Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Lettre - L’événement marquant de l’année

    27 décembre 2012 |Jacques Lamarche - Sainte-Geneviève-de-Batiscan, Le 20 décembre 2012 | Québec
    L’homme qui a marqué l’histoire du Québec depuis près de dix ans a quitté la sphère publique. Jean Charest s’est retiré dans ses terres et le paysage politique s’est transformé. Dans la rue, le calme est revenu. À l’Assemblée nationale, le ton est plus civilisé, les partis ont recommencé à se parler et à collaborer.

    Dans la société, de vieux débats ont repris ou reprendront (langue, rôle des PPP, redevances minières, avenir des universités, place du privé en santé, laïcité et accommodements raisonnables…) et de nouveaux espoirs surgissent en matière d’éthique et de finance publique.


    Son seul départ a profondément changé le milieu politique québécois, et cela, avant même que le nouveau gouvernement ait posé un premier geste tant il a pu, avec le concours de puissants amis et collaborateurs, y imprimer son style empreint de suffisance, fortement teinté de laxisme et marqué par une propension à agir en vase clos, à ne pas privilégier la franche discussion et la concertation, et surtout à ne voir dans l’opposition que des ennemis.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel