Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Gentilly-2: le PLQ attaque Marois, SNC-Lavalin songe à exploiter la centrale

    4 octobre 2012 17h47 |La Presse canadienne | Québec
    Québec — Alors que SNC-Lavalin propose de faire la réfection de la centrale nucléaire Gentilly-2 à coût moindre, l'opposition libérale ne baisse pas les bras et promet de lutter contre la décision «idéologique» du gouvernement péquiste de fermer la centrale de Bécancour.

    La députée de Trois-Rivières, Danielle St-Amand, s'est déchaînée jeudi en entrevue à La Presse canadienne contre la décision annoncée la veille par le gouvernement Marois de tirer un trait sur la seule centrale nucléaire au Québec.

    La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, a fait un choix «improvisé, idéologique et méprisant pour les citoyens de la Mauricie», a fait valoir Mme St-Amand, furieuse que Mme Ouellet et la première ministre Pauline Marois n'aient pas pris la peine de venir rencontrer les décideurs locaux.

    «Ils ont pris leur décision sans tenir compte des citoyens de chez nous, des gens qui sont touchés, de l'économie [...] Ça fait un mois qu'ils sont élus et ils sont en train de semer le chaos au Québec et particulièrement chez nous en Mauricie», a pesté la députée.

    La ministre Ouellet a scellé le sort de Gentilly-2 sur la base d'un rapport d'Hydro-Québec qui estime aujourd'hui à 4,3 milliards le coût de la réfection de la centrale, plus du double de la facture prévue en 2008.

    D'après le rapport, la croissance des coûts de réfection combinée à la baisse du prix de l'électricité sur le marché ne justifie plus l'investissement dans la filière nucléaire.

    Mais ces arguments ne sont pas suffisamment convaincants aux yeux de la députée de Trois-Rivières, pour qui le rapport d'Hydro-Québec semble n'avoir retenu que le scénario le plus pessimiste pour valider la fermeture d'un complexe employant près de 800 personnes.

    Selon elle, les coûts de réfection ne sont pas les seuls facteurs à considérer dans la décision. L'ancien gouvernement libéral, a-t-elle rappelé, souhaitait obtenir des données sur la viabilité des installations.

    «Si à 4,3 milliards [la centrale] en avait rapporté 10 milliards, est-ce que Mme Ouellet aurait été d'accord avec la fermeture de Gentilly-2?», a soulevé Mme St-Amand.

    Pour la députée trifluvienne, il est du devoir de Mme Marois, de Mme Ouellet et du p.-d.g. d'Hydro-Québec, Thierry Vandal, de se rendre en Mauricie pour écouter ce que les intervenants locaux ont à dire.

    «Il faut entendre les experts, les gens du milieu, qu'ils viennent rencontrer la mairesse, la Chambre de commerce, qu'ils nous donnent des explications sur les chiffres, la ventilation des coûts, d'où ils proviennent. Les gens chez nous se sentent mis de côté, se sentent inconsidérés», a-t-elle dit.

    Les libéraux exigent également une commission parlementaire pour faire le tour du dossier, une revendication qu'ils partagent avec la Coalition avenir Québec (CAQ). Une différence notable toutefois: la CAQ ne remet pas en question la décision du gouvernement de déclasser la centrale.

    «C'est la décision du gouvernement et on va l'accepter, mais on veut quand même poser des questions à Hydro-Québec sur la sécurité énergétique, sur l'approvisionnement et sur les coûts. Je veux qu'on nous explique comment on est arrivé à 4,3 milliards (pour la réfection de Gentilly-2) alors que le coût a été de 2,4 milliards pour Pointe Lepreau (une centrale jumelle)», a déclaré le député de la CAQ, François Bonnardel.

    SNC-Lavalin veut s'impliquer

    La multinationale demande du temps pour examiner les données du rapport d'Hydro-Québec et suggère même d'exploiter la centrale de Bécancour avec un bail, une autre option, comme dans d'autres pays. Elle met donc en garde le gouvernement Marois contre la précipitation dans ce dossier.

    SNC-Lavalin réagit ainsi à l'annonce de la fermeture de la seule centrale nucléaire du Québec. Hydro plaide en effet que la réfection coûterait 4,3 milliards $ et n'est pas économiquement viable, parce qu'elle produirait de l'électricité à un coût supérieur au marché.

    Le déclassement a donc été choisi, au coût de 1,8 milliard, sur 50 ans.

    SNC-Lavalin semble prudemment remettre en doute les données d'Hydro-Québec. Propriétaire de la technologie du réacteur Candu utilisée à Gentilly, l'entreprise ne cache pas son intérêt dans la réfection, voire l'exploitation, de la centrale.

    Le vice-président exécutif de SNC-Lavalin et membre du conseil d'administration de Candu, Patrick Lamarre, estime que l'expérience de son entreprise dans la réfection d'équipements similaires ailleurs au Canada et dans le monde rend ce type de projet de moins en moins onéreux.

    «On va être rendu à six-sept [projets de réfection du même genre]», a-t-il dit dans une entrevue téléphonique à La Presse canadienne jeudi.

    «On a une meilleure connaissance des coûts, de la productivité, alors les outils sont démontrés, les équipes se déplacent de chantier en chantier, on a une meilleure confiance en la capacité d'exécution dans des coûts moindres que ce qui a été fait jusqu'à maintenant.»

    Il n'a toutefois pas avancé de chiffres précis, un exemple de coûts, pas plus qu'il n'a contesté ouvertement l'estimation de 4,3 milliards d'Hydro.

    Mais il veut voir les données d'Hydro et «travailler avec le gouvernement» pour prendre en compte les hypothèses et les chantiers les plus récents, «pour voir s'il n'y a pas une occasion de revoir cet estimé».

    «Est-ce qu'on peut avoir plus de temps pour mieux comprendre et mieux comparer quels seraient les vrais coûts avec les dernières informations?» a-t-il demandé, pour éviter en quelque sorte l'empressement.

    Certes, a-t-il admis, il y a eu des dépassements de coûts à Pointe Lepreau (N.-B.) et la centrale ontarienne Bruce, mais dans ce dernier cas, il en coûtera 4,8 milliards pour deux centrales, pas seulement une, a-t-il argué.

    SNC-Lavalin propose par ailleurs une autre option: reprendre la centrale à bail, à l'instar de ce qui se fait aux États-Unis et en France, mais aussi, justement, pour Bruce, en Ontario. Candu est intéressée à s'occuper de la réfection, de l'exploitation, voire du déclassement, mais Hydro demeure propriétaire des installations. Un contrat d'approvisionnement en électricité lierait la société d'État à Candu, avec un tarif établi.

    Il assure que l'entreprise assumerait néanmoins une part de risque, et qu'en cas d'accident, la responsabilité pourrait être partagée, dépendant des cas.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel