Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Majorité des deux tiers pour un référendum - Trudeau s’attire les foudres de Québec

    20 février 2013 |Robert Dutrisac | Québec
    Justin Trudeau, qui s’est adressé mardi aux étudiants des universités McGill et de Montréal, est considéré comme le meneur de la course à la chefferie du Parti libéral du Canada.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Justin Trudeau, qui s’est adressé mardi aux étudiants des universités McGill et de Montréal, est considéré comme le meneur de la course à la chefferie du Parti libéral du Canada.
    Québec — Le ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes et de la Gouvernance souverainiste, Alexandre Cloutier, est tombé à bras raccourcis sur Justin Trudeau qui a déclaré mardi que pour qu’un référendum sur la souveraineté soit valide, au moins les deux tiers des Québécois devraient voter Oui.

    Ce sont « des propos qui divisent, des propos antidémocratiques, des propos contraires à l’histoire des référendums qu’il y a eus tant au Québec que du côté du Canada anglais, des propos qui s’inscrivent en complète contradiction avec les règles élémentaires des droits des peuples à l’autodétermination, des propos qui sont, à mon point de vue, complètement condamnables et irrespectueux envers les Québécois », s’est insurgé Alexandre Cloutier.


    « Son père nous a peut-être imposé une Constitution, mais on ne se fera certainement pas imposer les règles de la prochaine majorité pour un référendum au Québec », a prévenu le ministre.


    Selon lui, Justin Trudeau va plus loin que le renvoi de la Cour suprême sur la sécession du Québec, qui établissait le principe d’une majorité claire. Le candidat à la chefferie du Parti libéral du Canada fait aussi fi de la Loi sur l’exercice des droits fondamentaux et des prérogatives du peuple québécois et de l’État du Québec, adoptée par l’Assemblée nationale en 2000, a-t-il ajouté. « Pour nous, c’est une surprise que M. Trudeau s’oriente dans cette voie avec un nouveau seuil contraire aux règles démocratiques. »


    Le ministre réagissait aux propos tenus devant les étudiants de l’Université McGill par Justin Trudeau, comme l’a rapporté La Presse. « Si on est pour changer la Constitution canadienne et l’état de notre pays de façon aussi profonde, on devrait au moins exiger le même seuil que celui qui est nécessaire pour changer la Constitution du Parti néodémocrate, qui est des deux tiers », a déclaré Justin Trudeau.


    Les libéraux, à commencer par Bob Rae, ont déjà fait allusion à la constitution du NPD, qui exige un vote des deux tiers pour qu’elle soit modifiée. Ils critiquaient ainsi le projet de loi déposé par le NPD, qui établit à 50 % plus un la majorité requise pour un référendum sur la souveraineté. Mais ils s’étaient bien gardés de parler d’un seuil précis comme les deux tiers.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel