Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?

    CCQ : le syndicat porte plainte pour négociation de mauvaise foi

    12 juin 2012 |Kathleen Lévesque | Québec
    Diane Lemieux outrepasse le mandat que lui a confié la ministre du Travail, Lise Thériault, selon le syndicat des employés de bureau de la CCQ.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Diane Lemieux outrepasse le mandat que lui a confié la ministre du Travail, Lise Thériault, selon le syndicat des employés de bureau de la CCQ.
    Le conflit de travail à la Commission de la cons-truction du Québec (CCQ) soulève la question de l’autorité du conseil d’administration de l’organisme face au gouvernement. C’est la Commission des relations du travail (CRT) qui devra trancher qui est le maître d’oeuvre des négociations à la suite d’une plainte déposée hier par le Syndicat des employés professionnels et de bureau (SEPB).

    Le syndicat souhaite ainsi forcer la CCQ et sa p.-d.g., Diane Lemieux, à plier l’échine devant le Conseil du trésor qui a donné son aval à l’hypothèse de règlement du conciliateur. Cette proposition a été discutée par les administrateurs de la CCQ, qui présenteront une hypothèse complémentaire sous peu.


    Pour le syndicat, il ne fait aucun doute que la CCQ est soumise, comme tous les organismes gouvernementaux, aux paramètres établis par le Trésor. « C’est une guerre de pouvoir », a résumé le directeur exécutif du SEPB, Serge Cadieux, lors d’une conférence de presse. « Le gouvernement, de quelque couleur qu’il soit, n’a jamais laissé à un tiers le soin de décider des conditions de travail », a-t-il souligné.


    Ainsi, le SEPB a déposé deux plaintes, une pour négociations de mauvaise foi et l’autre pour entrave aux activités syndicales. La cause, qui s’apparente à une demande d’injonction, sera entendue le 21 juin. « La p.-d.g. de la CCQ outrepasse son mandat et bloque la signature d’une entente », a soutenu M. Cadieux.


    Ce dernier a rappelé que, par le passé, les employés de la CCQ avaient bénéficié des mêmes hausses salariales que la fonction publique, mais ils ont également subi les mêmes reculs, notamment en 1982.


    La convention collective des employés est échue depuis le 31 décembre 2009. Selon le syndicat, les négociations se sont compliquées avec l’arrivée de Diane Lemieux à la tête de la CCQ en janvier 2011. Un mois auparavant, le bulletin syndical du SEPB se désolait pourtant de l’état des pourparlers qui piétinaient sur plusieurs grands dossiers malgré 13 rencontres de négociations.


    À la CCQ, on refusait hier de faire des commentaires. « On va faire valoir nos arguments devant la CRT », s’est borné à dire le porte-parole de la CCQ, Louis-Pascal Cyr. Du côté du cabinet de la ministre du Travail, Lise Thériault, il est hors de question de se prononcer publiquement sur le dossier.


    Ce débat autour de l’autonomie de la CCQ survient alors que le gouvernement Charest semble pressé d’obtenir un règlement. Selon la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d’oeuvre dans l’industrie de la construction (R-20), les conditions de travail du personnel de la CCQ « sont déterminées à l’échelle provinciale ». « Il n’y a pas d’échappatoire, a tranché Serge Cadieux. On demande au gouvernement de faire respecter sa loi. »


    Les 600 syndiqués en sont à leur deuxième phase de grève. Ils sont sortis en grève quatre jours à la fin de mai. Par la suite, la CCQ a décrété un lockout de deux jours. Le conciliateur est alors intervenu pour rappeler les parties à la table des négociations sans obtenir de résultat. Depuis, les employés sont en grève générale illimitée.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel