Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Parizeau dénonce la «supercherie» entourant les dettes du Québec et de la Grèce

    12 juin 2012 17h18 | Robert Dutrisac | Québec
    Jacques Parizeau a accusé certains politiques de se prêter à la comparaison entre la situation financière du Québec à celle de la Grèce.
    Photo : Jacques Nadeau - Le Devoir Jacques Parizeau a accusé certains politiques de se prêter à la comparaison entre la situation financière du Québec à celle de la Grèce.
    Jacques Parizeau voit dans les comparaisons entre la dette du Québec et celle de la Grèce une «immense supercherie» qui risque de nuire à l’option souverainiste.

    Lors du colloque organisé samedi par les Intellectuels pour la souveraineté (IPSO) sous le thème «Mobilisations et convergences». L’indépendance maintenant», Jacques Parizeau, qui était l’un des conférenciers, s’en est pris à ceux qui font des «manipulations de chiffres» pour affirmer que le Québec est trop endetté pour devenir un pays indépendant. «Quand ça rentre dans la mentalité, ça risque de nous faire un tort effrayant.»

    Le gouvernement libéral manipule les chiffres quand il présente la dette du Québec sous forme de dette brute alors qu’aucune autre province du Canada ne fait de même, a soutenu l’ancien premier ministre.  Cette notion de dette brute, «ça fait de gros montants», a-t-il souligné, mais elle ne tient pas compte de l’actif du Québec. Ainsi, Hydro-Québec supporte une dette de 30 milliards — en fait 37,7 milliards en 2011 —, mais si on calcule son actif, la société d’État contribue plutôt à réduire de 38 milliards la dette de l’État québécois, a fait valoir Jacques Parizeau.

    «Je suis désolé qu’on ait développé dans cette société-là cette espèce de mentalité qui est une mentalité de pauvre, qu’on va chercher dans nos racines les plus anciennes. C’est la peur de manquer d’argent et on joue là-dessus», a-t-il affirmé.

    En ce sens, Jacques Parizeau accuse certains politiques de se prêter à ce jeu en comparant la situation financière du Québec à celle de la Grèce. «Un jeune journaliste de Radio-Canada a demandé à M. Bachand : “Si le Québec, c’est comme la Grèce, comment ça se fait que le Québec emprunte à 3 % et la Grèce à 17 % ?”. Le ministre des Finances a patiné avec un art admirable.»

    «Je voudrais juste qu’on n’oublie pas les blocages que nous-mêmes, on s’impose et que nous-mêmes pouvons lever», a-t-il ajouté.

    Par ailleurs, Jacques Parizeau s’est dit «très, très inquiet de l’affaiblissement» de la fonction publique québécoise ces dernières années, ce qui a conduit au phénomène de collusion décrit dans le rapport Duchesneau. «Pour casser ce système d’attribution de contrats, le ministère des Transports n’a plus ce qu’il faut pour ça», a-t-il déploré.


    De notre correspondant parlementaire à Québec
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel