Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Charest défend la dernière publicité du PLQ

    Selon la CSQ, cette capsule méprise les Québécois

    Québec — Le premier ministre Jean Charest a défendu, aujourd'hui, l'utilisation d'images de Pauline Marois dans une publicité du Parti libéral du Québec. M. Charest a affirmé que les libéraux n'ont fait que récupérer des images de la chef péquiste qui circulaient dans le domaine public.

    Dans une publicité qui doit être diffusée à la télévision cette semaine, Mme Marois apparaît frappant des casseroles dans une manifestation.

    Affirmant être l'auteur des images, Guy Séguin a acheminé au PLQ une mise en demeure les intimant de retirer cette publicité. Le porte-parole du PLQ, Michel Rochette, a déclaré que la requête est actuellement examinée par un avocat.

    Aucun retrait de la publicité n'a été décidé, a indiqué M. Rochette.

    Lors d'un point de presse après une annonce à Québec, M. Charest a affirmé que la population devra tirer les conclusions qui s'imposent à partir des images contenues dans la publicité, que les libéraux diffusent en noir et blanc, au ralenti, sans commentaire hors-champ.

    «Ça illustre un épisode de la vie politique de Pauline Marois que les Québécois ont intérêt à connaître, a-t-il dit. [...] L'image parle d'elle-même, on n'a pas suggéré aux Québécois de conclusion, tellement la conclusion s'impose d'elle-même.»

    Dans leur stratégie en vue de la prochaine campagne électorale, les libéraux ont associé à la rue Mme Marois, qui a récemment choisi de retirer le carré rouge. «La conclusion est assez claire, Mme Marois dit: "moi je veux être premier ministre du Québec" et vous juxtaposez l'image et sa prétention et vous tirez vos propres conclusions», a-t-il dit.

    Selon M. Charest, les images de Mme Marois avaient été précédemment diffusées par le Parti québécois, sur la page Facebook de son candidat dans la circonscription d'Argenteuil, Roland Richer.

    Refusant d'admettre que les libéraux voulaient faire une publicité négative, le premier ministre n'est cependant pas allé jusqu'à dire que l'initiative visait à aider la chef péquiste. «Elle a dû penser au moment où elle les a mises en ondes que ça devait l'aider, parce que c'est elle qui a rendu publiques les images», a-t-il dit.

    Réjean Parent dénonce la publicité

    Le président de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Réjean Parent, a soutenu aujourd'hui que cette nouvelle publicité des libéraux sur Pauline Marois est un affront à tous ceux qui ont manifesté leur mécontentement ces derniers mois.

    En point de presse à Québec à l'occasion du 40e congrès de la centrale, M. Parent a dénoncé la capsule du Parti libéral (PLQ) qui montre la chef du Parti québécois tenter bien maladroitement de frapper à l'unisson deux couvercles de casserole.

    Le leader syndical ne voit rien de drôle dans cette publicité qui recycle une vidéo de la chef péquiste participant à un «concert» de casseroles dans la circonscription d'Argenteuil dans le cadre de l'élection complémentaire.

    En voulant ridiculiser Pauline Marois, les libéraux dénigrent tous les citoyens qui ont pris la rue depuis le printemps dernier pour manifester leur ras-le-bol des «politiques » du gouvernement de Jean Charest, a fait valoir M. Parent.

    «C'est peu respectueux, c'est arrogant, méprisant. J'espère qu'ils vont trouver une image de moi avec une casserole [...] Il ne s'agit pas d'aimer ou non Mme Marois, elle est qui elle est. Mais moi, je pense à tous ceux qui ont frappé des casseroles, ce sont ces gens-là qui sont méprisés», a-t-il lancé.

    Selon lui, la publicité illustre à quel point les stratèges libéraux prennent pour des imbéciles les Québécois qui ont marché et manifesté sans relâche dans la foulée de la crise étudiante.

    «Les milliers et milliers de citoyens qui ont tapé de la casserole ne sont pas tous des cons, fort probablement que pour la plupart, ce sont des gens très intelligents qui ont essayé de faire ressentir leur exaspération. Les casseroles, c'est un mouvement qui a traversé la planète depuis 40 ans, on n'a pas inventé ça au Québec», a-t-il dit.

    Cette publicité «puérile» est clairement, à son avis, une manoeuvre désespérée de Jean Charest pour garder le pouvoir en s'affichant en champion de la loi et l'ordre. «C'est quelqu'un de désespéré qui veut à tout prix s'accrocher au pouvoir et qui est prêt à n'importe quoi [...] C'est le genre de publicité qui devrait lui remonter dans la face. J'espère que les Québécois vont avoir cette réaction et dire que c'est un monsieur très méprisant», a-t-il déclaré.

    Après trois mandats passés à la tête de la CSQ — il a été élu en 2003, l'année même de l'accession au pouvoir du gouvernement libéral — l'heure est au bilan pour Réjean Parent qui tirera sa révérence vendredi au terme du congrès de la centrale.

    Déjà caricaturée

    Par ailleurs, la publicité du PLQ fait déjà l'objet de quelques parodies diffusées sur Youtube et le réseau social Facebook. Dans une des vidéos publiée par «Pierre Poutine», en référence au célèbre suspect dans l'affaire des appels frauduleux lors du dernier scrutin fédéral, les images de Mme Marois se fusionnent à celles de Jean Charest à l'anniversaire de Jacqueline Desmarais dans une vidéo diffusée par Anonymous.


    La publicité officielle du Parti libéral du Québec:













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.