Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    La multiplication des groupes souverainistes est saine

    Avec un mode de scrutin proportionnel et en militant comme il faut, on pourrait obtenir une majorité souverainiste à l’Assemblée nationale

    18 janvier 2013 |Catherine Dorion - Auteure et comédienne, candidate d’Option nationale aux dernières élections | Québec

    L'énergie que mettent certains commentateurs à railler la multiplication des mouvements souverainistes me fait penser aux p’tits populaires qui, dans la cour d’école, avaient le micro et décidaient de ce dont les autres allaient rire. Ceux qui se faisaient écoeurer par eux intériorisaient la critique et se sentaient automatiquement cons. Les souverainistes se sentent cons d’être désunis, comme si on avait mis au jour leur plaie la plus puante.


    Mais est-ce que les gens de droite sont unis ? Et les fédéralistes ? Est-ce que les pacifistes ou les environnementalistes sont unis dans un seul parti, un seul mouvement ? Passe-t-on notre temps à dire : « Merde, il y a au moins trois partis environnementalistes au Québec en plus de centaines de groupes environnementalistes, c’est ridicule ! » Non. La multiplication des mouvements n’est que le signe d’un foisonnement, d’une bonne santé militante. On ne devrait pas avoir de complexes à vouloir travailler avec d’autres gens pour la réalisation d’un désir précis (celui du pays) sans rechercher à s’entendre sur autre chose. Les souverainistes n’ont aucune difficulté à parler d’une seule voix lorsque l’unique question en jeu est celle de la souveraineté, comme ils l’ont fait pendant la campagne référendaire de 1995. On s’entend sur un seul mot, « oui ». Pas de discussions interminables sur s’il devrait y avoir des bécosses sur les terrains de camping sauvage des parcs nationaux d’un Québec souverain. S’il y a plusieurs mouvements souverainistes, c’est simplement qu’il y a plusieurs « sortes » de Québécois qui sont souverainistes, et c’est une maudite bonne nouvelle.

     

    La stratégie


    Mais il y a la stratégie. Il nous faudra bien un parti souverainiste majoritaire à l’Assemblée nationale. Comment y arriver avec trois partis qui se font concurrence ? Avec une composante de proportionnelle dans notre mode de scrutin et en militant comme il faut, on pourrait obtenir une majorité d’élus souverainistes à l’Assemblée nationale sans que ces élus aient besoin d’être tous du même parti. Ces élus représenteraient beaucoup mieux les souverainistes de toutes tendances qu’un Parti Québécois dont l’appel de ralliement lancé aux souverainistes se résume à peu près à : « C’est nous les plus gros ! »


    Sauf que cette composante de proportionnelle, le « plus gros » n’en veut plus depuis qu’il l’a retirée de son programme en 2011. Donc, soit nous tentons de réunir dans un gros programme toutes sortes de gens qu’une seule idée unit réellement, soit nous fournissons un effort pour mettre au pouvoir un parti qui promet de réaliser cette réforme de la proportionnelle (ON ou QS). Pourquoi pas ? On sait les Québécois capables de grands retournements rapides. Nous sommes comme cet oncle un peu silencieux qui ne se fâche presque jamais lorsqu’on l’écoeure, mais qui explose parfois pour imposer tout à coup le respect dans un grand frette libérateur.

     

    Trois gangs différentes


    Et puis, il y a une raison pour laquelle trois partis souverainistes existent. Ils rassemblent des gangs différentes, séparées par une question d’identité, de personnalité. C’est de l’« humainerie ». Bon, maintenant, attelez-vous, je vais généraliser. Je sais que c’est très mal. Mais ça me permet d’avancer une hypothèse qui a tout de même du bon sens.


    Le PQ, c’est l’opportunisme. Ce n’est pas pour être pas fine, c’est vraiment ce que je pense. Il y a le moment opportun. Il y a aussi la carrière politique, la meilleure des carottes dans ce monde où on se définit avant tout par le travail. Je ne condamne personne, nous sommes tous sensibles aux carottes. J’ai vécu une nuit d’insomnie le jour où un député du PQ a fait la route Montréal-Québec juste pour me coopter. J’aurais peut-être une job de députée aujourd’hui, moi, artiste qui tire le yâble par la queue et qui n’a pas fini de rembourser ses dettes d’études. Au matin, c’était clair : mes carottes à moi, ce sont davantage la passion, l’authenticité et l’aventure que la carrière. Je veux travailler pour vrai à l’indépendance du Québec parce que, dans mon calcul subjectif, si je vis ce jour-là dans ma vie, je serai riche (un jour comme ça, c’est sûr qu’il figure parmi les 5-6 grandes choses auxquelles on pense en souriant sur notre lit de mort). Quant à QS, je pense qu’il comprend des indépendantistes désabusés de l’opportunisme péquiste qui, si ON avait existé au moment où ils ont rejoint les rangs de QS, auraient choisi ON (mais on ne quitte pas ses amis militants aussi facilement). D’autres « solidaires » sont de vrais amoureux de la justice sociale qui ne voient pas toujours très clairement ce qu’il y a d’intéressant dans l’indépendantisme et sont rebutés par tout discours identitaire (et pourtant, quel plus délicieux rempart contre les ravages du capitalisme que la culture et l’identité ! Mais bon, je me tais).


    Tout ça pour dire que les partis attirent des types de gens différents et que ce sont ces différences qui rejaillissent dans le fiel des ostinages interpartisans, autant sur Facebook que dans les hautes sphères politiques, de la même manière que ce sont toujours les 2-3 mêmes différences fondamentales qui sont à l’origine d’à peu près toutes les chicanes d’un couple. Oui, il y a les idées et elles comptent pour beaucoup. Mais il ne faut pas oublier que les humains sont des humains et qu’ils sont loin (oh mon dieu combien loin !) d’être à 100 % rationnels.


    Je ne veux décourager personne quant aux possibilités d’union des partis souverainistes. Je suis sûre qu’ils pourraient élaborer des stratégies intelligentes qui représenteraient une situation profitable à tous. Je milite d’ailleurs pour un parti qui est officiellement prêt à collaborer avec tout autre parti qui sera aussi clairement souverainiste que lui. Mais on va s’ostiner entre nous tant qu’on n’aura pas laissé tomber l’idée selon laquelle il faut être une gang monolithique. Nous ne sommes pas une gang monolithique. Ce qu’il faut, c’est que tous les souverainistes soient représentés à l’Assemblée nationale pour que toutes les tendances puissent travailler ensemble sur ce qui les unit vraiment, sans renier le reste de leur personnalité. C’est infiniment plus démocratique. Et pour ça, il faut absolument un mode de scrutin plus proportionnel. Alors si vous êtes souverainiste, mettez donc ça sur votre liste d’épicerie lorsque vous éplucherez les plateformes électorales la prochaine fois.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel