Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Rapatriement de la Constitution: Bouchard exige que le fédéral ouvre ses archives

    Lucien Bouchard<br />
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Lucien Bouchard
    Le gouvernement fédéral doit absolument ouvrir ses archives et permettre que la lumière soit faite sur les interventions politiques de l’ex-juge en chef de la Cour suprême lors du rapatriement de la Constitution, estime l’ancien premier ministre Lucien Bouchard. Une position qui rejoint la demande formulée cette semaine par le gouvernement du Québec.

    L’homme dont la carrière politique s’est bâtie autour du dossier constitutionnel ne pouvait visiblement rester indifférent aux révélations contenues dans le livre La Bataille de Londres, de Frédéric Bastien. En entrevue à RDI jeudi soir, Lucien Bouchard est sorti de sa réserve habituelle pour confier sa vive préoccupation.
     
    Une histoire cruciale

    L’histoire relatée par Frédéric Bastien manque encore de détails, mais elle est cruciale, estime M. Bouchard. « C’est pour ça qu’il faut les documents. Pour faire la lumière et savoir ce qui s’est passé, dans l’intérêt de tout le monde. » Il demande ainsi à tous les partis de l’Assemblée nationale de « s’entendre pour dire [au fédéral] : vous allez ouvrir les dossiers. Ce serait une démarche tout à fait normale et digne. »
     
    Dans son livre, Frédéric Bastien dévoile des documents démontrant que Bora Laskin, alors juge en chef du plus haut tribunal du pays, a informé les gouvernements britannique et canadien de certains détails des délibérations de la Cour sur le projet de rapatriement de la Constitution (en 1981).
     
    Pour Lucien Bouchard, ces faits sont de la plus haute importance — et auraient justifié le renvoi de M. Laskin s’ils avaient été connus plus tôt. « J’ai éprouvé une impression de surprise, d’incrédulité et d’inquiétude » en les apprenant, a-t-il dit. Cela parce que les « juristes connaissent très bien les règles auxquelles ils sont assujettis » et « savent très bien qu’un juge ne se permet pas l’incartade de communiquer avec différents partis durant des délibérés ».
     
    M. Bouchard estime « que ça soulève des questions extrêmement troublantes sur le respect et l’intégrité de l’indépendance judiciaire de la Cour, que personne n’a jamais remis en cause ». Il a salué la décision de la Cour d’examiner le dossier, la jugeant « honorable ».
     
    Car à ceux qui estiment que l’affaire est du passé — comme François Legault —, Lucien Bouchard rétorque que le dossier est au contraire « au cœur de l’histoire contemporaine, une histoire qui continue de se répercuter chaque jour ». « La réaction de M. Legault est inacceptable. Comment un chef de parti qui veut devenir un jour premier ministre peut réagir de façon aussi légère à quelque chose d’aussi important ? », a demandé l’ancien chef du Bloc québécois et du Parti québécois.
     
    Ottawa s’est montré fermé à l’idée de collaborer avec Québec cette semaine, renvoyant le gouvernement Marois au processus de demande d’accès à l’information.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.