir à la pièce législative.
 
D'ici à ce que la CAQ fasse connaître ses intentions, la ministre a lancé un ultime appel à la collaboration.
 
«Il faut accepter de s'attabler. Il faut accepter d'être d'accord sur le principe fondamental qui est derrière ce projet de loi là: est-ce que la langue doit faire partie du paysage politique pour une protection intelligente, moderne, dans une réglementation intelligente? C'est ça, la question», a-t-elle dit.
 
Le «silence radio» de la formation de François Legault depuis une semaine au sujet de son appui au projet de loi fait craindre le pire à la ministre.
 
La possibilité que le projet de loi se retrouve à la corbeille, faute d'appui au gouvernement minoritaire, est un « scénario catastrophe » qui ne peut être écarté, a-t-elle concédé.
 
«Je ne peux pas ne pas envisager un scénario catastrophe, à savoir que la question de la protection intelligente et moderne de la langue ne peut pas être à l'ordre du jour du Parlement. Ça me sidère», a déclaré Mme De Courcy.

Par Martin Ouellet
19 commentaires
  • SIMON LEGAULT - Inscrit 24 avril 2013 16 h 07

    Hé oui c'est ça la folie du pouvoir "minoritarisme"!

    La peur d'être mou mou mou... Seule l'indépendance pourrait nous faire appliquer la "Loi de sol" et ce serait terminé!!! Ceci réglé, on pourrait passer à autre chose. Si nous attendons trop dans quelques décennies le Québec sera anglicisé complètement. Les statistiques démographiques et linguistiques sont formelles si on n'agit pas maintenant. Cela a très bien fonctionné dans plusieurs autres pays qui se sont tenus debout! Qu'on se tienne debout et ça passe ou ça casse, laissons l'odieux à d'autres, on aura essayé!

  • Jacques Boulanger - Inscrit 24 avril 2013 16 h 21

    C'est pas clair

    Appuie ou appuie pas ? Au début de l'article, la CAQ appuie; à la fin, c'est pas certain. Faudrait savoir enfin. Ce qui est clair toutefois, c'est que le PLQ devient le parti des anglophones et assimilés.

  • Caroline Langlais - Inscrite 24 avril 2013 17 h 20

    Accommodements sidérants

    Étonnant comme le français est une épineuse question au Québec!

    À force de consentir à des acommodements linguistiques, la langue officielle de l'État est en train de devenir une langue troisième employée en dernier recours.

    Les Flamands ont plus de dignité que les Québécois.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 25 avril 2013 07 h 14

      Plusieurs ont plus de dignité que les québécois !

  • Bernard Gervais - Inscrit 24 avril 2013 17 h 45

    Tactique caquiste

    Sauf pour certains articles qu'elle a rejetés depuis un bon bout de temps, la CAQ dit oui au projet de loi 14 mais, du même coup, en profite pour ajouter d'autres conditions pour donner son accord.

    Sans doute dans le but que l'étude du même projet de loi dure plus longtemps et procure à ce parti un peu plus de visibilité dans les médias. D'un côté, c'est mieux que rien si on compare à l'aplaventrisme des libéraux. Cependant, est-ce que cette tactique aidera Legault, qui n'est surtout pas prêt à retourner en élections, à faire meilleure figure dans les sondages ? J'en doute beaucoup !

    • Louka Paradis - Inscrit 24 avril 2013 21 h 51

      Legault et sa CAQ exigent des amendements et quand Mme de Courcy montre de l'ouverture et met de l'eau dans son vin, ils ont le culot de déclarer dans les médias que le PQ recule encore : petite politique à court terme et esprits mesquins ! Indignes de confiance ! ces caquistes : ils seraient incapables de défendre le français comme langue officielle commune et ils seraient prêts à se laisser couillonner par le fédéral sur la question de la Constitution. Par ailleurs, les sondages parus aujourd'hui sont peu crédibles et ne visent qu'à tenter d'influencer l'opinion publique contre le gouvernement Marois. Les Québécois qui ont de la fierté, de la mémoire et de l'ambition savent que toute l'équipe du PQ travaille actuellement d'arrache-pied pour remettre le Québec sur les rails et pour assurer tant la prospérité que la survie du peuple québécois en français. Et fi des petits mesquins comme des gros corrompus !
      Louka Paradis, Gatineau

  • Gilles Théberge - Abonné 24 avril 2013 17 h 55

    Basta!

    Tant qu'à dénaturer le projet jusqu'à l'insignifiance, je pense que madame De Courcy devrait carrément le retirer. Et appuyer fortement publiquement sur le pourquoi de la chose.

    De Couilard il n'y a rien à attendre alors on n'attends rien. Mais de la CAQ, il me semble que cette formation pourrait exprimer un peu de sens commun.

    Mais il faut dire que les radicaux, je parle ici en particuliers des ex adéquistes, il n'y a pas grand chose à attendre non plus.

    Alors à quoi bon? La vie n'est pas finie...