Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Voter au-delà du coeur…

    4 septembre 2012 |Xavier Morand Bock - Corédacteur en chef du magazine La Chemise | Québec
    Le chef d’Option nationale, Jean-Martin Aussant
    Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Le chef d’Option nationale, Jean-Martin Aussant

    J'admire profondément le travail qu’effectuent Québec solidaire et Option nationale, deux « tiers partis » du cirque politique québécois. Bien sûr, il y a leurs idées, mais mon enthousiasme les transcende. C’est plutôt leurs convictions.


    Depuis de très nombreuses années, la gouvernance de l’État québécois est assumée par deux partis qui s’échangent le pouvoir, deux partis qui, lorsque pointe le spectre des élections, tendent à dangereusement se centraliser à des fins évidemment électoralistes. Ces formations tentent de rallier un peu tout le monde à leur bannière respective, flirtant par moment avec un progressisme en demi-teintes, et par d’autres avec un conservatisme confortable.


    Et, toujours, la langue de bois est maniée, langue dont l’écorce doit sérieusement commencer à s’éroder. Une fois sur le trône, ces partis s’alignent librement, mais très subrepticement, dans la direction affectionnée par leur chef ou par les leaders du caucus, et ce, toujours derrière des allures centristes aux relents amers.

     

    Convaincre plutôt que berner


    Québec solidaire et Option nationale, pour ne nommer que ceux-là, ne travaillent pas constamment avec cette peur de déplaire à la majorité molle. Ils ont des idées, souvent très claires, et ne jouent pas avec la rhétorique pour tenter de convaincre ceux qui n’y adhèrent pas. Idéologiquement, ils sont, du moins en apparence, transparents. Certes, ils cherchent à convaincre, mais, à mon humble avis, pas à berner.


    Selon ces partis, l’éternel tango du vote stratégique n’a pas de fin et condamne l’Assemblée nationale à demeurer sous l’emprise de cette politique insipide et sans engouement réel que promeuvent les vieux partis, dans lesquels ils incluent, à juste titre, la Coalition avenir Québec - il suffit de regarder la composition du parti pour que s’effrite toute illusion de nouveauté : un technocrate péquiste et quelques adéquistes nostalgiques de l’ère Duplessis ne sont pas garants de changement.


    Ainsi, pour que le Québec puisse s’extraire de ce carcan, briser les liens qui le contraignent à l’immobilisme, il faut y injecter une bonne dose d’idées polarisées, de convictions fortes, bref soulever un vent de fraîcheur sur un Québec à la croisée des chemins. C’est ce que Québec solidaire et Option nationale proposent.

     

    L’expérience du NPD


    Sans oublier l’argument selon lequel un vote stratégique, en contribuant à la pérennité du bipartisme, ne permet pas l’arrivée de nouveaux joueurs sur l’échiquier politique. Ce n’est que grâce à un refus généralisé de cet argument stratégique que le Nouveau Parti démocratique du défunt Jack Layton a réussi à obtenir un appui massif. Or, cet appui a incontestablement propulsé les conservateurs vers une majorité déterminante.


    C’était le prix à payer pour permettre aux louveteaux du NPD de grandir et de pouvoir ainsi lorgner la chefferie de la meute. C’était le coût de l’espoir, l’espoir d’un éventuel mâle alpha orange plutôt que rouge ou bleu.


    Je n’ai qu’à une seule reprise eu la chance d’exprimer mon droit de vote, cette action qui par-dessus tout porte le lourd fardeau de garantir le caractère démocratique d’une société. C’est peu. Surtout trop peu pour que j’en sois rendu au point où l’appellation « vote stratégique » m’induise machinalement une nausée nerveuse.


    Or, je comprends parfaitement la dialectique que Québec solidaire et Option nationale soutiennent. J’y adhère. Comment progresser autrement ? Comment sortir le Québec d’un marasme qui, avouons-le, est inquiétant ? Comment mettre fin au cynisme, au désintérêt général des citoyens envers le fait politique ?


    René Lévesque disait que les partis politiques devraient être générationnels. Qu’ils portent les idéaux d’un temps, d’une conjoncture, d’une réalité. C’est justement Jean-Martin Aussant, dont les épaules s’avèrent surplombées d’une tête intéressante, qui le soulignait.

     

    Un scénario à éviter


    Il y a cependant un hic. Je l’évoquais plus haut. Le coût de l’ascension d’un progressisme qui, sans être neuf, est ô combien rafraîchissant sur la scène fédérale était celui du couronnement unilatéral des conservateurs. C’est un lourd tribut. Un tribut qui nous a coûté, ou nous coûtera, pardonnez-moi ce bref épisode de pragmatisme, quelques milliards en avions de chasse pour défendre notre Nord chéri (ou plutôt les hydrocarbures qu’il renferme), un discrédit planétaire pour s’être retiré du Protocole du Kyoto, quelques portraits de la reine et bien d’autres.


    Je ne peux ainsi m’empêcher d’imaginer semblable scénario s’il advenait une division du vote (et les guillemets sont importants) « de gauche » au Québec. Il suffit de jeter un oeil aux chiffres pour concevoir que le vote en faveur de tiers partis soutirerait au Parti québécois quelques circonscriptions. Ce vote pourrait-il permettre aux libéraux de conserver la mainmise de notre gouvernance ?


    Un geste douloureux


    Je ne suis ni augure ni haruspice. Je ne peux pas prévoir l’issue du scrutin de mardi. Je sais, toutefois, que si je votais dans un comté où la lutte est brûlante entre le cyan et le magenta, je devrais sans doute poser un geste douloureux. Ce billet n’est pas, vous l’aurez compris, un désaveu envers les tiers partis.


    Mon coeur est bien ancré, la corde tendue à bâbord, le long du navire. Ce même coeur qui est témoin avec une exaltation nullement camouflée de l’ascension des Amir, Françoise et Jean-Martin de notre théâtre politique. De la résurrection de l’implication citoyenne en politique.


    Or, pour se décrasser d’une décennie de malversations, pour empêcher certains mécanismes de se cimenter et pour déloger le Québec de sa tangente dangereusement néolibérale, j’ai l’impression qu’il faut peut-être prendre des décisions difficiles. Qu’il faut peut-être aller au-delà du coeur.


    ***
     

    Xavier Morand Bock - Corédacteur en chef du magazine La Chemise

    Le chef d’Option nationale, Jean-Martin Aussant Les coporte-parole de Québec solidaire, Françoise David et Amir Khadir












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.