Marois mise sur l’intégrité

Pauline Marois a qualifié de «très intéressante» la proposition du député Sylvain Simard d’éliminer les primes de départ des députés qui quittent leurs fonctions en cours de mandat.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Pauline Marois a qualifié de «très intéressante» la proposition du député Sylvain Simard d’éliminer les primes de départ des députés qui quittent leurs fonctions en cours de mandat.

Québec — Les péquistes préparent leur campagne électorale et leur stratégie commence à se dévoiler. Contre Jean Charest, la chef Pauline Marois compte jouer la carte de l’intégrité et de l’unité. « À l’arrogance, à la corruption et à la politique de division des libéraux de Jean Charest, nous allons opposer une équipe qui veut rassembler les Québécois », a déclaré hier la chef du Parti québécois lors d’une annonce à Québec. La vision du PQ, ajoute-t-elle, se résume en trois mots simples : « s’affirmer, s’enrichir et s’entraider ».

Au chapitre de l’intégrité, Mme Marois propose un système de financement des partis politiques à 100 % public, mais avec un plafond de 100 $ par personne. Elle s’engage aussi à imposer des élections à dates fixes et un nombre limité de mandats pour le premier ministre (deux) et les maires des grandes villes (trois).


Hier, elle a en outre qualifié de « très intéressante » la proposition du député Sylvain Simard d’éliminer les primes de départ des députés qui quittent leurs fonctions en cours de mandat. Pour la chef péquiste, ces mesures devraient redonner « aux institutions et à ceux qui les dirigent leurs lettres de noblesse ».


Elle a aussi avancé que, contrairement aux libéraux, les péquistes n’avaient rien à cacher. « Regardez l’histoire d’un gouvernement du PQ. Jamais, jamais, on n’a vu une telle gabegie que celle qu’on constate du côté d’un gouvernement du Parti libéral. Cherchez-les, les cas, cherchez-les, les situations ! »


Mme Marois a finalement commenté hier la vidéo des libéraux dans laquelle elle apparaît et elle persiste à dire qu’elle a pris la bonne décision en « battant la casserole ». « Je le referais parce que ça s’est fait dans un moment très festif, à l’occasion de l’élection complémentaire, dans Argenteuil. Je n’aurais pas pris l’initiative d’aller battre la casserole, mais […] j’étais très heureuse d’échanger avec les gens du comté sur la vision qu’ils avaient du Québec », a-t-elle expliqué.

 

Publicité négative : « Assez ordinaire », juge Marois


Quant à l’impact des événements sur son image, elle en a minimisé la gravité. « Ce que l’on doit retenir, c’est les valeurs que l’on porte, la vision et l’expérience que j’ai et, surtout, ce que j’ai à proposer à la population québécoise. C’est sur cela que je serai jugée », a-t-elle assuré.


Selon elle, Jean Charest cherche à « manipuler » les Québécois avec cette pub pour faire oublier son bilan. Ils ont « trafiqué une vidéo amateur, a-t-elle souligné. C’est assez ordinaire comme façon de faire. »


Pour contrer cette soi-disant manipulation, les carrés rouges seront mis de côté pendant la campagne, a-t-elle fait savoir. Ces députés pourront participer à des manifestations et les porter, mais pas « à l’occasion de la campagne électorale ». « Cette cause, elle est valable, mais vous avez vu que M. Charest […] a voulu accoler violence et intimidation aux carreaux rouges, et il aurait bien voulu que je continue de le porter », a-t-elle dit. « Nous ne lui donnerons aucune chance de manipuler l’opinion publique en se servant de nous. »


Le député de Richelieu, Sylvain Simard, a par ailleurs soutenu hier que sa retraite politique n’avait rien à voir avec sa décision de ne pas arborer le carré rouge.


Il s’agit, dit-il, d’une démonstration qu’il est possible « de marquer un peu parfois sa différence » au sein du PQ. « J’ai pris une décision avec le respect total de ma chef, avec aussi l’amitié de mes camarades du caucus. Il n’y a jamais eu de tension là-dessus », a-t-il souligné.


Sylvain Simard quitte la politique après avoir été élu à cinq reprises, sans interruption, dans Richelieu. À 67 ans, il ne souhaite pas s’engager pour un autre mandat de quatre ou cinq ans. Son départ ne signifie toutefois pas qu’il s’éloignera du PQ ; il dit réfléchir avec sa chef à la possibilité de participer à un éventuel comité de transition pour permettre un retour au pouvoir du Parti québécois.


Les péquistes prêts pour la campagne


La chef péquiste estime que son parti est fin prêt pour un déclenchement rapide des élections. « Jamais nous n’avons été aussi bien préparés », a-t-elle lancé avec le sourire. À ce jour, 90 candidats ont déjà été choisis et le programme électoral a été soumis aux membres pour adoption il y a déjà deux mois. « Et il n’y a eu aucune voie discordante », a précisé Mme Marois. Elle a d’ailleurs présenté trois nouveaux candidats hier à Québec. Neko Likongo affrontera, pour la deuxième fois, le ministre de la Santé Yves Bolduc dans Jean-Talon. Âgé de 40 ans, il est actuellement conseiller au ministère des Relations internationales.


Le candidat dans Charlesbourg, Christophe Fortier-Guay, 32 ans, est lui aussi un expert en relations internationales. Quant à Marie-Ève D’Acosla, 34 ans, elle dirige une école et est conseillère municipale à Stoneham.


Mme D’Acosla sera candidate dans la circonscription convoitée par le ministre des Ressources naturelles Clément Gignac, dont le député actuel est le caquiste Gérard Deltell.


Signe de la faiblesse de la Coalition avenir Québec dans les sondages, Mme Marois a concentré toutes ses attaques d’hier sur Jean Charest. Invitée à commenter le projet de changer le nom de la CAQ, elle a rétorqué sèchement que c’était « tristounet » pour les membres du parti que M. Legault ne leur fasse pas confiance et qu’il « éprouve le besoin de mettre son nom de l’avant ».


Concernant les difficultés de son parti dans la région de Québec, elle a avancé qu’elle saurait convaincre les réticents avec des arguments économiques, soulignant que les libéraux avaient « accumulé une dette de 63 milliards en deux mandats ».

82 commentaires
  • Henri Marineau - Inscrit 29 juin 2012 04 h 33

    ...Et "s'affranchir"!

    "La vision du PQ, ajoute-t-elle, se résume en trois mots simples :
    "s’affirmer, s’enrichir et s’entraider"...À mon sens, il manque un verbe primordial à la liste de Pauline Marois: "s'affranchir"

    Il est là le problème du PQ...il nous propose le visionnement d'un film auquel nous avons déjà assisté et duquel nous sommes sortis déçus!

    • Marc-André Fortier - Abonné 29 juin 2012 09 h 04

      Est-ce possible M.Marineau que vous ayez été déçu du film simplement parce qu'au moment où le réalisateur a crié «action!» vous n'avez pas pleinement assumé votre rôle comme citoyen?

    • Richard Guillemette - Inscrit 29 juin 2012 09 h 20

      "s'affirmer, s'enrichir et s'entraider" est la devise des partis politiques au pouvoir.

      Malheureusement, Pauline Marois n'est pas plus empreinte d'intégrité que John James Charest. Je crois qu'elle ne sait pas ce que signifie le mot "intégrité".

      C'est le problême auquel devront faire face les électeurs, mais il ne faudrait absolument pas que le prochain gouvernement soit majoritaire, les Québécois ont été traîné suffisamment dans la boue avec le présent parti majoritaire. Quelle perte de réputation au niveau international.

      Le peuple aura à choisir entre le moins corrompu et non pour le meilleur parti.

    • Anne-Marie Morin - Inscrite 29 juin 2012 14 h 10

      Qu' avez-vous à proposer? Garder Charest pendant quatre autres années afin qu'il puisse mieux nous détrousser de nos richesses collectives? Quel risque prenons-nous? En ce moment il est si imbu de lui-même et de sonparti qu'il tente de manipuler tout le peuple québécois avec ses "vérités mensongères" et ses bonhommes sept heures! Parti de supercheries qui s'accroche au pouvoir parce qu'il se croit invincible et qu'il nous prend pour des imbéciles qu'il peut berner à volonté!

    • - Inscrit 29 juin 2012 15 h 18

      Peut-être, M. Martineau, mais enf..

      Là où on en est, je préfère faire confiance à madame Marois et à une équipe qui sera x fois plus éthique et plus compétente que ce que nous avons eu depus presque 10 ans (perdues)!
      Passons du cynisme à la bonne volontée SVP ! Les vieux partis de Charest et de Legault (une ADQ revanpée vieux avant d'être né) on en à cure !

    • - Inscrit 29 juin 2012 15 h 19

      Excusez .. M. Marineau !
      Martineau ... il ne vous vaut pas !

    • Louise Lefebvre - Inscrite 29 juin 2012 15 h 45

      Voter Charest c'est approuver la corruption, les magouilles, la dictature, le plan nord mal foutu et les énergies sales...voter pour un autre parti ne peut être pire!

  • François Dugal - Inscrit 29 juin 2012 07 h 32

    Intégrité?

    Si Mme Marois fait la promotion de l'intégrité, comment se fait-il que l'avocate de son parti, Me Estelle Tremblay, a-t-elle essayé de démolir la crédibilité de de Jacques Duchesneau lors de la commission Charbonneau?

    • Solange Bolduc - Abonnée 29 juin 2012 08 h 46

      Je dois admetttre que ce fut un très grave erreur du PQ ! En agissant ainsi, elle s'accusait d'une faute quelconque ! Dommage !

    • Philippe Landry - Inscrit 29 juin 2012 09 h 59

      Duchesneau a agi de façon non professionnelle. Si le PQ se fait son allié, il sera accusé d'opportunisme politique - avec raison . Pour ce qui est de l'intégrité du PQ, je rappelle que Gilles Baril a dû démissioner pour avoir passé ses vacances avec un lobbyiste. On est loin du salaire caché, d'Anticosti, de la caisse de dépot et tutti quanti, comme c'est bien expliqué sur le site http://liberaux.net/

    • Réjean Grenier - Inscrit 29 juin 2012 10 h 38

      Néon, l'avocate du PQ a cherché à découvrir le contenu de son second rapport.
      Tout simplement.
      Mais, comme avocate, c'est pas fort.

      Réjean Grenier.

    • Réal Rodrigue - Inscrit 29 juin 2012 11 h 16

      Vous devriez vous rappeler que l'avocate en question n'avait pas reçu ce mandat, et que Mme Marois l'a aussitôt désavoué.

    • Claude Champagne - Inscrit 29 juin 2012 13 h 36

      Bravo à vous tous de remettre les pendules à l'heure, cela les rends tellement malades qu'une femme, mme Marois a de réel chance de devenir première ministre, qu'ils sont prêts (nous sommes prêts vous vous souvenez, un autre slogan plein de trous) à dire n'importe quoi et frapper en bas de la ceinture. Comment faites-vous pour dormir la nuit?

    • François Dugal - Inscrit 29 juin 2012 13 h 49

      Monsieur Rodrigue,
      Si Me Estelle Tremblay «n'avait pas reçu ce madat», pourquoi le PQ a-t-il engagé cet «électron libre»?

    • Charles F. Labrecque - Inscrit 29 juin 2012 14 h 13

      Si madame fait la promotion de l'intégrité est-ce à dire que autrefois ce principe ne s'appliquait pas non plus dans son parti. Espérons que l'enquête encours nous le dira.

    • Réal Rodrigue - Inscrit 29 juin 2012 16 h 36

      M.Dugal,

      Bonne question, mais il faudrait le demander aux personnes concernées.

    • Lorraine Dubé - Inscrite 4 juillet 2012 06 h 21

      L'avocate du PQ souhaitait l'accès au contenu afin de questionner monsieur Duchesneau, mais, elle n'avait pas à tirer sur le messager.

      Nul parti n'est à l'abri d'avoir en son sein des opportunistes. Cependant, jamais n'a-ton vu vu de scandales que sous clan libéral élargi, incluant l'équipe Union Montréal.

      Benoit Labonté ne mentionnait-il pas du maire Gérald Tremblay qu'il était au courant, lorsqu'il lui avait parlé de Bernard Trépanier, le directeur du financement pour Union Montréal: «Tu sais Benoit, en politique municipale, à Montréal, c'est juste de ça ».

      Le maire Tremblay à propos de Tony Accurso: « Lorsqu’une seule compagnie détient près de 20 % de la valeur des contrats, une restriction de licence complète pourrait paralyser le marché de la construction montréalais ».

      L'interventioin teintée d'adversité de Me Tremblay a en effet suscité un malaise. Pauline Marois lui reprochait d'y être allée un peu fort.

      Quant à l'attitude de l'avocat du gouvernement, les militants libéraux et leurs élus sont passés maîtres dans la subjectivité :Les trois petits singes...Kikazaru, Iwazaru et Mizaru (le sourd, le muet et l'aveugle)

      Financement particulier au Parti Libéral du Québec- Plus ça change, plus c’est pareil!
      http://www.ameriquebec.net/actualites/2008/09/21-f

  • Jean Lapointe - Abonné 29 juin 2012 07 h 38

    Pourquoi les Québécois sont divisés.

    On entend souvent des gens dire que si les Québécois i.e. les habitants du Québec, sont divisés c'est à cause des souverainistes et en particulier à cause du Parti québécois.

    On l'a entendu souvent celle-là au cours des deux campagnes référendaires de la part de nos adversaires fédéralistes et de nos adversaires unitaristes canadiens.

    Et pourtant, faut-il le rappeler, ça n'est pas vrai.

    Si les Québécois sont divisés c'est à cause de la conquête anglaise de 1759.

    C'est depuis cette époque en effet que les descendants des Français vivant au Canada sont divisés.

    Il y a d'un côté ceux qui collaborent avec les occupants et qui cherchent à s' y assimiler et d' un autre côté ceux qu'on peut appeler les résistants, c'est-à-dire ceux qui tiennent à ce que le peuple québécois ( anciennement appelé peuple canadien) , non seulement survive mais vive pleinement.

    Les souverainistes, ce qu'ils veulent donc, c'est réunir de nouveau en un seul peuple les descendants des Français dans un Etat bien à eux, en y incluant bien sûr tous ceux et toutes celles qui se sont joints ou qui se joindront à eux.

    Peuvent être considérés comme étant de nationalité québécoise tous ceux et toutes celles qui veulent et sont prêts à partagr le destin du peuple québécois.

    Nos adversaires, eux, et parmi eux les Libéraux de Jean Charest veulent faire de nous tous au Québec des «Canadiens».

    Au lieu de nous réunir dans un seul peuple, ils veulent nous faire disparaître comme peuple distinct et nous noyer dans le grand tout canadien.

    A nous de choisir. Vivre pleinement comme peuple ou nous dissoudre dans le grand tout canadien.

    Il me semble que c'est simple à comprendre et que la réponse s' impose d'elle-même.

    • Solange Bolduc - Abonnée 29 juin 2012 08 h 57

      Si les Québécois sont divisés en ce moment c'est qu'une partie de la population n'écoute pas vraiment ce que dit Charest, qui tente de leur faire accroire n'importe quoi, de les leurrer en quelque sorte, et aussi parce qu'une bonne majorité ne fait pas assez confiance en une femme pour diriger le Québec.

      C'est une question d'image, et Charest en abuse en jouant si bien la comédie de l'homme d'État : son apparence est trompeuse ! La population ne prend pas la peine de s'interroger sur les véritables intentions de Charest.
      Gouverner pour lui, c'est jouer au théâtre, et berner le monde !
      Mais le monde a aussi la responsabilité de se réveiller, autrement nous allons vivre un chaos encore plus important si Charest est réélu!

    • Claude Lachance - Inscrite 29 juin 2012 08 h 57

      La chose à surveiller: Une campagne d'opposition? C'est un peu perdant et diluant. Être la raquette des injures à la Charest... ne fait rien d'autre que donner un rôle de raquette.Se méfier d'une presse, qui tend souvent à drainer les contenus, en théatre rozonesque.

    • Lagacé Jean - Inscrit 29 juin 2012 09 h 24

      Et pourquoi je serais sensé vouloir faire ça? Franchement, les raisons que vous suggérez m'ennuient. De fait, elles font très 19e siècle.

    • Étienne Ferland - Inscrit 29 juin 2012 13 h 56

      La plupart de nos ancêtres Français ont choisi, avant et après la conquête de 1760, entre 5 types d'attitude :

      1- fuir peu importe où;

      2- partir à l'aventure et se faire une vie trépidante dans un coin quelconque de l'Amérique du Nord;

      3- partir par obligation, dans un coin quelconque de l'Amérique du Nord, pour trouver du travail ou avoir accès à une terre;

      4- rester ici, se tenir debout et résister à l'assimilation;

      5- rester ici, se soumettre et se laisser assimiler.

      @ Jean Lagacé : Le commentaire de Jean Lapointe est encore très actuel. En 2012, nous avons toujours le choix entre les options 2, 4 et 5.

      @ tous les lecteurs : Quelle est votre attitude actuelle?

    • - Inscrit 29 juin 2012 15 h 27

      Oui une longue "collaboration" en efet !

      Je serais tenté d'ajouter que le principe de Goebbels "mentez souvent et le mensonge deviendra vérité" peut aussi se traduire par "mentez lontemps et votre mensonge deviendra vérité. C'est là le résumé de tout el'histoire des régimes anglais et canadian de l'histoire du Québec !

      À bon entendeur , Salut !

    • Jacques Moreau - Inscrit 2 juillet 2012 14 h 57

      Las québecois sont aussi divisés que la vaste majorité des autre peuples/nations du monde. Les pays avec une population à %100 "pure laine", sont d'une rareté extrême. À l'intérieur d'un pays, il y a souvent des intérêts régionals, familials, affaires, etc... Le gouvernement doit composer avec ces divisions, et dans les pays démocratique le peuple a une chance d'espérer pour le "bon" gouvernement. Si jamais le Québec réussi à se séparer du Canada, faudrait pas s'attendre à un "lit de roses" perpétuel pour tout le monde. Les rosier ont aussi des épines.

  • Daniel Lambert - Inscrit 29 juin 2012 07 h 41

    Quelle intégrité?

    La question se pose: quelle intégrité? Celle de son parti ou la sienne?

    Le parti de René-Lévesque n'existe plus grâce à Mme Marois... alors, on repassera pour parler d'intégrité!!

    Daniel Lambert

    • Claude Smith - Abonné 29 juin 2012 08 h 15

      Sur quel(s) fait(s) basez-vous votre jugement M. Lambert ???

    • André Bissonnette - Abonné 29 juin 2012 08 h 17

      Pas très fort comme argumentation, Daniel...

    • Claude Lachance - Inscrite 29 juin 2012 08 h 50

      Être intègre, ne veut pas dire être vierge, et revierge. on a droit a de petits travers.. comme vous et moi!

    • Solange Bolduc - Abonnée 29 juin 2012 09 h 02

      L'intégrité de Mme Marois sera jugée quand elle sera en fonction. Il peut y avoir un semblant d'intégrité chez elle, mais la vraie, celle de l'action est encore à réaliser !

      Ou on vote pour un autre parti, ou on lui donne le bénéfice du doute ! Il faut compter aussi sur les gens qui l'entourent. Ce ne sera pas une élection facile, car Charest n'a pas la langue dans sa poche, et Mme Marois sera-t-elle à la hauteur ? C'est possible.

    • Lorraine Dubé - Inscrite 4 juillet 2012 17 h 27

      @ Marc Tremblay
      Dites-vous bien que les stratèges libéraux ont travaillé fort pour faire diversion et trouver matière à scandales chez les partis d'opposition, spécialement le PQ ayant déjà accédé au pouvoir.

      Qui s'est obstiné à faire des détours pour éviter une vraie Commission d'enquête publique, si ce n'est le seul PLQ, isolé dans sa turpitude? Les élus du parti libéral s'y sont résignés à contrecoeur, n'ayant d'autre choix, après un délai de 3 ans à essayer de cacher leur implication.

      Certaines personnes avancent des accusations sans fondement sur l'ensemble de la classe politique. L'opposition parlementaire est l'essence de la démocratie. Depuis 2003, le gouvernement l'a trop souvent muselée, en ignorant et méprisant l'électorat qu'elle représente.
      http://www.youtube.com/watch?v=RKUIihTOFIY&fea

      Charest est indigne d'un Chef D'État. Il ne gouverne pas en fonction des intérêts supérieurs de la nation québécoise.

  • Jean-Claude Archetto - Inscrit 29 juin 2012 07 h 53

    Enfin un parti propre au Québec !

    Après neuf ans de magouilles et de collusion libérale , on a la chance d'avoir un parti propre au Québec pour reprendre un ancien slogan du Bloc québécois, ne la ratons pas.

    Un système public de financement des partis politiques, des élections à date fixes ,limiter les mandats du premier ministre et des maires et éliminer les primes de départ des députés qui quittent leurs fonctions en cours de mandat.

    J'approuve à 100% !

    • David Vallée - Inscrit 29 juin 2012 10 h 29

      Si le parti est si propre, pourquoi est qu'il a atteint à l'intégrité de Jacques Duchesneau? S'il était si propre, il aurait laissé Jacques s'acharner sur Charest et n'aurait rien à se reprocher.

      Vous voulez vraiment un parti propre? Votez pour Québec Solidaire ou bien pour Option Nationale.

    • Réal Rodrigue - Inscrit 29 juin 2012 13 h 13

      M.Vallée,

      Vous n'avez donc pas lu que l'avocate en question n'avait le mandat de s'en prendre à l'intégrité de J.Duchesneau. C'est pourquoi Mme Marois a aussitôt désavoué sa basse manoeuvre. Dire le contraire c'est de la désinformation.

    • Claude Champagne - Inscrit 29 juin 2012 16 h 16

      VU et entendu au sujet de la commission, j'ai très bien entendu un des procureurs répondre à mme l'avocate du Pq, aucun dossier n'a été remis de L'unité anti colusion à la commision de la période 1995 à 2003 et ça le procureur la répété deux fois. Vous pouvez checher sur la lune si vous voulez mais jusqu`a preuve du contraire, cessez d' associer le PQ et cela vous rend dépressif, au même niveau de la corruption clé en main des libéraux.

    • Claude Champagne - Inscrit 29 juin 2012 16 h 16

      VU et entendu au sujet de la commission, j'ai très bien entendu un des procureurs répondre à mme l'avocate du Pq, aucun dossier n'a été remis de L'unité anti colusion à la commision de la période 1995 à 2003 et ça le procureur la répété deux fois. Vous pouvez checher sur la lune si vous voulez mais jusqu`a preuve du contraire, cessez d' associer le PQ et cela vous rend dépressif, au même niveau de la corruption clé en main des libéraux.