Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Il n’y aura pas de deuxième tour aux élections québécoises

    4 août 2012 |Bernard Émond - Cinéaste | Québec
    Une hypothétique victoire de la gauche après un nouveau mandat pour le PLQ ne pourra plus rien changer au gaz de schiste déjà extrait et aux ressources naturelles déjà bradées.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Une hypothétique victoire de la gauche après un nouveau mandat pour le PLQ ne pourra plus rien changer au gaz de schiste déjà extrait et aux ressources naturelles déjà bradées.

    Lettre à quelques-uns de mes jeunes (et moins jeunes) amis

    Si je vous connais bien, vous auriez, si vous en aviez eu le droit, voté Melenchon au premier tour de la dernière élection présidentielle française. Je vous comprends, j’aurais fait comme vous. Au deuxième tour, vous auriez probablement décidé, comme la plupart de mes amis français, de voter pour François Hollande. Je les comprends, j’aurais fait comme eux. Parce qu’enfin, cinq années de Sarkozy, c’était déjà beaucoup trop, et que cinq années de plus, c’était impensable. Il s’agissait, et de toute urgence, de limiter les dégâts.


    Mais voilà, nous sommes Québécois et il n’y a ni proportionnelle ni deuxième tour à nos élections.


    Alors, que faire ? Parce qu’enfin, neuf ans (neuf ans !) de Charest, c’est vraiment trop, et cinq années de plus…

     

    Le gouvernement manqué de 2008…


    Je rappelle à ceux qui l’ont oublié qu’aux élections de 2008, si les votes exprimés en faveur de Québec solidaire ou du Parti vert s’étaient reportés sur le Parti québécois, nous aurions élu, de justesse, un gouvernement minoritaire du PQ, et Jean Charest aurait été battu dans sa circonscription. Il est impossible de savoir ce qu’aurait été la vie politique québécoise après pareil résultat, mais enfin, nous aurions selon toute vraisemblance évité la terrible dégradation de la vie publique que nous avons connue ces dernières années et fait l’économie de nouveaux scandales dans la construction en plus d’éviter l’affaire des garderies ainsi que les crises du gaz de schiste et des droits de scolarité. Et je ne vous parle pas de cette grande braderie de nos richesses naturelles qu’annonce le Plan Nord.


    Dans le cadre d’un gouvernement minoritaire, je ne crois pas que nous aurions fait beaucoup de progrès vers l’indépendance (ni vers le socialisme…), mais nous aurions stoppé la décomposition programmée de l’État québécois au profit exclusif des puissances d’argent.


    Certains de mes jeunes amis me disent : « Voter pour le PQ, c’est changer quatre trente sous pour une piastre. » Eh bien non ! Regardons derrière et jugeons sur les neuf dernières années de ce que les libéraux ont fait et que le PQ n’aurait pas fait. Et devant nous, sur les cinq prochaines années, pensons à ce que les libéraux veulent faire et que le PQ ne fera pas, en santé, en éducation, dans la gestion de nos ressources naturelles. Il y a un monde entre les deux.


    Non, le PQ n’est pas à proprement parler un parti de gauche, et certainement pas un parti de ce que les Français nomment « la gauche de la gauche ». Mais enfin, il y a au PQ des principes et un sens du bien commun (très visibles dans le programme du parti) qui n’existent pas chez les libéraux, tout entiers voués à la défense de ce que François Mauriac appelait autrefois « les intérêts ».


    Il est vrai que madame Marois a fait bon marché de ses principes dans l’affaire de l’amphithéâtre de Québec, mais elle a été rappelée à l’ordre par une base militante qui, elle, dans une très large mesure, n’a pas cessé d’y croire. À ce propos, les défections vers la CAQ m’apparaissent comme une bonne nouvelle, puisqu’elles éloignent les éléments responsables d’une dérive opportuniste et droitière du parti. Le Parti québécois, les commentateurs des médias dominants nous le rappellent assez, ne se laisse pas aisément mener : c’est encore le parti d’une idée et de quelques grands principes, ce qui vaut tout de même mieux que d’être le parti d’une caste et de quelques grands intérêts.

     

    Travail de sape en marche


    Un jeune homme pour qui j’ai de l’estime répondait à mes arguments : « Mieux vaut encore cinq ans de Charest : les gens en auront vraiment ras-le-bol et ils seront prêts à un véritable changement. » À l’horizon de 2017, que les gens acceptent enfin de changer après 14 années de régime Charest, je n’en doute pas un instant. Seulement, je ne suis pas certain qu’ils seront prêts à choisir la gauche.


    Le travail de sape idéologique se sera poursuivi dans des médias toujours plus omniprésents et toujours plus inféodés aux grands intérêts, et la croyance néolibérale continuera à être prêchée par des prosélytes grassement payés qui confondent intérêt personnel et bien commun. Qui sait si l’électorat québécois n’ira pas alors plus, ou autrement, à droite ? Si les libéraux n’arrivent pas à renouveler leur personnel politique, les caquistes seront fins prêts à prendre du service. Que ne feraient-ils pas pour être invités à Sagard ?


    Mais quoi qu’il en soit, dans l’hypothèse d’une victoire libérale, la déconstruction de l’État québécois se sera poursuivie et des dommages irréparables auront été faits au système de santé, au système d’éducation et à l’environnement. Une hypothétique et lointaine victoire de la gauche ne pourra plus rien changer au gaz de schiste déjà extrait et aux ressources naturelles déjà bradées, aux lacs et aux sources empoisonnés, aux paysages dévastés, à la transformation marchande de l’université et aux malades abandonnés devant les portes des cliniques faute d’assurance privée. La politique du pire est la pire des politiques.

     

    Tous responsables


    En démocratie, les citoyens sont responsables de leur gouvernement : ce gouvernement, nous l’avons élu. Nous sommes responsables des neuf années au pouvoir de Jean Charest.


    Qu’on me comprenne bien : la responsabilité est collective et les électeurs de Québec solidaire ne sont pas plus responsables que l’immense majorité des citoyens qui pense davantage à ses petites affaires qu’au bien commun et au destin de la nation, que les non-francophones qui donnent des scores staliniens au Parti libéral ou que les péquistes (et leurs chefs, démissionnaires ou non) qui ont laissé leur idéal et leur parti se déliter. Il y a, et c’est terrible à dire, un affaissement général de la moralité publique (essayez par exemple de faire faire des travaux chez vous sans qu’on vous offre de payer « en dessous de la table ») qui se reflète dans la politique. Nous sommes tous responsables, comme nous serons demain responsables du prochain gouvernement.


    Il importe de garder une voix de gauche à l’Assemblée nationale, et c’est pourquoi le mandat d’Amir Khadir devra être reconduit. Mais dans toutes les autres circonscriptions « gagnables » par le Parti québécois (je ne pense pas qu’un vote « stratégique » ait beaucoup de sens à Westmount), il faut voter comme si c’était le deuxième tour. C’est Charest ou Marois, comme en France en mai dernier c’était Sarkozy ou Hollande.


    Et rappelez-vous les présidentielles françaises de 2002, c’était Le Pen ou Chirac. La gauche a voté Chirac. Toute la gauche, en bloc. C’était une question de salut national. Je crois que nous en sommes là. L’élection sera trop serrée pour risquer de perdre une seule circonscription aux libéraux à cause de la division du vote progressiste. Nous porterons la responsabilité de notre choix.

    ***

    Bernard Émond - Cinéaste

    Une hypothétique victoire de la gauche après un nouveau mandat pour le PLQ ne pourra plus rien changer au gaz de schiste déjà extrait et aux ressources naturelles déjà bradées. <br />












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.