Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Euphorie chez les étudiants

    5 septembre 2012 |Lisa-Marie Gervais | Québec
    La présidente de la Fédération étudiante collégiale du Québec, Éliane Laberge, et la présidente de la Fédération universitaire du Québec, Martine Desjardins, n’ont pas caché leur joie mardi soir.
    Photo: Jean-François Nadeau - Le Devoir La présidente de la Fédération étudiante collégiale du Québec, Éliane Laberge, et la présidente de la Fédération universitaire du Québec, Martine Desjardins, n’ont pas caché leur joie mardi soir.
    « Dehors les libéraux ! Dehors les libéraux ! » La victoire du Parti québécois a suscité des explosions d’euphorie chez les étudiants réunis à la brasserie Cherrier de Montréal. Eux qui promettaient de « mettre dehors » les libéraux et de trouver à Jean Charest « une job dans le Nord » ont été plus que contents de leur soirée électorale, surtout lorsqu’ils ont appris la défaite du premier ministre dans sa circonscription au terme d’un long suspense.

    Est-ce pour autant le scénario de rêve ? « Non, évidemment, si c’est un parti qui ne propose pas une annulation des droits de scolarité… mais c’est probablement le plus grand pas qu’on va avoir fait dans cette campagne. La vraie victoire, on va la vivre le jour où le Parti québécois va annuler la hausse », a dit Éliane Laberge, présidente de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), visiblement exaltée par l’ambiance et le déroulement de la soirée. Son homologue à la Fédération étudiante universitaire (FEUQ), Martine Desjardins, ne cachait pas sa joie de constater que les électeurs ont choisi de ne pas donner une autre chance à un gouvernement libéral. « Peut-être que la majorité silencieuse n’est pas du côté du gouvernement. C’était un pari risqué », a-t-elle indiqué.


    Selon les deux présidentes, le gouvernement sortant paye le prix des élections déclenchées « sur le dos des étudiants ». « Jean Charest paye le prix de son mépris envers les étudiants et les gens de la rue », a souligné Martine Desjardins. « Le gouvernement va devoir désormais négocier avec nous. »


    L’élection de Léo Bureau-Blouin a été applaudie à tout rompre dans la brasserie Cherrier. Pour celle qui l’a remplacé à la tête de la FECQ, c’est une victoire contre le cynisme. « Je peux difficilement ne pas être contente de son élection, c’est un beau symbole d’espoir. Ça vient changer le rapport, car on avait beaucoup de cynisme, et […] ça vient montrer que la jeunesse a sa place en politique, peu importe son âge et le bagage qu’on a », a commenté Mme Laberge.


    Une femme première ministre est certainement un « signe d’avancement », poursuit-elle. Mais elle reconnaît qu’un gouvernement minoritaire rendra plus « difficile » le respect des promesses que le PQ a faites aux étudiants.


    Concernant le vote étudiant, il est encore trop tôt pour avancer que les jeunes ont battu des records de participation. Mais Éliane Laberge n’en est pas moins convaincue. « Durant les dernières semaines et jusqu’à [la dernière minute], on a fait des appels à nos étudiants membres, et la majorité, si ce n’est la totalité des étudiants de plus de 18 ans qu’on a joints nous ont dit : “J’ai déjà voté” ou “Je vais y aller”. Sans l’ombre d’un doute, on peut dire que les étudiants se sont rendus aux urnes », a-t-elle dit.


    La soirée de mardi fut très enlevante pour les étudiants qui s’étaient organisé toute une soirée électorale. À entendre crier les slogans et les airs bien connus, on se serait parfois cru en pleine manifestation. « Avec la commission Charbonneau, on ne reverra pas les libéraux au pouvoir avant plusieurs années », a lancé, Merlin Trottier, anciennement aux communications de la FECQ. « Comme on disait à la blague ce matin, la chanson Libérez-nous des libéraux va devenir du folklore parce qu’on n’aura plus besoin de la chanter », a renchéri un de ses camarades.

    La présidente de la Fédération étudiante collégiale du Québec, Éliane Laberge, et la présidente de la Fédération universitaire du Québec, Martine Desjardins, n’ont pas caché leur joie mardi soir.












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.