Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Sommet de l'éducation: la CAQ pense que la gratuité doit être abordée, même si elle n'y croit pas

    5 février 2013 17h51 |La Presse canadienne | Québec
    La formation de François Legault s'oppose à la gratuité, mais croit néanmoins que «tout doit être sur la table» lors de la rencontre qui se tiendra à Montréal les 25 et 26 février.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir La formation de François Legault s'oppose à la gratuité, mais croit néanmoins que «tout doit être sur la table» lors de la rencontre qui se tiendra à Montréal les 25 et 26 février.
    Québec — Même s'il s'agit d'un cul-de-sac, la gratuité scolaire devrait figurer au menu des discussions au Sommet de l'enseignement supérieur, a estimé mardi la Coalition avenir Québec (CAQ).

    La formation de François Legault s'oppose à la gratuité, mais croit néanmoins que «tout doit être sur la table» lors de la rencontre qui se tiendra à Montréal les 25 et 26 février.

    Lundi, l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) a prévenu le ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, qu'elle claquera la porte du Sommet si la gratuité scolaire est écartée des débats. Elle a aussi brandi la menace d'une «escalade des moyens de pression» si les participants optent pour l'indexation des droits de scolarité.

    Le ministre doit répondre mercredi à l'ultimatum lancé par le regroupement étudiant le plus radical. Il y a un peu plus d'une semaine, il avait toutefois signifié que la gratuité est un «idéal à long terme» et non une option envisageable «dans le contexte actuel».

    La CAQ ne voit rien de mal à ce que l'enjeu de la gratuité figure à l'ordre du jour, mais demeure convaincue que la proposition sera vite rejetée tant elle ne tient pas la route.
    Selon le porte-parole caquiste en matière d'enseignement supérieur, Stéphane Le Bouyonnec, ni la gratuité ni le gel des droits de scolarité ne sont des scénarios «plausibles» compte tenu des moyens limités dont dispose le Québec.

    Qui plus est, il est acquis aux yeux du député de La Prairie que l'ASSÉ va quitter le Sommet avec fracas à un moment ou à un autre.

    «Nous, on pense que tout doit être sur la table, mais ça ne change pas le fond du problème. Lorsqu'on va arriver au Sommet, il va falloir que des solutions émergent et que certaines propositions soient tassées. Alors si l'ASSÉ ne claque pas la porte maintenant, je vous garantis qu'elle va la claquer au début du Sommet», a prédit M. Le Bouyonnec, joint par La Presse canadienne.

    Pendant que l'ASSÉ milite en faveur de la gratuité, la CAQ tente d'imposer son idée de créer deux catégories d'universités.

    La Coalition veut permettre aux plus grandes universités — Montréal, McGill, Sherbrooke, Laval — de fixer elles-mêmes leurs tarifs afin de recruter et de retenir les meilleurs professeurs et chercheurs.

    Pour les autres établissements du réseau, la CAQ propose que les droits soient modulés en fonction du coût de la formation.

    En vertu de ce scénario, les étudiants en sciences humaines verraient leur facture diminuer alors que ceux inscrits dans des disciplines comme la médecine ou le génie devraient acquitter des droits plus élevés.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel