Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Assurance-emploi - Faut-il la rapatrier ?

    18 septembre 2012 | Jean-Robert Sansfaçon | Québec
    Avec l’élection d’un gouvernement du Parti québécois, l’idée de rapatrier l’assurance-emploi refait surface. S’il est juste de prétendre que le Québec y gagnerait en cohérence en matière de développement de la main-d’oeuvre, il n’est pas dit qu’il ait les moyens de ses ambitions.

    Nommé dans la Constitution assurance chômage depuis 1940, le programme fédéral a été rebaptisé « assurance-emploi » sous Jean Chrétien pour lui donner une allure moins négative.


    Objet d’amendements fréquents inspirés par la conjoncture économique et par l’orientation politique des gouvernements au pouvoir, l’assurance chômage a toujours fait l’objet de critiques, tant de la gauche que de la droite.


    En inscrivant le rapatriement du régime dans sa dernière plateforme électorale, Mme Pauline Marois a voulu prouver à ses militants qu’elle était décidée à suivre le programme du parti qui l’invite à « agir en gouvernement souverainiste, cherchant à acquérir toujours plus de pouvoirs et de moyens pour le Québec ». Mais même avant d’adopter ce comportement que certains ont eu vite fait de qualifier de confrontation délibérée avec Ottawa, le Parti québécois avait mené d’autres batailles du même genre, souvent avec l’appui unanime de l’Assemblée nationale. N’est-ce pas le gouvernement de Jean Charest qui a finalement conclu un accord avec Ottawa pour donner vie au régime d’assurance parentale québécois conçu dix ans plus tôt par Pauline Marois ?


    Ce qui ne s’est cependant pas fait sans peine et surtout sans l’ajout de ressources gargantuesques. Alors que la ministre Marois parlait d’un coût annuel de 350 millions de dollars presque entièrement financé par le transfert des cotisations payées par les Québécois au régime fédéral, l’assurance parentale coûte aujourd’hui cinq fois plus en cotisations, soit 1,9 milliard, et traîne derrière elle un déficit accumulé de 380 millions!


    Rapatrier l’assurance-emploi coûterait aussi très cher aux travailleurs et aux entreprises du Québec. À l’heure actuelle, la caisse fédérale verse 800 millions de plus aux chômeurs du Québec qu’elle ne perçoit en cotisations. Ce n’est pas un hasard si plusieurs commentateurs du Canada anglais suggèrent au gouvernement Harper de laisser aller le programme avant même que le débat ne soit engagé au Québec.


    Il faudrait donc commencer par combler ce fossé en haussant les cotisations. Mais pourquoi rapatrier le régime si on ne le bonifie pas ? Et là commencent les vraies dépenses…


    À ce sujet, le programme du Parti québécois est silencieux. En revanche, les groupes qui militent pour le rapatriement sont plus explicites : on pourrait, par exemple, verser des prestations plus élevées, pendant plus longtemps, à un plus grand nombre de chômeurs, et financer le tout par… une augmentation des cotisations qui sont trop peu élevées, dit-on. Il suffisait d’y penser !


    Le rapatriement du régime créerait plus de cohérence dans les politiques de main-d’oeuvre du Québec, sans doute. Mais soyons plus clairs que les politiciens au cours de la dernière campagne électorale : à moins d’un taux de croissance de l’économie québécoise largement supérieur à ce que l’on nous annonce pour les dix années à venir, aucune amélioration quantitative de nos programmes sociaux ne pourra être apportée à moins d’être accompagnée d’un alourdissement de la dette ou de compressions équivalentes dans les dépenses de l’État. Ceux qui prétendent le contraire sont des menteurs !

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel