Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Commission Charbonneau: Zambito éclabousse le PLQ

    9 octobre 2012 20h50 | La Presse canadienne | Québec
    Lino Zambito a raconté avoir fourni des billets de spectacle à la vice-première ministre Nathalie Normandeau, pour assister à des concerts de Céline Dion et de Madonna, en 2006 et 2007.
    Photo : Jacques Nadeau - Le Devoir Lino Zambito a raconté avoir fourni des billets de spectacle à la vice-première ministre Nathalie Normandeau, pour assister à des concerts de Céline Dion et de Madonna, en 2006 et 2007.
    C'est au tour de la scène politique provinciale d'être éclaboussée par la Commission Charbonneau sur l'octroi et la gestion des contrats dans l'industrie de la construction, car de nouvelles allégations font état de financement illégal au sein du gouvernement libéral de l'ex-premier ministre du Québec, Jean Charest.

    Après avoir fait part d'allégations de stratagèmes de truquages d'offres et des liens entre le monde municipal et la mafia, l'ex-propriétaire d'Infrabec et témoin vedette de la Commission, Lino Zambito, en a formulé de nouvelles, celles-là de trafic d'influence pendant le règne de l'ex-gouvernement libéral provincial.

    M. Zambito soutient avoir organisé en 2008 une soirée de financement fort lucrative pour le compte de l'ex-vice-première ministre et ex-ministre des Affaires municipales du Québec, Nathalie Normandeau.

    Il dit avoir amassé 110 000 $ en dons et avoir utilisé un système de prête-noms pour contourner la limite légale des dons aux partis politiques, qui est fixée à 3000 $.

    Il affirme avoir proposé cette entente à un important collecteur de fonds du Parti libéral du Québec (PLQ), lui faisant part de ses intentions d'inviter «vingt, vingt-cinq personnes» et d'«aller chercher un montant de 100 000 $», ce à quoi son interlocuteur lui a répondu que la loi ne permettait pas des dons excédant 3000 $ par individu.

    Pour contourner la loi, M. Zambito dit avoir fait appel à des prête-noms. Dans un exemple qu'il a donné, il dit avoir demandé au vice-président de son entreprise de construction — qui a fait faillite depuis — d'écrire un chèque personnel qui lui serait remboursé par l'entreprise.

    Questionné à propos du rapport du PLQ, qui a plutôt fait état de dons totalisant 77 500 $ pour cette soirée de financement, M. Zambito s'est dit incapable d'expliquer cette contradiction.

    M. Zambito a fait part de ces allégations lors d'un témoignage livré la semaine dernière sous une ordonnance de non-publication. L'ordonnance a été partiellement levée mardi.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel