Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Les doigts agiles des twitteurs québécois ont fait leur marque

    Le débat télévisé des chefs a permis, pour la première fois, à un mot-clé d’ici d’être le plus utilisé sur la twittosphère

    1 septembre 2012 |Valérian Mazataud | Québec
    Photo: Source Indicequebec.com

    Le Québec a connu son heure de gloire sur le réseau Twitter lors du débat des chefs à Radio-Canada le 19 août dernier, alors que le mot clic « debatqc » est brièvement devenu le plus utilisé sur le réseau. « Pour la première fois dans notre petite histoire, un mot-clé québécois est numéro 1 sur Twitter monde », s’est félicitée la firme d’analyse Influence Communication… sur son compte Twitter.


    « Ça équivaut à 16 messages à la seconde », confirme l’analyste Olivier Beauchesne, qui a évalué à 138 000 le nombre de micromessages publiés ce soir-là. M. Beauchesne, fondateur du site indicequebec.com, a mis au point une série d’outils qui lui permettent d’analyser le contenu des messages publiés sur le réseau.


    On découvre ainsi qu’une moyenne de 36 000 micromessages concernant la campagne électorale est publiée chaque jour, que Pauline Marois est la candidate la plus aimée des utilisateurs du réseau, avec 71 % de messages positifs à son égard, et que François Legault est le plus mentionné, avec 31 % des messages. « Le plus mentionné, mais 80 % des messages qui lui sont consacrés sont négatifs », relativise Olivier Beauchesne.


    Il y a quelques mois, l’analyste avait déjà cartographié les micromessages en rapport avec le printemps érable et souhaitait renouveler l’expérience durant les élections.« L’avantage de cette méthode, c’est qu’on obtient une opinion sans poser de question. En revanche, on s’intéresse à un sous-ensemble de la population. Le biais est trop important, ce qui rend les données impossibles à extrapoler au reste de la population. » Pour Jean-François Dumas, président d’Influence Communication, la proportion de « twitteux » québécois peut être évaluée à moins de 10 % de la population.


    Les petits partis comme Québec solidaire (QS) ou Option nationale (ON) tirent mieux leur épingle du jeu, avec respectivement 19 000 et 11 000 abonnés, soit le même nombre que le Parti québécois (PQ) et que la Coalition avenir Québec (CAQ). « Ils ont utilisé la plateforme à fond, car c’est beaucoup plus accessible que les moyens de communication classiques. » On retrouve par exemple M. Aussant et M. Khadir en première et troisième position des messages les plus populaires de la campagne. En compagnie de Mme David, ce sont d’ailleurs les seuls chefs de parti à apparaître dans le « top 100 » des micromessages les plus rediffusés.


    « Twitter est avant tout une plateforme de confrontation et d’affirmation, pas un lieu d’échanges et de débats », note tout de même M. Beauchesne, qui estime que de 150 000 à 200 000 messages pourraient être échangés le soir du 4 septembre.

    ***
     

    Quelques messages populaires 

    Jean-Martin Aussant: Bon okay. C’est vrai pour M. Charest et moi au Costco. J’avais besoin de quelqu’un pour pousser mon panier.
     

    Gabriel Nadeau-Dubois: Charest qui attaque Françoise David sur la corruption. Surréaliste.
     

    Amir Khadir: TVA est surement en train de regretter de ne pas inviter FrancoiseDavid.
     

    Infoman : Selon nos sources, après Legault, Jean Charest soupçonne aussi Scott Gomez et l’indien Lakota de vouloir tenir un référendum. 
     

    Francoise David: Je prends souvent le métro et le bus mais je n’appelle pas les journalistes quand je le fais, moi.
     

    S_Bourguignon: Un siège pour Françoise David ! On veut que cette intelligence du coeur et l’esprit (et cette classe!) élève le débat à l’assemblée nationale.
     

    francis_gilbert: À GO, on signale au maire Jean Tremblay que même Jésus vient du Moyen-Orient... Il va capoter !
     

    PoutinePierre: Barrette dit à RDI que celui qui était ministre de la santé il y a 10 ans aurait pu régler les problèmes, c’était Legault !













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.