Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Des compressions tous azimuts

    Même les ministères de l’Éducation et de la Santé écopent

    7 décembre 2012 | Robert Dutrisac | Québec
    <div>
	«C’est une phase plate, mais ce n’est pas de ma faute, a dit le président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard. C’est la faute aux libéraux.»</div>
    Photo : La Presse canadienne (photo) Jacques Boissinot
    «C’est une phase plate, mais ce n’est pas de ma faute, a dit le président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard. C’est la faute aux libéraux.»
    Non seulement le président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard, impose des compressions tous azimuts, y compris en santé et en éducation, mais il somme les ministères et les entités consolidées du gouvernement de serrer d’un autre cran leur ceinture afin d’extirper 400 millions de plus.

    « C’est une phase plate, mais ce n’est pas de ma faute », a affirmé Stéphane Bédard lors du huis clos qui a précédé le dépôt à l’Assemblée nationale du budget de dépenses 2013-2014 du gouvernement, soit les crédits des ministères et organismes. La faute revient aux libéraux, a-t-il soutenu. « Un relâchement important a été constaté dans la gestion des fonds publics, sans compter les dérapages dans les investissements en infrastructure, qui exercent une pression énorme dans les dépenses de programme et la dette du gouvernement. »


    « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés », disait La Fontaine. Les compressions, qui sont désignées sous le vocable de « mesures d’optimisation », sont appliquées à tous les ministères sauf le ministère de la Famille, qui voit son budget augmenter de 3,2 % en raison de l’ouverture de nouvelles places dans les services de garde. Dans leur ensemble, les dépenses sont ramenées à 1,9 % pour l’année en cours et à 1,8 % en 2013-2014. « Le premier budget de dépenses de notre gouvernement vise à remettre le Québec sur la voie du déficit zéro dès l’an prochain », a réitéré le président du Conseil du trésor.


    Pour les universités et les cégeps, les compressions ont été appliquées dès cette année : elles s’élèvent à 128 millions, ou 2,5 % de la somme que leur verse le gouvernement. Si on retranche les sommes reçues pour éponger les coûts du conflit étudiant, les compressions atteignent 60 millions pour les universités et 9 millions pour les cégeps.


    Ce n’est que l’an prochain que les universités toucheront une hausse de 3,3 %, ce qui n’est pas suffisant pour couvrir l’inflation (les coûts de système) pour les deux années. Pour les cégeps, c’est 1 % de plus en 2013-2014 après les compressions de cette année. Rappelons aussi la chute de 37,5 millions - ou 12 % - des budgets alloués à la recherche.


    Avec une hausse de son budget de 1,8 %, le réseau de l’éducation devra faire face à certaines compressions, puisque certaines commissions scolaires se voient privées de 200 millions au chapitre de la péréquation.

     

    Emploi, santé et culture


    Avec une croissance de son budget de 4,8 % l’an prochain, soit 1,5 milliard sur un budget de 31,6 milliards, le ministère de la Santé et des Services sociaux semble à première vue épargné. Or, 500 millions serviront à enrichir les médecins, qui auront droit à une augmentation de plus de 10 % de leur rémunération en raison du rattrapage qu’ils ont su négocier avec le gouvernement Charest. En outre, on impose un « plan d’optimisation » de 178 millions aux centres hospitaliers, et de 53 millions aux agences de la santé et des services sociaux. L’amélioration des services, notamment en soins à domicile, proviendra des économies de 336 millions réalisées sur la note des médicaments, notamment avec l’élimination de la protection de 15 ans des brevets.


    « On protège les services aux citoyens », a avancé Stéphane Bédard. Mais il y a tout lieu de croire que lors de l’analyse des crédits en février à l’ouverture de la prochaine session, les partis d’opposition auront beau jeu de trouver des compressions qui auront des conséquences sur les services.


    Ainsi, au ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale, on réduit de 55 millions l’aide à l’emploi et de 51 millions l’aide financière apportée aux démunis. Cette réduction de l’aide sociale s’explique en partie seulement « par la baisse de clientèle prévue », signale le Conseil du trésor. Au ministère des Transports, une coupe de 12 millions est faite dans le transport adapté des personnes handicapées.


    Le ministère de la Culture et des Communications fait belle figure avec un relèvement de 2,1 % de son budget, ou 12,8 millions. Mais en réalité, une part non négligeable de 4,7 millions vient éponger les dépassements de coûts du partenariat public-privé (PPP) de la Maison symphonique. Le béton garde la cote, puisque l’aide aux immobilisations passe de 85,8 à 94,8 millions, mais l’aide aux projets est réduite comme peau de chagrin à 907 000 $, une coupe de 4 millions tout comme la rubrique « interventions particulières », dont on retranche 3,6 millions. Les grandes institutions conservent grosso modo les mêmes budgets, tout comme le Conseil des arts et des lettres, qui fait du surplace.


    L’aide aux entreprises écope. On retranche 58 millions des interventions émanant du Fonds de développement économique, soit une compression de 20 %.


    La région de Montréal perd près de 15 millions, ou 12 % de son programme de promotion et de développement tandis que celui de la Capitale-Nationale est amputé de 3,3 millions, une baisse moindre de 5 %.

     

    Les réactions


    Du côté de l’opposition officielle, on estime que les compressions vont freiner la croissance économique. « C’est nos objectifs. Le chemin pour arriver, c’est complètement le contraire de ce que nous avons fait », a affirmé Sam Hamad, le porte-parole libéral en matière d’économie. Son homologue de la Coalition avenir Québec, Christian Dubé, a exprimé des doutes quant à la possibilité que le gouvernement Marois réussisse à limiter la croissance des dépenses à 1,8 %. Enfin, François David, de Québec solidaire, ne croit pas que les compressions n’affecteront pas les services aux citoyens. À Montréal, le maire Michael Applebaum a joué de prudence. Il préfère analyser la situation plus à fond avant de s’indigner. « On va examiner les conséquences sur notre budget, et on verra les suites à donner à cette annonce. » L’opposition officielle est du même avis. « Il n’y a pas lieu encore de crier au loup », a dit Véronique Fournier, porte-parole de Vision Montréal en matière de finances.


    Richard Bergeron, chef de Projet Montréal, s’est montré plus cinglant. « Le gouvernement n’a pas compris, de toute évidence, quelle est l’importance de Montréal pour l’avenir du Québec. »


     

    Avec Brian Myles

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel