Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Sondage Léger Marketing-Le Devoir-The Gazette - Le gouvernement Marois «s’installe confortablement»

    Le PQ obtient 33% des intentions de vote, contre 31% pour le PLQ et 20% pour la CAQ

    9 février 2013 |Jessica Nadeau | Québec
    Le fait que 83 % des péquistes se disent satisfaits du gouvernement Marois est un « indicateur positif » pour le leadership de Pauline Marois, estime l’analyste et vice-président de la recherche de Léger Christian Bourque.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le fait que 83 % des péquistes se disent satisfaits du gouvernement Marois est un « indicateur positif » pour le leadership de Pauline Marois, estime l’analyste et vice-président de la recherche de Léger Christian Bourque.
    Consultez les résultats complets du sondage
    Québec — Avec un taux de satisfaction supérieur aux intentions de vote, le gouvernement Marois « s’installe confortablement » aux commandes du Québec, observe Christian Bourque de Léger à la lumière du dernier sondage Léger Marketing-Le Devoir-The Gazette.

    Et si les questions de souveraineté et de langue ne suscitent pas beaucoup d’intérêt dans la population, le gouvernement Marois peut se targuer d’être au diapason avec les Québécois sur les dossiers de l’énergie et de la laïcité.

    « [Les péquistes] qui vont être en Conseil national ce week-end peuvent se dire que, malgré des conditions qui ne sont pas favorables, ça va relativement bien », résume l’analyste et vice-président de la recherche de Léger Christian Bourque.


    Le taux de satisfaction de 36 % envers le gouvernement Marois peut paraître bien bas, concède Christian Bourque, mais c’est « trompeur » dans un système tripartite où il est de mise de déclencher des élections avec un taux de 40 % qui donne accès à la majorité. À titre comparatif, le gouvernement Charest oscillait, ces dernières années, entre 20 et 23 % de satisfaction.


    Selon lui, le fait que 83 % des péquistes se disent satisfaits du gouvernement Marois est un « indicateur positif » pour le leadership de Pauline Marois, qui pourrait ainsi « aller chercher un vote péquiste similaire, voire supérieur, si on déclenchait des élections demain matin ».


    Mais il met néanmoins en garde le gouvernement de se précipiter pour aller chercher une majorité. « Il n’y a pas indication claire pour le Parti québécois de se saborder lui-même comme gouvernement minoritaire, mais pour les partis d’opposition, qui vont voir ces résultats, je ne vois rien là-dedans qui leur indiquerait de se presser. »


    En ce qui a trait aux intentions de vote, le Parti québécois de Pauline Marois est toujours premier avec l’appui de 33 % de la population. Il est talonné de près par le Parti libéral (31 %), alors que la CAQ (20 %) poursuit sa descente en dents de scie.

     

    Pétrole et gaz de schiste


    Les positions du gouvernement Marois en matière de développement énergétique obtiennent « un appui très large » dans la population québécoise, observe Christian Bourque.


    Ce sont près des deux tiers de la population qui sont favorables à l’exploitation pétrolière. Dans l’est du Québec, cet appui grimpe à 76 %.


    Ce sont les répondants d’allégeances libérale et caquiste qui sont les plus prompts à favoriser l’exploitation pétrolière, se disant, dans les deux cas, favorables à 74 %. L’appui reste très élevé chez les péquistes (63 %) et Option nationale (55 %). Seul Québec solidaire se positionne majoritairement contre, mais dans une proportion très serrée (49 % contre -44 % pour).


    C’est tout l’inverse lorsqu’il est question de gaz de schiste. À peine 25 % des répondants se disent pour l’exploitation. Le gouvernement a donc visé juste, selon Christian Bourque, en décrétant un moratoire et en remettant l’étude du dossier entre les mains du BAPE.

     

    Laïcité et villes bilingues


    Sur la question de la laïcité, la vaste majorité des Québécois (81 %) estime que l’égalité des sexes doit primer la liberté de religion, une affirmation qui est supportée par 84 % des francophones et 70 % des anglophones et allophones.


    Cette primauté du droit à l’égalité des sexes devra être « l’ancrage d’une politique ou d’une charte de la laïcité » sur laquelle les Québécois sont partagés mais ouverts. « Dans la population francophone surtout, on a un préjugé favorable à la Charte de la laïcité parce qu’on souhaite avant tout que notre espace soit laïque. Mais c’est un concept que les Québécois souhaitent mieux connaître et comprendre. »


    La division selon la langue maternelle se fait réellement sentir sur la question des villes bilingues. De façon globale, plus de la moitié (54 %) des Québécois se sont prononcés contre l’idée de retirer le statut de ville bilingue aux municipalités dont moins de la moitié des citoyens ont comme langue maternelle l’anglais.


    Du côté des francophones, on est divisé, avec 45 % des répondants qui se disent contre, 37 % pour et 18 % qui refusent de se prononcer. Mais du côté des répondants dont la langue maternelle n’est pas le français, le refus est catégorique avec un positionnement contre à 80 %.

     

    Vote à 16 ans


    Adoptée au Conseil national du PQ de 2012 et relancée par la première ministre Pauline Marois lors de son voyage en Angleterre, l’idée d’abaisser l’âge du vote à 16 ans semble déplaire aux Québécois, tous partis confondus.


    Quatre Québécois sur cinq se disent défavorables à l’idée de faire voter les jeunes. C’est parmi les partisans du Parti libéral (93 %) et de la Coalition avenir Québec (91 %) que l’on est le plus farouchement opposé à cette mesure. Mais même à gauche, on est réfractaire à l’idée. Les partisans de Québec solidaire sont contre à 72 %, ceux du Parti québécois à 65 %, et ceux d’Option nationale, qui mise pourtant beaucoup sur la jeunesse, se prononcent contre à 53 %.


    Enfin, sur la question de la souveraineté, c’est le statu quo, avec un appui à 37 %, ce qui est dans la fourchette inférieure des résultats observés ces dernières années.


    « Cela semble indiquer que les Québécois souhaitent avant tout un bon gouvernement avant de parler de la question de souveraineté et d’un certain nombre d’autres enjeux », conclut Christian Bourque.


    Le sondage Léger Marketing -Le Devoir -The Gazette a été réalisé par Internet auprès de 1024 personnes âgées de 18 ans et plus, réparties dans toutes les régions du Québec, les 5 et 6 février. La marge d’erreur est de plus ou moins 3,1 %, et ce, dans 19 cas sur 20.

    Le fait que 83 % des péquistes se disent satisfaits du gouvernement Marois est un « indicateur positif » pour le leadership de Pauline Marois, estime l’analyste et vice-président de la recherche de Léger Christian Bourque.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel