Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Les jeunes Québécois pensent trop à la «belle vie», croit Legault

    14 août 2012 |Antoine Robitaille | Québec
    Le chef de la CAQ, François Legault, au cours d’un entretien à la radio hier, à Saint-Georges, en Beauce.
    Photo: La Presse canadienne (photo) Jacques Boissinot Le chef de la CAQ, François Legault, au cours d’un entretien à la radio hier, à Saint-Georges, en Beauce.

    Lambton, Estrie – Les jeunes Québécois pensent généralement trop à faire la «belle vie», croit François Legault. Ils devraient s’inspirer des Asiatiques et étudier davantage afin de se préparer à être plus productifs. Sinon, le Québec connaîtra des lendemains douloureux. C’est le discours que le chef caquiste a tenu lors d’une conversation avec un citoyen âgé de Lambton, en Beauce, Renaud Bilodeau, 85 ans. À ce dernier, qui affirmait que les jeunes d’aujourd’hui ne songeaient qu’aux loisirs, M. Legault a répondu en disant que dans les pays asiatiques, c’est « le contraire ».

    Là-bas, a soutenu M. Legault, « les parents veulent [que leurs enfants] deviennent tous ingénieurs ; ils sont obligés de les arrêter d’étudier le soir ; ils se rendent presque malades ! Moi, je me dis, à long terme, il y a un danger. Si les Asiatiques sont très travaillants et que, nous, on dit qu’on veut juste faire la belle vie, on va mal se réveiller un jour ! »


    Lors d’un point de presse à la sortie de la demeure de M. Bilodeau, M. Legault a poursuivi sa critique. Il a rappelé que, l’an dernier, il était allé échanger avec des jeunes qui participaient à l’École d’été de l’Institut du Nouveau Monde : « J’essayais de leur expliquer comment créer de la richesse au Québec. La plupart des questions, c’était : “ Pourquoi ? Pourquoi créer de la richesse ? Moi, ce que je veux dans la vie, c’est de ne pas avoir de stress, être chez nous à 4 heures ! ” À un moment donné, on va mal se réveiller. Il va falloir comprendre qu’au Québec, si on veut être capable de garder les mêmes programmes sociaux qu’on a actuellement, va falloir améliorer notre productivité. Va falloir faire des efforts. Va falloir qu’il y ait moins de jeunes qui décrochent ; qu’ils soient mieux formés. Il va vraiment devoir en faire une priorité. Je trouve ça inquiétant. »

     

    Comme Lucien Bouchard ?


    M. Legault a martelé que la productivité québécoise doit impérativement être améliorée. Cela ne rejoint-il pas les propos de l’ancien premier ministre Lucien Bouchard ? Ce dernier avait déclaré, en 2006, un an après la parution du Manifeste des lucides : « On ne travaille pas assez. On travaille moins que les Ontariens, infiniment moins que les Américains ! Il faut qu’on travaille plus. »


    François Legault, qui a été invité à plonger en politique par M. Bouchard en 1998 et qui fut un ministre de son gouvernement, a d’abord répondu par un éclat de rire. Puis il a déclaré : « Il faut “ mieux ” travailler. Il ne faut pas nécessairement travailler plus d’heures, mais on a un sérieux problème de productivité au Québec. Tout ce que j’ai pu lire sur le développement économique depuis 20 ans au Québec m’inquiète », a-t-il opiné.


    Ce déficit de productivité explique l’écart de richesse important entre le Québec et le reste de l’Amérique du Nord. Pour combler cet écart, selon lui, le Québec a besoin de se donner des « universités de qualité », d’augmenter la productivité des entreprises et d’améliorer la formation des travailleurs. « Et quand je vois les Asiatiques mettre autant l’accent entre autres dans des secteurs comme l’ingénierie… C’est une clé ça, dans l’avenir. » Et nous pourrions nous en inspirer, croit-il. Il estime que davantage de jeunes doivent s’inscrire à Polytechnique et à l’ETS, entre autres.

     

    L’ADN de l’ADQ éliminé ?


    Par ailleurs, le chef caquiste a confirmé hier qu’il abandonnait la promesse historique de l’Action démocratique du Québec (ADQ), de 2007, de verser 100 $ par enfant gardé à la maison plutôt qu’en garderie à 7 $. Les finances publiques du Québec ne le permettraient pas, a expliqué M. Legault, et c’est pour cette raison qu’elle ne se trouve pas dans la liste des 94 engagements de la CAQ présentée hier. L’évaluation de la mesure faisait partie de l’entente de fusion entre la CAQ et l’ADQ.


    Selon Jean Charest, François Legault «“flushe” » totalement l’ADQ et les anciens députés de l’ADQ. C’est une vraie humiliation », a insisté le premier ministre. Quant au privé en santé, « M. Barrette a réglé ça en un temps deux mouvements [sic]. » M. Charest réagissait aux dernières nouvelles au sujet de la CAQ en marge d’une annonce à Portneuf : « Le gars qui devait faire le ménage […] et qui disait très directement qu’il ne fallait pas qu’il s’éparpille, le même gars a 94 engagements, 94 ! », s’est-il exclamé. Le chef libéral a dénoncé, du reste, le fait que pratiquement aucun engagement - sauf un - de la CAQ ne vise la région de la Capitale nationale. Pourtant, les anciens adéquistes y détiennent des sièges. Seule exception : tenir une rencontre sur le tourisme - alors qu’un sommet sur cet enjeu a eu lieu en avril dernier, a dénoncé le chef libéral.


     

    ***

    La montée de la CAQ préoccupe le PQ
     
    Terrebonne et à Mascouche – Des attaques ciblées contre François Legault, des arrêts répétés dans des circonscriptions péquistes que l’Action démocratique du Québec a déjà enlevées dans le passé : Pauline Marois et le Parti québécois semblent se préoccuper de la montée de la Coalition avenir Québec (CAQ).
     
    Hier, la caravane péquiste s’est arrêtée à Terrebonne et à Masson, dans la couronne nord de Montréal. Deux circonscriptions que possède le PQ, mais que l’ADQ avait enlevées en 2007. Et cette année, les luttes pourraient être d’autant plus serrées que le docteur Gaétan Barrette courtise les électeurs dans la première pour la CAQ, et que le député sortant du PQ dans Masson (Guillaume Tremblay) ne se représente pas.
     
    Interrogée sur cette attention soutenue à la banlieue nord de la métropole — une des régions où le sondage Léger Marketing publié vendredi indique que la campagne 2012 se jouera, Pauline Marois a répondu qu’il y a des « batailles dans toutes les régions. Parfois, c’est avec la CAQ, parfois c’est avec le PLQ ».
     
    Cela dit, Mme Marois a profité de son passage près de Terrebonne pour lancer plusieurs attaques contre François Legault. « Il a fait pour 4,5 milliards de promesses depuis le début de la campagne. C’est de la démesure, c’est irresponsable. »
     
    Mme Marois a affirmé que les mesures proposées par le PQ « sont peut-être moins accrocheuses, qu’elles ont l’air un peu moins magiques, mais ce sont de vraies mesures », en opposition aux « solutions miracles » de la CAQ — comme la promesse que chaque citoyen ait son médecin de famille.
     
    En soirée, devant un public militant, elle a qualifié la plateforme de la CAQ de « programme de comptable sans chiffres », a remis en question les valeurs de M. Legault et a soutenu que « deux ou trois vedettes qui n’ont aucune expérience de l’État » ne font pas une équipe d’expérience.

    Guillaume Bourgault-Côté

    ***

    Avec la collaboration de Robert Dutrisac

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel