Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Legault veut «plaire davantage aux femmes» et rallier les indécis

    La gent féminine a davantage peur des changements, selon le chef de la CAQ

    16 août 2012 12h14 |Antoine Robitaille | Québec
    Selon François Legault, les femmes se montrent plus inquiètes au sujet des changements sociaux d'importance comme ceux qu'il veut faire. Or, ceux-ci amènent «toujours une période d'incertitude», a-t-il admis.
    Photo: La Presse canadienne (photo) Jacques Boissinot Selon François Legault, les femmes se montrent plus inquiètes au sujet des changements sociaux d'importance comme ceux qu'il veut faire. Or, ceux-ci amènent «toujours une période d'incertitude», a-t-il admis.
    François Legault va tenter dans les prochains jours de «plaire davantage aux femmes». Il a dévoilé cette intention sourire en coin jeudi matin, lorsqu'il s'est risqué à commenter les résultats du dernier sondage CROP-La Presse.

    «C'est certain que je vois comme vous un écart», a-t-il admis. Le sondage révèle que Pauline Marois, qui pourrait devenir la première première ministre de l'histoire du Québec car son parti mène dans les intentions de vote, recueille un appui plus élevé dans la gent féminine; 40 % appuient le PQ, 27 % le PLQ et seulement 20 % la CAQ.
     
    «Je vais essayer d'examiner ce que je peux faire pour plaire davantage aux femmes», a dit François Legault, s'interrogeant sur sa tenue vestimentaire. «Cravate, pas de cravate?» Plus sérieusement, M. Legault a soutenu qu'il devait expliquer aux électrices que les changements qu'il propose dans la gestion du Québec peuvent être «possibles» à effectuer. Selon lui, les femmes se montrent plus inquiètes au sujet des changements sociaux d'importance comme ceux qu'il veut faire. Or, ceux-ci amènent «toujours une période d'incertitude», a-t-il admis.
     
    «Il y a des gens qui sont peut-être inquiets et on a deux partis qui se chargent d'amplifier cette inquiétude», a-t-il déploré. 
     
    Mais aux dires de M. Legault, les changements proposés par son parti et lui sont inévitables: «Je pense qu'on est rendus à l'étape où on n'a pas le choix, c'est ce qu'on va essayer d'expliquer aux femmes du Québec.» Parmi les formations politiques en lice, la CAQ est celle qui a recruté le moins de candidatures féminines, soit 24 %. M. Legault a souligné que ce pourcentage s'apparentait à celui du Parti québécois, 27 %. Il soutient que tous les partis font face à la même difficulté, soit de recruter des candidatures féminines. «On aurait souhaité en avoir plus», a-t-il noté tout en indiquant que le «critère numéro un» que la CAQ a utilisé pour faire le tri parmi les 1200 propositions de candidatures reçues était «la compétence».
     
    Augmentation du nombre d'indécis

    Le sondage CROP-La Presse indique du reste une croissance importante du nombre des indécis, qui est passé de 11 % à 19 %. M. Legault soutient que cela corrobore ce qu'il «voit sur le terrain», c'est-à-dire que «les gens cherchent une alternative. Les gens sont tannés de la corruption du Parti libéral du Québec. Les gens ne veulent pas du référendum de Mme Marois, mais ils cherchent une alternative. Ils ne connaissent pas bien les propositions de la coalition, ils connaissent un peu plus François Legault que la Coalition», a-t-il noté en parlant de lui à la troisième personne.
     
    Le chef caquiste rappelle que son parti n'existait pas il y a un an, et que dans les prochaines semaines, les électeurs québécois vont le découvrir et s'y rallier. «Plus les gens vont connaître nos propositions pour faire un grand ménage, pour se débarrasser de la corruption et réduire la bureaucratie, investir dans les écoles, donner un médecin de famille à tout le monde, réduire les impôts de la classe moyenne, plus [ils vont comprendre] que la coalition répond aux préoccupations d'une grande partie de la population. Plus la campagne va avancer, plus il y va y avoir d'indécis vont se rallier à la Coalition avenir Québec», a-t-il prédit.
     
    Par conséquent, le chef caquiste soutient ressentir une grande «pression» pour les débats qui se tiendront dans les prochains jours, puisqu’il s’agit de sa première expérience à vie. Quatre des chefs vont débattre dimanche soir à Radio-Canada. À TVA, les trois soirs suivants, trois des chefs s'affronteront en face à face tour à tour. «Ça va être un moment clé pour la suite des choses», estime François Legault.
     
    Le sondage CROP-La Presse indique que le PQ de Pauline Marois formerait un gouvernement majoritaire, car il obtient 34 % des intentions de vote. Le Parti libéral en recueille 27 % et la CAQ suit de près avec 25 %.
     
    Pour le monopole syndical

    M. Legault présentait aujourd'hui ses engagements en matière d'agriculture. Il a confié son admiration pour les agriculteurs puisque ce sont des entrepreneurs qui prennent des risques. Inquiet de voir qu'un grand nombre de terres agricoles pourraient passer prochainement aux mains d'étrangers dans les prochaines années, M. Legault veut favoriser le maintien de celles-ci dans les familles. Il a promis de faire en sorte que l'exonération de 750 000 $ sur le gain en capital s'applique aux parents agriculteurs qui vendent à leurs enfants.
     
    En matière d'accréditation syndicale, M. Legault souhaite conserver le statu quo, c'est-à-dire le monopole de l'Union des producteurs agricoles. Comptant aider les agriculteurs qui «ont des projets» de croissance, il promet de rendre disponible par Investissement Québec 2 milliards de dollars de capital action, notamment: «Nous ce qu'on souhaite, c'est faire du Québec un paradis des entrepreneurs.»
     
    M. Legault a promis que dans un éventuel gouvernement de la CAQ, le ministre de l'Agriculture ferait partie du comité des priorités. Il souhaite favoriser la vente de produits agricoles québécois grâce à un étiquetage plus visible. Au total, les mesures qu'il a mises de l’avant jeudi coûteraient 36 millions $.
     
    M. Legault a annoncé qu'il présenterait son cadre financier vendredi. Celui-ci sera équilibré, a-t-il promis.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.