Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Revenir aux sources de l’idée libérale

    Les libéraux ont oublié qui ils sont. Pour se redéfinir, il leur faut plonger profondément dans leurs racines, jusqu’aux patriotes et à Wilfrid Laurier, entre autres.

    5 décembre 2012 | Philippe Couillard - Candidat à la direction du Parti libéral du Québec | Québec
    « Au pouvoir depuis tellement d’années, marquées par des luttes constitutionnelles trop souvent menées sur le terrain de leurs adversaires, plusieurs libéraux du Québec en sont venus à oublier qui ils sont », estime Philippe Couillard.
    Photo : Jacques Nadeau - Le Devoir « Au pouvoir depuis tellement d’années, marquées par des luttes constitutionnelles trop souvent menées sur le terrain de leurs adversaires, plusieurs libéraux du Québec en sont venus à oublier qui ils sont », estime Philippe Couillard.

    Les revers de fortune d’un parti aux élections générales sont toujours décevants pour qui consacre ses énergies à y militer. Par contre, pour qui sait les saisir et en profiter, ceux-ci peuvent devenir des occasions privilégiées de ressourcement et de renouvellement. Le renouvellement, c’est ce que les militants libéraux sont en train d’accomplir en se choisissant un nouveau chef et en commençant à débattre de ce que deviendra notre programme politique aux prochaines élections. Le ressourcement consiste à se demander ce que c’est qu’être libéral, en quoi le libéralisme se distingue des autres courants politiques, et en fonction de quels critères juger du degré de libéralisme d’une proposition. Je propose ce texte à tous les Québécois intéressés par cette idée, sa nature et son avenir.


    Selon l’angle d’approche, on définira ce mouvement comme un contenu politique, une façon de regarder le monde et une sensibilité particulière.


    Un contenu politique


    Le libéralisme politique : démocratie représentative, gouvernement constitutionnel, charte des droits, etc.


    Le libéralisme économique : défense de l’entrepreneuriat, du libre-échange, du développement économique et de la libre concurrence, en équilibre avec le rôle régulateur de l’État.


    Le libéralisme social : tolérance, inclusion et égalité des chances.


    Une façon de regarder le monde


    Celle des esprits « libéraux », c’est-à-dire des individus « ouverts » et épris de liberté qui, comme Wilfrid Laurier le disait déjà en 1877, « pensent que partout, dans les choses humaines, il y a des abus à réformer, de nouveaux horizons à ouvrir, de nouvelles forces à développer ». Cette façon « libérale » de regarder le monde n’est pas seulement présente en politique, mais dans toutes les sphères de l’activité humaine. Les « arts libéraux » (ces matières d’enseignement auxquelles le mot « arts » fait référence dans le diplôme de baccalauréat ès « arts » : l’apprentissage de la langue, de la littérature, de l’histoire et des beaux-arts) ont pour mission de développer l’esprit « libéral », afin que la culture de l’âme puisse faire son oeuvre et que l’humanisme fleurisse.


    Une sensibilité politique particulière


    Développée au fil de l’histoire particulière des libéraux du Québec, avec :


    leur combat pour le gouvernement responsable ;


    l’embryon d’interculturalisme qui est déjà le leur, en 1837, quand ils adoptent le tricolore vert, blanc et rouge pour symboliser leur combat pour la démocratie et l’inclusion (vert pour l’Irlande, blanc pour la France et rouge pour l’Angleterre) ;


    l’amitié avec ce que les États-Unis d’Amérique contiennent de progressisme, une amitié tellement profonde qu’elle amena longtemps les Rouges du dix-neuvième à vouloir annexer le Bas-Canada à l’Union américaine plutôt qu’à persister seuls dans un Bas-Canada indépendant ou à accepter de s’intégrer au reste du Canada ;


    l’amitié qui les lie aux patriotes et libéraux des autres provinces, une amitié active depuis les tout premiers combats de Papineau, et sur la base de laquelle Wilfrid Laurier a bâti l’option fédéraliste qui est encore la nôtre aujourd’hui, une option basée sur une vision de partage économique, social et culturel donnant à notre Citoyenneté canadienne un sens qui va bien au-delà des considérations de « rentabilité » ou de mécanique constitutionnelle ;


    les combats pour l’ouverture du Québec aux immigrants, depuis les luttes contre l’antisémitisme d’un Alexandre Taschereau, d’un Raoul Dandurand ou d’un Jean-Charles Harvey jusqu’aux accommodements raisonnables d’aujourd’hui, et avec tout le travail de représentation et d’intégration des minorités au sein de notre propre parti qui est l’héritage d’ouverture que nos ancêtres nous ont laissé ;


    la lutte contre le fascisme par le biais du soutien à la conscription, un soutien pour lequel Adélard Godbout et Télesphore-Damien Bouchard payèrent un prix politique si élevé que ce serait bien le comble que les libéraux du Québec ne s’en réclament plus, maintenant que l’histoire leur a tellement donné raison ;


    la Révolution tranquille au sens large, avec ce qu’elle implique de modernisation de l’État du Québec, de création d’un ministère de l’Éducation et de la Culture, de création de l’assurance-maladie, d’une Charte québécoise des droits et libertés, etc ;


    le combat pour le développement économique du Québec, depuis les efforts d’industrialisation de nos ressources forestières par Alexandre Taschereau dans les années 1920, à la création d’Hydro-Québec par Adélard Godbout, en 1944, à la Caisse de dépôt de Jean Lesage, au développement de la baie James par Robert Bourassa dans les années 1970, jusqu’au Plan Nord de Jean Charest, plus récemment.


    Des trois aspects par lesquels définir le libéralisme, celui qui concerne la façon qu’ont les libéraux de regarder le monde est peut-être le plus important. Il est vrai que sans les deux autres aspects, ce dernier risque de rester passablement désincarné, ou de paraître s’appliquer aussi bien à nos membres qu’à ceux d’autres partis. Mais cet élément reste malgré tout le critère principal par lequel distinguer entre le véritable libéralisme et certains programmes qui n’ont de libéral que le nom. Je pense en particulier au néolibéralisme, qui propose comme seul arbitre le libre marché ou encore à l’intégrisme laïque, qui prétend défendre la tolérance en rejetant plusieurs des accommodements par lesquels elle s’exprime.


    L’ouverture d’esprit, le goût d’aller de l’avant et de réformer restent donc la base de notre libéralisme. Cette fondation soutient alors un ensemble de choix basés sur la tolérance, l’inclusion, notre attachement au fédéralisme et le développement économique comme condition préalable à l’expression concrète de notre solidarité. C’est en mettant de l’avant ces traits particuliers que nous pourrons convaincre les esprits libéraux du Québec de se rallier à nous. Tel est du moins le pari que je propose.


    J’ai gardé en mémoire une conversation tenue, il y a de cela quelques années, avec un adversaire politique. Celui-ci, solidement campé sur ses convictions souverainistes, me demandait avec un brin d’ironie : « Et vous, les libéraux, autour de quelles idées vous rassemblez-vous ? » J’aurais pu répondre : et vous, souverainistes, autour de quelle idée vous rassemblerez-vous si, par hasard, vous gagniez un référendum ? Serez-vous de droite ou de gauche ? Pour quelles valeurs vous battrez-vous ? La fracture actuelle du mouvement souverainiste autour de cet axe politique témoigne de sa difficulté à répondre à cette question fondamentale, longtemps reléguée au second plan par les débats portant sur notre avenir national.

    Au pouvoir depuis tellement d’années, marqués par des luttes constitutionnelles trop souvent menées sur le terrain de leurs adversaires, plusieurs libéraux du Québec en sont venus à oublier qui ils sont. Leurs options politiques ont trop souvent été défendues dans les termes d’une mitigation des idées des autres. Le recueil de principes publié par Claude Ryan en 2002 est un élément de réponse, mais le retour aux sources doit puiser plus profondément dans notre histoire, aux racines mêmes d’un mouvement d’idées séculaire, dont la noblesse et la profondeur sont susceptibles de rallier une majorité de Québécois. Car telle l’une de ces fameuses cordes sensibles des Québécois dont parlait Jacques Bouchard, le penchant pour les idées libérales n’est ni un défaut de nationalisme, ni une carence de social-démocratie. C’est quelque chose en soi, qui a son âme et ses valeurs propres, à la recherche constante des points d’équilibre entre les extrêmes. Et c’est en s’appuyant sur son histoire, sur ce versant de l’âme québécoise que le Parti Libéral du Québec sera à nouveau capable de proposer un avenir meilleur et de rassembler tous ceux et celles qui voudront s’y retrouver.

    ***
     

    Philippe Couillard - Candidat à la direction du Parti libéral du Québec

    ***
    Ce texte a été modifié après publication

    « Au pouvoir depuis tellement d’années, marquées par des luttes constitutionnelles trop souvent menées sur le terrain de leurs adversaires, plusieurs libéraux du Québec en sont venus à oublier qui ils sont », estime Philippe Couillard. Wilfrid Laurier a bâti l’option fédéraliste qui est encore la nôtre aujourd’hui « sur la base de l’amitié qui lie les libéraux du Québec aux patriotes et libéraux des autres provinces ».
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel