Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?

    Old Harry : la CAQ presse le PQ à négocier

    29 novembre 2012 |Jessica Nadeau | Québec
    Québec ne doit pas attendre les études environnementales en cours avant d’entamer des négociations avec Terre-Neuve et Corridor Resources pour l’exploitation du gisement d’Old Harry, estime François Legault, qui veut que le gouvernement nomme un négociateur autre que la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet.

    Depuis deux jours, la Coalition avenir Québec talonne le gouvernement Marois dans le dossier Old Harry, l’accusant de se « traîner les pieds » et de perdre ainsi « une opportunité exceptionnelle de réduire cette dette de dizaines de milliards de dollars ».


    Il dénonce le fait que le gouvernement Marois, qui est au pouvoir depuis moins de 100 jours, n’a toujours pas entamé les négociations avec Terre-Neuve et Corridor Resources.


    En point de presse, le chef de la CAQ en a rajouté. Selon lui, si le gouvernement Marois n’a pas encore entamé les négociations, c’est en raison du « dogmatisme » de sa ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, qui tente de « gagner du temps » en affirmant qu’elle voulait attendre les résultats de l’étude environnementale stratégique, attendus d’ici la fin de l’année.


    « Martine Ouellet pense que les résultats de l’étude environnementale, elle les a déjà, les conclusions, dans sa tête, puis elle pense qu’il ne faut pas exploiter le pétrole. »


    Interrogé par les journalistes, il convient que les études environnementales sont nécessaires avant d’entamer l’exploitation, mais pas les négociations. C’est pourquoi il somme le gouvernement de nommer dans les prochains jours un négociateur officiel. Mais pas n’importe qui, précise-t-il. Et surtout pas Martine Ouellet, qui n’est « pas crédible ».


    « Peut-être que Martine Ouellet, quand il s’agit d’hydroélectricité, elle y croit, mais quand il s’agit de pétrole, elle l’a dit souvent dans le passé qu’elle n’était pas favorable. Donc, je ne vois pas comment ça peut être elle qui mène la négociation. »

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel