Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Union des forces souverainistes - Québec solidaire veut d’abord discuter avec Option nationale

    3 décembre 2012 | Jessica Nadeau | Québec
    André Frappier, porte-parole par intérim de Québec solidaire
    Photo : André Frappier, porte-parole par intérim de Québec solidaire
    Québec — Québec solidaire (QS) veut rallier les forces souverainistes. Réunis en conseil national tout le week-end à Québec, les délégués ont voté pour entamer des discussions avec Option nationale en vue des prochaines élections, qui peuvent survenir à tout moment dans un contexte de gouvernement minoritaire. La question d’une alliance avec le PQ, quant à elle, sera discutée en mai prochain.

    « Une des décisions qu’on a prises, c’est d’amorcer des discussions avec Option nationale », a déclaré le nouveau porte-parole par intérim de QS, André Frappier, rappelant que les deux partis souverainistes avaient conclu une entente lors des dernières élections pour ne pas présenter de candidats dans les circonscriptions de leurs chefs respectifs.


    « Il est trop tôt pour dire quel genre de discussions, précise André Frappier. Ce qu’on vous dit, c’est que, nous, on est ouverts à des discussions avec eux. »


    S’il ne parle pas ouvertement de fusion, il ne ferme pas non plus la porte, souhaitant clairement aller au-delà de simples ententes électorales. « On va commencer par se connaître et travailler ensemble sur différents dossiers sur lesquels je pense qu’on peut s’entendre. Si on réussit à faire cela et à s’entendre sur ces questions-là, après, on verra. »


    Questionnée sur l’intérêt d’Option nationale à travailler en collaboration avec Québec solidaire, Françoise David jure qu’il n’y a eu jusqu’ici aucune discussion officielle. « On n’a pas eu de discussions, mais, oui, il y a des signes d’ouverture de la part du chef lui-même, Jean-Martin Aussant. » Sur le terrain, elle se réjouit de voir de jeunes militants de Québec solidaire et d’Option nationale commencer à se parler, ce qu’elle trouve très « intéressant ».


    Pour André Frappier, les deux partis se rejoignent sur plusieurs idées. « Sur la question du programme, on a été quand même surpris - mais très intéressés - de voir que, dans l’ensemble, il n’y avait pas beaucoup de différences entre le programme d’Option nationale et le nôtre, aux dernières élections. Le point de divergence, pour eux, c’est qu’ils voient la question de la souveraineté comme un chemin direct sans lien avec un contenu social. Nous, on ne voit pas cela de cette façon-là. Mais c’est une des solutions. Et à ce niveau-là, je pense qu’il y a un terrain fertile. »

     

    Vers une alliance avec le PQ ?


    Quant à une éventuelle alliance avec le PQ, il est trop tôt pour en discuter, ont convenu les délégués, qui remettent la discussion au prochain conseil national, qui se tiendra en mai prochain. Revenant sur la décision, l’an dernier, de ne faire aucune entente électorale avec le PQ, André Frappier soutient que, à Québec solidaire, « on ne ferme pas la porte à vie ». Il montre une certaine ouverture, mais sans trop d’optimisme.


    « On va rouvrir le débat, à notre prochain congrès pour savoir s’il est possible d’avoir des ententes électorales stratégiques avec le Parti québécois en ce moment. Mais, comme je le répète [la décision se prendra], à la lumière de l’analyse qu’on fera de la performance du PQ durant les premiers mois de son mandat. Et au moment où on se parle, on ne peut pas dire que ça va très bien. »


    Françoise David dit qu’ils vont réfléchir sur la question à l’interne, mais qu’il « n’y aura donc pas, entre maintenant et le mois de mai, de discussions à ce sujet avec le PQ ».


    Un autre des grands mandats d’André Frappier sera d’assurer une présence des militants de QS et de défendre les positions du parti dans les assemblées citoyennes qui se dérouleront dans le cadre du Sommet sur l’éducation. « On a une politique très claire là-dessus, on n’a pas changé sur la question de la gratuité. On va travailler au niveau parlementaire évidemment, mais aussi au niveau social. »


    Il compte enfin, dès janvier, remettre en fonction l’équipe électorale de QS en vue d’éventuelles élections, en faisant le tour des associations pour s’assurer qu’il y aura des candidats dans toutes les circonscriptions.


    Tout cela devra se faire dans les cinq prochains mois, car André Frappier, qui a été élu pour assurer l’intérim, ne se représentera pas aux élections pour nommer le prochain président et porte-parole officiel du parti en mai prochain. Questionnée sur les raisons qui poussent QS à mettre quelqu’un en poste pour cinq mois seulement, Françoise David avoue que ce sont les membres qui ont rappelé le comité de coordination à l’ordre.


    « La première idée du comité de coordination nationale, c’était d’y aller maintenant, mais ce sont nos associations qui, en grand nombre, nous ont demandé de reporter le vote parce que […] ça demande une réflexion un peu trop rapide. »


    À ceux qui se demandent pourquoi le parti n’est pas allé chercher une figure plus connue, comme Manon Massé, QS rappelle que, selon les statuts et règlements du parti, il faut un homme et une femme, un parlementaire et un non élu. Amir Khadir a cédé sa place de porte-parole parlementaire à Françoise David depuis l’élection de cette dernière en septembre dernier. Il fallait donc que le porte-parole suivant soit un homme non élu.


    Bien qu’André Frappier soit peu connu du grand public, c’est un « choix qui s’imposait » en raison de sa très grande expérience dans le monde syndical et de sa vaste connaissance du parti, lui qui milite au sein de QS dès les débuts. Il s’est présenté trois fois comme candidat de QS dans Crémazie.


    André Frappier a travaillé comme facteur et a milité au sein du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes, de même qu’à la FTQ, où il était président de la section locale de Montréal. Il a aussi été candidat pour le NPD en 2004 aux côtés de Jack Layton.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel