Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Courchesne hausse les subventions à des écoles privées délinquantes

    7 juin 2012 17h02 |La Presse canadienne | Québec
    Québec – Au lieu de leur couper les vivres comme promis, la ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne, a augmenté la subvention annuelle à des écoles privées qui refusent depuis des années de se conformer au régime pédagogique du Québec.

    Il s'agit dans certains cas des mêmes écoles qui avaient mis la ministre Courchesne sur la sellette, en 2009, quand elle avait finalement admis, après avoir nié les faits, qu'elle avait modifié le calendrier scolaire pour accommoder six écoles privées juives orthodoxes qui refusaient de se conformer au régime pédagogique. Certaines fonctionnaient même sans permis, donc dans l'illégalité.
     

    Elle avait déclaré à cette époque que la période de tolérance était terminée. Or, le député caquiste de La Peltrie, Éric Caire, a interpellé la ministre en Chambre, aujourd'hui, pour dénoncer sa gestion discrétionnaire des fonds publics versés depuis à plusieurs écoles privées confessionnelles hors-la-loi, au mépris des normes en vigueur année après année. «Mme Courchesne est en train de se bâtir une réputation de ministre qui se sert des deniers publics comme d'un gros budget discrétionnaire. Et cela il faut que ça cesse», a plaidé le député Caire par la suite, en point de presse.
     

    Comme c'est le cas depuis plusieurs jours, la ministre Courchesne a fait l'objet d'un tir groupé de la Coalition avenir Québec (CAQ) et de l'opposition péquiste, aujourd'hui, en Chambre, dans plusieurs dossiers sous sa gouverne, qu'il s'agisse des écoles privées ou de sa gestion, contestée par le vérificateur général, de l'attribution de 18 000 places en garderie et de l'octroi de 363 millions $ de subventions à des équipements sportifs. Dans l'opposition, on lui reproche, en substance, de gérer les fonds publics de façon arbitraire dans tous les dossiers qu'elle touche.

     

    Voyant que sa ministre était dans l'eau chaude, le premier ministre Jean Charest a pris sa défense, se levant en Chambre pour affirmer qu'il était «très fier» d'elle. Selon les données recueillies par la CAQ, notamment à partir du rapport annuel 2010-2011 de la Commission consultative de l'enseignement privé, l'Académie Beth Tziril, une école pour filles de Boisbriand de confession juive orthodoxe, a vu sa subvention augmenter de 164 000 $ (passant de 521 000 $ à 685 000 $) entre 2007 et 2011, et ce, même si la grande majorité du personnel enseignant de l'école (20 professeurs sur 22) n'est pas qualifié pour faire ce travail et malgré des avis défavorables de la commission.
     

    Dans un autre cas, l'Académie culturelle de Laval, de confession musulmane, a vu sa subvention passer de 494 000 $ à 633 000 $, de 2007 à 2011, encore là malgré des infractions et trois avis défavorables de la commission. La CAQ laisse planer un parfum de favoritisme politique dans ce dossier, en soutenant que six administrateurs de l'Académie culturelle de Laval avaient versé au total 38 170 $ à la caisse du Parti libéral du Québec (PLQ), entre 2003 et 2012.
     

    Députée de Fabre, à Laval, la ministre Courchesne était jusqu'à tout récemment responsable des cinq circonscriptions de Laval.
     

    La CAQ n'a pas fait un examen exhaustif des subventions accordées à toutes les écoles privées confessionnelles au fil des ans, préférant s'attarder aux écoles délinquantes qui avaient défrayé la manchette en 2009. Éric Caire demande à la ministre Courchesne de couper les vivres à toutes les écoles qui persistent à narguer le ministère de l'Éducation, en ignorant les multiples rappels à l'ordre au fil des ans. Il a aussi cité le cas de l'École première Mesifta du Canada, une école privée juive orthodoxe de Mont-Royal. En 2009, les fonctionnaires de l'Éducation avaient coupé sa subvention, jugeant que ses enseignants n'étaient pas qualifiés, mais la ministre était intervenue pour faire annuler la décision. Semoncée depuis 2004 par Québec, l'école ne s'est toujours pas amendée, et elle reçoit quand même 474 000 $ de fonds publics par an.

    «Si ces écoles ne respectent pas le régime pédagogique, c'est évident que les procédures et les sanctions sont prises», a assuré la ministre Courchesne, en Chambre aujourd'hui, comme elle avait dit en 2009 à l'époque de la controverse sur les écoles juives. «Ce que la ministre dit, c'est une chose, et ce que la ministre fait, c'en est une autre. C'est pour ça qu'on dit qu'elle a un regard extrêmement complaisant sur la façon d'appliquer le régime pédagogique», a répliqué M. Caire, en se disant tenté de croire que la ministre cherche "à ne pas déplaire à une clientèle politique».
     

    Dans son dernier rapport annuel, la Commission consultative de l'enseignement privé rappelait que des dizaines d'écoles privées ne respectaient pas les exigences pédagogiques fixées par le ministère de l'Éducation.


    Par Jocelyne Richer












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.