Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Montréal, un problème qu’on ne veut pas voir

    12 septembre 2012 |Normand Cusson - Montréal | Québec
    Montréal a reçu très peu de considération dans la dernière campagne électorale.
    Photo: La Presse canadienne (photo) Paul Chiasson Montréal a reçu très peu de considération dans la dernière campagne électorale.

    Claude Castonguay l’avait déploré le premier dans Le Devoir, et la doléance a été reprise souvent depuis un mois : Montréal reçoit très peu de considération dans la présente campagne électorale. On entend souvent comme explication que les partis n’ont rien à gagner à Montréal, figée dans ses circonscriptions libérales et péquistes, ce qui est sans doute vrai. Mais au-delà de l’électoralisme, il y a dans ce silence même pas gêné le symptôme d’une grave fracturation en train de s’opérer au Québec. Posons en gros que le Québec est en train de larguer Montréal.


    Le problème que constitue Montréal dans la vision « nationale » québécoise de quelque parti « national » est devenu si gros qu’on préfère ne pas le nommer. Le fossé entre Montréal et le reste du Québec (RdQ ?) ne cesse de grandir. On a beau répéter que Montréal est la métropole du Québec, moitié du Québec, moteur économique et tout, son rattachement à la « nation », son intégration, devient de plus en plus problématique.


    Si bien que les gouvernements québécois ont trouvé plus pratique de considérer Montréal comme une ville ordinaire, juste plus grosse que les autres. Tel déni de la spécificité a un prix et on finit par voir, en 2012, Montréal comme une réalité incongrue dans la trame québécoise.


    L’incongruité ne tient pas seulement à la taille intimidante de la ville, mais à sa composition. Montréal n’est pas une ville de deux millions d’habitants, mais deux villes d’un million, respectivement anglophone et francophone. Ces communautés vivent en parallèle, sans presque jamais se toucher, partageant à peine la même actualité.


    Les défusions, puis les refusions, ont renforcé cette ghettoïsation linguistique qui ne contribue pas à la cohésion sociale, au partage de ressources, d’informations, d’objectifs, etc. Une vision partagée de Montréal, à Montréal ? Vous allez chercher longtemps, d’où les comportements pathétiquement velléitaires des derniers maires de « la métropole ».


    Pire, il y a maintenant la panique de l’anglicisation de Montréal et l’exode des francophones vers les banlieues. On rationalise en évoquant la circulation, les ponts, les taxes, le prix des maisons, sans trop noter que bizarrement, les anglophones ne fuient pas au même rythme… Serait-ce de la sociologie-fiction que de suggérer que les francophones abandonnent Montréal de guerre lasse, incapables qu’ils ont été d’y poser leur empreinte après un demi-siècle de Révolution tranquille ? Ou alors c’est le curé Labelle qui avait raison : nous ne sommes pas faits pour la ville ?


    En tout cas, la perception grandissante de Montréal en région confirme le désengagement « national », pour ne pas dire cette faillite nationale. À Québec ou à Roberval, à Shawinigan ou à Drummondville, on entendra ruminer : « Vous autres avec vos Anglais pis vos communautés culturelles, essayez pas d’embarquer tout le monde dans votre problème. »


    C’est avec malice qu’on vantera la chaleureuse Québec à côté de cette Montréal aliénante qu’on est fiers de ne plus fréquenter ! Les moqueries souvent justifiées sur les prétentions du « Plateau » ou la montréalisation du Québec expriment désormais souvent un désaveu des régions à l’égard des francophones montréalais. Et quand ceux-ci ne sont plus vus comme le fer de lance, la tête de pont du Québec français dans l’ancienne métropole canadienne, mais comme des exaltés chicaniers, on peut se demander en effet si le RdQ n’a pas fait une croix sur Montréal, à l’exemple des partis politiques.

     

    Une province n’a pas de métropole


    Cet effacement de Montréal dans le discours québécois découle en partie de la place que peut occuper Montréal dans une province comme une autre. Dans son livre de 1980, The Question of Separatism, l’urbaniste visionnaire Jane Jacobs arguait que seule l’indépendance permettrait à Montréal de rester une métropole, à défaut de quoi la ville deviendrait un centre régional (canadien) parmi d’autres. Les provinces n’ont pas de métropole, elles ont une capitale. La Torontoise Jacobs n’était pas séparatiste pour autant : « Heureusement pour le Canada,ajoutait-elle à peu près, il est peu probable que les Québécois décideront de se séparer. »


    Vu ainsi, il était dans l’ordre des choses que, depuis la réitération de notre statut de province en 1995, la nation perde progressivement ses prétentions sur Montréal, grande ville canadienne de moins en moins francophone, pendant que la capitale provinciale prospérerait.


    Est-il trop tard pour reprendre Montréal ? Une province peut-elle se bricoler une métropole ? N’y a-t-il que la souveraineté pour renverser telle tendance de fond ? Après 40ans d’atermoiements coûteux, ce serait sans doute la solution la plus facile et la moins « usante » pour toutes les parties.


    Mais qu’on en vienne là ou non, l’issue à l’immobilisme actuel ne tient pas en l’éradication de l’anglais. Au contraire, on peut imaginer que le Québec se porterait mieux s’il trouvait à intégrer l’apport anglophone à la « nation » plutôt que de toujours « contenir » cette communauté. Les Anglos de 2012 ont des griefs légitimes à l’égard de la majorité francophone au Québec qui n’ont rien à voir avec les écoles passerelles.


    Après 40ans d’à-plat-ventrisme libéral et de frilosité péquiste, on cherche toujours les vraies passerelles, disons « citoyennes », entre les deux communautés. Peut-on demander à un parti « national » de créer une dynamique municipale ? Dans le cas de Montréal, oui, puisque cette dynamique concerne tout le Québec. (Sans compter que les deux vieux partis ont placé cette dynamique au coeur d’élections provinciales récentes.)


    Ironiquement, au moment où les Montréalais, anglophones comme francophones, se sentent plus orphelins que jamais, cette campagne de 2012 aura confirmé que les partis nationaux n’ont plus grand-chose à dire sur Montréal. C’est un aveu d’impuissance, mais c’est aussi le fait d’une insouciance (ou d’une inconscience ?) pernicieuse. Le Québec ne compte plus sur Montréal. Et inversement, Montréal ne compte plus pour le Québec. Tant que la nation aura une capitale provinciale prospère, la nation sera contente…


    ***
     

    Normand Cusson - Montréal

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel