Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Conflit étudiant - Le tout pour le tout

    Fidèle à ses marques de commerce, la CLASSE a décidé de jouer la campagne électorale à sa manière. Loin des partis politiques plutôt qu’à leurs côtés. Avec des idées plutôt que des slogans. Le risque est grand d’être avalé par la réalité.

    Sur l’affiche trônant derrière les coporte-parole de la CLASSE, le titre de la manifestation prévue le 22 juillet est sans équivoque : « Dehors les néolibéraux. » Un message on ne peut plus clair invitant à l’expulsion du parti au pouvoir, mais qui jure avec le discours tenu hier selon lequel, non, pas question de faire de la politique. «Nous n’appuyons aucun parti, mais à l’évidence, nous sommes contre un parti», a dit Gabriel Nadeau-Dubois avec le sourire.


    Voilà pour la CLASSE toute la force de l’indépendance de l’organisation, et son apolitisme. Voilà pourtant peut-être aussi sa plus grande faiblesse : en évitant soigneusement de se coller à un parti ou l’autre, et en respectant comme il se doit les limites imposées par la Loi électorale, les étudiants et sympathisants de la CLASSE pourraient contribuer à diviser le vote, préparant ainsi la voie à un retour aux commandes du parti de Jean Charest, qui n’a clairement pas leurs faveurs. C’est un premier pari.


    Ils ont beau vouloir rester « loin de la politique » et promettre avec une fraîche candeur une « anticampagne électorale » qui ira au fond des choses, ils feront partie du train électoral, qu’ils le veuillent ou non. Que la campagne soit déclenchée au premier jour ou au milieu du mois d’août, les étudiants et la reprise d’une session interrompue seront au menu, avec tous ces ingrédients : vote de grève, fronde potentielle à la loi 78 et les affrontements qui suivront. Si d’aventure des manifestants se mettaient à courir les caravanes politiques, on nagera en pleine confusion. Le risque d’excéder et / ou d’ennuyer la population avec une ritournelle connue est bien présent.


    Sans compter que si la campagne prend des airs de déjà-vu (manifestations, débordements, interventions policières), les libéraux engrangeront des points en maniant les baguettes de la loi et l’ordre. Même si les casseroles ont donné une bruyante impression de ras-le-bol généralisé au Québec, les sondages démontrent que M. Charest a fait le plein d’appuis en s’improvisant contrôleur en chef des excès. Dans la stratégie des étudiants de la CLASSE, qui doit être décidée cette fin de semaine, on devra tenir compte de cet autre pari. Il est important.


    Candeur, fougue, idéalisme, effronterie ? Peu importe ce qu’on y décode, la CLASSE a décidé de faire l’inverse d’une campagne électorale. À l’abri du « filtre des médias », ses membres veulent débattre en région par le truchement de conférences populaires. Leur manifeste « Nous sommes avenir » servira de base de discussion. On causera privatisation de l’éducation, mais aussi vente au rabais des ressources, climat de corruption, inégalité hommes-femmes, etc. La réflexion profonde risque d’être engloutie par l’instantanéité propre aux campagnes.


    Cibler les régions, c’est un objectif que visent à leur manière les étudiants membres des fédérations étudiantes FECQ et FEUQ, dont l’ambition est de stimuler le vote des jeunes en pointant une vingtaine de circonscriptions dans lesquelles les résultats ont été serrés en 2008. Cette stratégie, si elle permet de rehausser le taux de participation de 40 % des 18-24 ans par rapport à la dernière élection, pourrait changer la donne.


    Elle revêt un double avantage : d’abord, d’informer la population par une présence soutenue dans les municipalités visées autrement qu’en chahutant. Ensuite, inviter la jeunesse à pousser l’exercice de la démocratie jusqu’à sa fonction la plus concrète : voter.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.