Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Furie de l’ancien ministre de la santé - «Les nerfs, Yves !»

    15 novembre 2012 | Antoine Robitaille | Québec
    Il est préférable, dit une règle non écrite, qu’un critique dans l’opposition, à l’Assemblée nationale, n’hérite pas de « son » dossier lorsqu’il passe au gouvernement. S’il devient ministre de l’Éducation, par exemple, après avoir été « porte-parole » en ce domaine, cela veut dire qu’il fut, pendant des années, le relais des griefs et doléances de multiples « clientèles » reliées à ce même domaine. Et comme ministre, il pourrait donc plus facilement se trouver inféodé à ses anciens alliés. (N’est-ce pas un risque que court Marie Malavoy ?)

    Avec la sortie déchaînée et disgracieuse, mardi, du porte-parole libéral en santé, Yves Bolduc, contre le ministre péquiste Réjean Hébert, peut-être faudrait-il formuler une règle inverse : il est malsain qu’un ancien ministre conserve son dossier lorsqu’il traverse dans l’opposition officielle. Plusieurs ont été surpris de la véhémence avec laquelle M. Bolduc a attaqué en Chambre le ministre Hébert, violant toutes les règles de l’auguste enceinte : ne pas user du tutoiement ; ne pas s’adresser directement à l’élu concerné. « Là, tu viens de démontrer complètement que tu ne connais pas ton réseau de la santé et que tu ne connais pas du tout tes dossiers. Vas-y donc, à Alma ! », a hurlé M. Bolduc mardi. Plusieurs ont eu envie de lui dire : Les nerfs, Yves !


    « Malsain » est le bon mot ici. M. Bolduc ne semble pas être en mesure de prendre la nécessaire distance avec « ses » dossiers afin de se montrer bon critique. « Ses » dossiers, c’est-à-dire, d’abord, l’hôpital d’Alma, où lui-même a pratiqué ; ensuite, l’agrandissement de l’urgence de ce même hôpital, travaux que M. Bolduc a personnellement inaugurés le 16 mai, en pleine fièvre pré-électorale.


    Selon M. Hébert, M. Bolduc avait alors donné le coup d’envoi à une première phase de la rénovation, celle du stationnement, alors que la deuxième n’avait pas été prévue dans les crédits. Joint hier, M. Bolduc l’a reconnu, mais en soutenant que la phase 2 devait être entamée en avril 2013 seulement et ne nécessitait donc pas de figurer aux crédits dès 2012.


    Si le gouvernement fait « quelque chose de bien », il n’hésitera pas à le souligner, a du reste certifié M. Bolduc. Mais quelle décision correcte pourrait donc émaner d’un homme qu’il a déjà traité d’« incompétent total » (M. Hébert est pourtant en poste depuis un mois seulement !). M. Bolduc a en plus reproché au ministre d’avoir pris « des notes comme un étudiant » lors d’une réunion, ce qui prouverait qu’il ne connaît « rien ». Il l’a qualifié de « théoricien » qui « n’a pas mis le pied dans un hôpital depuis 10 ans », ajoutant : « Quand vous écoutez ses réponses, là, c’est des réponses de livres. »


    L’aigreur de la défaite doublée du sentiment d’avoir été délogé par un imposteur n’est certainement pas bonne conseillère pour un critique.


    Le 12 septembre, le chef libéral par intérim Jean-Marc Fournier avait promis de faire de la politique « dans le respect » : « On a eu, […] de la part de l’opposition officielle, un ton et une méthode qui étaient plutôt durs. […] Je ne pense pas que ça a donné de la confiance au public à l’égard de leur parti. » M. Bolduc devrait méditer ces belles paroles. Sinon, il devrait penser à changer de dossier.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel