Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    La constitution est la convention collective des peuples

    Tout ce qui s’édifie sur l’absence d’un texte fondateur sanctionné par le peuple est flottant

    28 décembre 2012 | Sébastien Ricard - Comédien, rappeur et membre du Regroupement citoyen Le Moulin à paroles | Québec
    Ne laissons pas se refermer la plaie. Le mouvement de ce printemps, mouvement historique, sans une analyse profonde et une action politique à la hauteur de sa force, sans une victoire historique, pourrait bien ne représenter à terme qu’un acte autiste et automutilatoire.

    Combien de fois avons-nous entendu dire ces derniers mois que nous vivions dans une société de droit ? Cette formule répétée sur tous les tons et par tous, à droite comme à gauche, comme pour s’en convaincre, ne tient pas la route. La démocratie québécoise qui serait garante de la société de droit, non plus.


    La démocratie, pour être réellement effective, doit s’inscrire dans un cadre. Un cadre aménagé et arrêté par le peuple. Le cadre parlementaire tel qu’on le connaît répond-il à cette exigence démocratique fondamentale ? Si nous sommes aussi démocrates et épris de justice que nous le prétendons, le vide constitutionnel dans lequel le Québec flotte à l’intérieur du Canada, depuis trente ans cette année, un fait incontournable, devrait nous intéresser. Mais non. De le rappeler, cela ne nous convient pas. Qualifiée de vieilles chicanes par le Parti libéral et maintenant par la Coalition avenir Québec, qui veut « d’abord remettre le Québec inc. sur les rails du progrès économique », considérée comme « pas très sexy », ou « trop théorique » par les souverainistes, la confrontation avec cette aberration juridique qui nous concerne tous est remise aux calendes grecques.


    La démocratie avec. Ce fait qui conditionne pourtant largement notre vie collective est, ce faisant, en voie de devenir tabou. J’aimerais trouver les mots pour dire comment cette situation, loin d’être théorique, travaille notre chair et notre âme de peuple !

     

    Les paroles s’envolent…


    Sans une constitution voulue et sanctionnée par le peuple, sans ce cadre fondamental et déterminant, tout ce qui s’édifie sur son absence est flottant, vague, indéfini et vite oublié. Les paroles s’envolent, les écrits restent, dit le proverbe. Sans cadre, les écrits mêmes perdent leur poids. Rien n’a de durée, tout s’efface à mesure, s’évanouit, et si les choses perdurent, c’est momentanément et, encore, au prix d’efforts insensés. C’est là que d’ordinaire un peuple se soulève et plus rien ni personne ne pourra l’empêcher d’établir cette chose absolument essentielle à son existence et à son épanouissement.


    Mais il y a pire que l’absence de cadre. Bien pire. Oublier qu’il n’y a pas de cadre est infiniment pire. Être absent à cette absence. Je crois que nous en sommes rendus là. Au Québec, tout parle depuis cette conviction que nous sommes constitués. Nous nous comparons, nous interprétons les événements, nous nous projetons dans l’avenir à l’aune de ce fourvoiement initial. Nous envisageons la souveraineté politique depuis cette certitude. Mesurons-nous l’épuisement qui en résulte ? La fatigue qu’entraîne ce travail de sape ? Non, tout se passe comme si nous ignorions ce qui se trame.


    Les succès de la Révolution tranquille ont jeté un voile sur cette réalité qui ne peut plus correspondre avec l’idée fausse et flatteuse que nous entretenons de nous-mêmes. Pour le dire crûment, nous sommes des parvenus. Faute de mieux, nous singeons la liberté, un mot rabaissé à la seule réussite individuelle, qui se comptabilise en espèces sonnantes et trébuchantes et se consacre au gala de l’excellence La Presse -Radio-Canada.


    Mais le parvenu, c’est aussi celui qui est arrivé au bout, au point de non-retour. Dans la conscience de cet état, le vertige le prend et pourrait avoir raison de lui, de son courage et de sa lucidité nouvelle, mais s’il se souvient qu’il n’est pas seul, il saura mettre à profit la part la plus valable de l’héritage de la Révolution tranquille : le goût du risque. Collectif.


    Ne laissons pas se refermer la plaie. Pendant que la bonne gestion de nos ressources naturelles, leur exploitation, à quel prix et pourquoi faire, occupe, avec la corruption, tout notre esprit civique et semble bientôt devenir l’assise de notre contrat social, j’aimerais rappeler les mots profondément modernes de Jean-Jacques Rousseau : « Une saine et forte constitution est la première chose qu’il faut rechercher ; et l’on doit plus compter sur la vigueur qui naît d’un bon gouvernement que sur les ressources que fournit un grand territoire. »

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel