Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Francisation obligatoire des immigrants : Québec n’est pas prêt à trancher

    25 novembre 2012 11h46 |La Presse canadienne | Québec
    Diane De Courcy, lors d'un colloque qui s'est déroulé en octobre. À l'arrière plan, Louise Marchand, présidente de l'Office québécois de la langue française.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Diane De Courcy, lors d'un colloque qui s'est déroulé en octobre. À l'arrière plan, Louise Marchand, présidente de l'Office québécois de la langue française.
    Québec — La francisation des immigrants pourrait figurer sur la liste des promesses électorales non tenues du Parti québécois.
     
    Car le gouvernement Marois refuse de dire s’il va ou non respecter son engagement visant à forcer des milliers d’immigrants allophones à apprendre la langue officielle du Québec.
     
    Pour l’instant, le projet est donc sur la glace.
     
    En entrevue à La Presse Canadienne, sa première depuis qu’elle est entrée en fonction, la ministre de l’Immigration, Diane De Courcy, a dit qu’il était trop tôt pour se prononcer sur cette délicate question. Et elle ne se fixe pas d’échéance pour y répondre.
     
    « Je ne suis pas encore à des mesures, à des dispositions. Je suis à des constats, a dit la ministre De Courcy. Il serait trop tôt pour vous dire que mon idée est faite. »
     
    Pourtant, en septembre, la plateforme électorale du Parti québécois était très claire sur ce point, affirmant qu’un gouvernement Marois allait « rendre obligatoires les cours de francisation pour celles et ceux qui n’ont pas une connaissance fonctionnelle du français ».
     
    « Nous avons à tenir compte du programme, bien sûr », nuance désormais la ministre, soucieuse de « voir comment on peut, avec la réalité qui nous occupe », réaliser l’objectif.
     
    40 %

    Le Québec accueille plus de 50 000 immigrants chaque année. Environ 12 000 d’entre eux ne peuvent dire un mot de français à leur descente d’avion et, de ce nombre, près de 5000 ne s’inscriront à aucun cours de français.
     
    Mme De Courcy se dit bien consciente que le Québec échappe ainsi, année après année, quelque 40 % des nouveaux arrivants non francophones.
     
    Elle se demande « comment rejoindre le 40 % », qui, pour diverses raisons, ne s’intègre pas à la majorité francophone. Mais si on lui demande quels moyens elle envisage pour corriger le tir, elle se fait évasive : « Je ne suis pas rendue là ».
     
    Au cours des deux derniers mois, Mme De Courcy a effectué une tournée un peu partout au Québec, allant à la rencontre d’immigrants, d’organismes d’accueil et d’intégration, sans compter des enseignants en francisation, dans le but de tracer le portrait le plus juste possible de la réalité. En tout, elle aura rencontré quelque 300 personnes ou groupes reliés au secteur, jusqu’à maintenant.
     
    Elle en revient convaincue qu'« il y a des chaînons manquants » en francisation. Certains de ses interlocuteurs lui ont fait part de « questionnements sérieux », particulièrement en ce qui a trait à la maîtrise du français écrit.
     
    Méthodique jusqu’au bout des ongles, l’ancienne présidente de la Commission scolaire de Montréal ne se dit pas prête pour autant à revoir les structures ou l’offre de services, présentement très diversifiée, donc de qualité variable. Elle veut prendre tout son temps, analyser la situation sous tous ses angles, avant de chambarder quoi que ce soit.
     
    Volume et emploi

    Quant à savoir si le Québec accueille trop ou pas assez d’immigrants, compte tenu de sa capacité d’intégration, la ministre réserve aussi ses commentaires pour plus tard.
     
    À la limite, le chiffre importe peu : « 50 000, 45 000, 35 000, ce n’est pas ça qui va compter. Ce qui va compter, c’est : est-ce que nous avons objectivement la capacité d’accueillir et de bien répondre aux besoins de notre économie et aux besoins des personnes immigrantes ? », s’interroge la ministre, promettant de se doter d'« indicateurs objectifs » qui l’aideront à prendre position « sereinement et objectivement » à ce propos.
     
    Durant sa tournée, un commentaire qui est revenu fréquemment avait trait à la frustration des immigrants de ne pas trouver rapidement un travail correspondant à leurs habiletés et ambitions.
     
    Elle a pu constater un écart important, pour nombre d’entre eux, entre « le rêve initial et la réalité en emploi ». « On m’a beaucoup parlé de ça », relate-t-elle, se disant déterminée à intervenir auprès des ordres professionnels afin qu’ils reconnaissent mieux les acquis des immigrants, un processus déjà amorcé sous les libéraux.
     
    La régionalisation de l’immigration est aussi, comme pour ses prédécesseurs, à la fois un objectif et un défi, la grande majorité (83 %) des nouveaux arrivants s’installant dans la région de Montréal.
     
    Mais « Montréal ne peut définitivement pas offrir 50 000 emplois par année », rappelle-t-elle.
     
    À très court terme, la principale préoccupation de Mme De Courcy, qui est également responsable de la Charte de la langue française, sera cependant de mener à bien sa nouvelle mouture de la loi 101, attendue au début décembre. Le projet de loi devrait comporter des mesures destinées aux immigrants.
     
    Jocelyne Richer, La Presse canadienne












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.