Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    ON et QS : un rapprochement improbable

    11 décembre 2012 17h39 |Raphaëlle Élément Militante d’Option nationale | Québec
    Cette lettre est une réplique à la lettre de Alexandre Leduc publiée le 6 décembre.
    Réponse à Alexandre Leduc, de Québec solidaire

    Je tiens à commencer ma lettre en reconnaissant l’évidente bonne volonté qui motive votre désir qu’Option nationale se rapproche de Québec solidaire, voire que les deux partis enfantent un tiers. Or, selon moi, vous rêvez en couleurs (ce qui n’est aucunement interdit, je le reconnais aussi) et ce pour trois grandes raisons.

    Premièrement, il y a parmi les militants de votre parti plusieurs personnes qui n’adhèrent pas à la cause indépendantiste. Un sondage Le Devoir- The Gazette réalisé par Léger Marketing et publié le 24 novembre dernier chiffre à 50% l’appui de vos sympathisants à l’indépendance nationale. Sachant que la souveraineté peut facilement occuper le 634ème rang sur une liste de chose à faire, il est réaliste de croire que le pays québécois ne constitue pas la priorité d’une majorité de vos membres. Ces personnes sont libres de penser ce qu’elles veulent, mais vous conviendrez avec moi que s’afficher comme porte-étendard du projet indépendantiste dans une telle conjoncture relève de la fabulation.

    À Option nationale, cette aspiration nous motive au quotidien. Elle nourrit notre engagement et nos espoirs quant à l’avenir et nous sert d’argument à tout azimuts pour démontrer le fait que le Québec peut faire beaucoup mieux sur tous les plans avec de simples mesures de prise en main demandant un minimum de courage politique. Elle est charnière de tout le reste. Le reste, oui.

    Deuxièmement, votre lettre publiée dans Le Devoir du 6 décembre dernier expose bien, à mon avis, la vision qu’a Québec Solidaire de la souveraineté. Vous y écrivez : «Bien qu’il y ait des différences sur le mode d’accession à l’indépendance entre les deux partis, d’importantes convergences existent : que ce soit sur la gratuité scolaire, Pharma-Québec, le mode de scrutin proportionnel ou encore le refus du privé en santé, la maîtrise de nos ressources naturelles, les deux formations jouent sur la même patinoire.» Vous mettez de l’avant plusieurs valeurs fondamentales de votre parti, parmi lesquelles la souveraineté ne semble figurer que pour faire bonne figure.

    Or, «l'indépendance n'est ni à gauche, ni à droite, mais en avant!», comme le disent plusieurs. La liberté dans toute sa simplicité et sa grandeur constitue un enjeu en elle-même. Un enjeu central. De là partent tous les rêves, toutes les idées, toutes les politiques… Imposer un sens à la liberté revient à biaiser le processus d’émancipation. Toute personne animée par ses convictions avant tout autre chose a la légitimité de s’affirmer républicaine et de prendre part au mouvement. Peu importe le sens desdites convictions sur l’échiquier politique. Il faut rassembler tous ces gens sous un même drapeau. Il faut marcher en avant. Pour reprendre votre image, non, les deux formations ne jouent pas sur la même patinoire. QS s’active sur la glace située dans le couloir gauche de l’aréna. ON utilise une patinoire indépendante.

    Troisièmement, la plateforme d’Option nationale contient plusieurs éléments visant à assurer la protection de la langue française au Québec dont, notamment, l’application de la loi 101 dans les cégeps. Québec solidaire s’y oppose fermement, comme à d’autres mesures dites plus conservatrices. Beaucoup d’entre nous, dont moi-même, portent en eux la fibre nationaliste. Nos visions quant à la politique d’immigration à adopter diffèrent grandement. J’ouvre une petite parenthèse pour rappeler qu’il existe tout un monde entre le nationalisme et la xénophobie. Vouloir intégrer les immigrants à notre culture ne signifie pas vouloir leur laver le cerveau. Le multiculturalisme favorisant les ghettos ne nous intéresse pas.

    Un rapprochement significatif entre Québec solidaire et Option nationale à court ou moyen terme est improbable. Les deux partis ne peuvent se rejoindre puisqu’ils ne reposent pas sur les mêmes bases. ON n’en a qu’une seule et vous savez laquelle.

    Raphaëlle Élément
    Militante d’Option nationale



     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel