Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Le «syndrome Armstrong» en politique

    2 février 2013 | Le Devoir | Québec

    Lorsque vient le temps d’expliquer des agissements douteux, les politiciens souffrent du « syndrome Lance Armstrong », affirme Amir Khadir. « Non, mais on en a soupé, au Québec, de tous ces politiciens qui disent : on ne pouvait pas savoir ! On a besoin d’Oprah pour les faire passer aux confidences. » Le député de Québec solidaire commentait, en entrevue au Devoir, les dernières révélations de Radio-Canada, qui démontraient que le chef du Parti libéral, Jean-Marc Fournier, avait participé en 2008 à une activité de financement au désormais célèbre 1000, de la Commune à Montréal en présence de deux personnes liées au crime organisé. Ce dernier s’est défendu jeudi soir en disant qu’il ne pouvait pas savoir, deux ans à l’avance, que ces personnes seraient accusées. Selon lui, Jean-Marc Fournier n’est « pas un novice » en matière de financement, il aurait donc dû poser des questions. « Soit c’est un parfait incompétent, ce dont je doute, soit il est tombé dans le déni, dans l’aveuglement volontaire. »

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel