Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Bernard Landry à Paris pour parler d’indépendance

    12 novembre 2012 |La Presse canadienne | Québec
    Les Lundis de l’indépendance, un rendez-vous mensuel qui a lieu depuis avril à Montréal, aura son équivalent français dès cette semaine, avec la présentation de la première édition parisienne de l’événement qui mettra en vedette l’ex-premier ministre du Québec Bernard Landry.

    Un désir de parler d’indépendance, de reconstruire les ponts entre le Québec et la France, une volonté d’investir Paris, un lieu marquant dans l’affirmation culturelle et internationale, voilà comment Léa Clermont-Dion et Félix-Antoine Dumais-Michaud, deux Québécois résidant dans la Ville lumière, justifient la création de ce « forum d’échanges avec la société civile française ».


    L’idée de ces rencontres ponctuelles a pris naissance au sein d’une « gang d’étudiants » établis en France pour quelques années. L’initiative s’inscrit dans le prolongement des activités organisées par le Nouveau Mouvement pour le Québec.


    Pour la coorganisatrice de l’événement, Mme Clermont-Dion, c’est le changement de gouvernement en France qui a créé une ouverture sur la question indépendantiste, notamment avec le retour de la formule de non-ingérence et de non-indifférence. Ne restait plus qu’à saisir la balle au bond et à profiter du contexte politique pour remettre la question au goût du jour.


    Avec ces soirées, les organisateurs ont la ferme intention de démystifier auprès du public français ce que voudrait dire un Québec indépendant afin qu’il en comprenne les enjeux.


    Léa Clermont-Dion s’est d’ailleurs dite étonnée de constater que les Français ne sont toujours pas familiarisés avec les revendications des troupes souverainistes, indiquant qu’il y avait toujours « beaucoup d’incompréhension » qui perdurait dans l’Hexagone. « On souhaite en faire une tradition et ainsi renforcer les relations franco-québécoises à cet égard, mais dans une initiative qui émane de la société civile, une initiative citoyenne », explique-t-elle.


    Militants de partis politiques français, membres de la diaspora québécoise à Paris et universitaires intéressés par la question sont attendus à cette rencontre, qui devrait prendre des allures de conférence, avec plusieurs allocutions au menu.

     

    Pas d’ingérence


    Bernard Landry doit traiter des avantages qu’offre l’indépendance et aborder les différences entre l’Union européenne et le fédéralisme canadien sur ces questions.


    Et si cette rencontre se veut avant tout un moyen de promouvoir la question de l’indépendance, Mme Clermont-Dion assure cependant que l’objectif n’est pas de s’ingérer dans le travail qui est fait par la Délégation générale du Québec à Paris, un « organisme fort » selon la jeune femme.


    Elle espère maintenant que ces soirées-causeries jouiront d’un certain engouement et qu’elles permettront d’« émettre une voix réelle du Québec » de l’autre côté de l’Atlantique. « Historiquement, Paris a été un lieu très stimulant et motivant en matière de réflexion sur cette question-là. On veut se réapproprier le lieu et on compte le faire d’ici les prochaines années », résume-t-elle.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel