Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Charest à Québec - 400 millions pour la Promenade, rien sur le «droit au lockout»

    14 août 2012 14h04 | Isabelle Porter | Québec
    Québec – Jean Charest s’engage à investir près de 200 millions de plus dans la Promenade Samuel-de-Champlain ce qui pourrait porter à 400 millions les fonds investis par le gouvernement du Québec dans ce projet. Pas question toutefois d’accorder au maire Régis Labeaume le droit au lockout dans les municipalités.

    Parlant d’un «joyau» et d’un «magnifique projet», M. Charest a promis de lancer la 4e phase de la Promenade entre le secteur d’Estimauville et les Chutes Montmorency, un investissement estimé à 200 millions.
     
    Cette annonce porterait à près de 400 millions les investissements du gouvernement du Québec dans l’aventure. «Le coût de ce projet devrait être semblable à celui des phases 1 et 3, soit près de 200 millions», indique le communiqué du Parti.
     
    Les Libéraux avaient d’abord engagé 70 millions en prévision des fêtes du 400e de la ville (phase 1). Ils ont ensuite investi 6 millions dans un sentier vers Cap-Rouge qui a été inauguré en partie en juin (phase 2). En avril dernier, M. Charest, avait aussi promis d’investir au moins 100 millions $ dans le prolongement vers l’Est et la plage au Foulon.
     
    «La première phase en passant, s’est faite pour 70 millions $ dans les délais, dans les budgets et depuis ce temps-là, ce magnifique projet a reçu beaucoup de prix de reconnaissance», a tenu à souligner le chef libéral.
     
    Charest s’est défendu de multiplier les faveurs pour contrer une éventuelle percée de la CAQ à Québec. «On n’a pas l’impression de faire des faveurs», a-t-il déclaré. «Quand on fait des projets à Québec, on n’a jamais eu l’impression qu’on privait Montréal. Puis Montréal n’a pas été privée de projets non plus : la Maison symphonique, le Quartier des Spectacles, les projets d’infrastructures.»
     
    En plus de la Promenade, Jean Charest s’est engagé à allonger 50 millions dans les infrastructures de proximité pour les familles et 45 millions dans l’anneau de glace couvert réclamé par le maire Régis Labeaume.

    Rien sur le droit au lockout

    Pas question toutefois de céder à la principale demande du maire: le droit au lockout. «On ne l’a pas dans nos cartons», a-t-il concédé avant de souligner que la question serait «analysée» par son gouvernement.
     
    Sur le déficit des régimes de retraite, le premier ministre sortant a aussi souligné que la «meilleure façon d’alimenter» les régimes consistait à créer de bons emplois.
     
    Le maire Labeaume réclame un droit au lockout pour améliorer son rapport de force avec les syndicats municipaux. Il demande aussi l’abolition du plancher d’emploi, un partage égal du fardeau du déficit des régimes de retraite entre la ville et les employés et l’ajout d’arbitres dans les procédures d’arbitrage avec les syndicats.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel