Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Conflit étudiant - Des sondages contradictoires ?

    4 juin 2012 |Bertrand Gagnon - Économiste de l’Institut de la statistique du Québec à la retraite | Québec
    Depuis le début du conflit, la stratégie du gouvernement semble avoir été de croire qu’il n’y avait rien à négocier puisqu’une forte majorité de la population l’appuyait. Mais 68 % de gens étaient-ils vraiment derrière lui ? On peut en douter.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Depuis le début du conflit, la stratégie du gouvernement semble avoir été de croire qu’il n’y avait rien à négocier puisqu’une forte majorité de la population l’appuyait. Mais 68 % de gens étaient-ils vraiment derrière lui ? On peut en douter.
    En février, au début du conflit étudiant, les sondages donnaient une forte majorité en faveur de la hausse des droits de scolarité, soit 68 % contre 32 %. Cela manquait de nuance parce qu’il n’y avait que deux choix proposés, soit la hausse ou le gel des droits de scolarité.

    Dans le sondage CROP/Radio-Canada du 25 mai dernier, quatre choix étaient proposés. L’abolition des droits de scolarité obtenait 11 % d’appuis, le gel 13 %, l’indexation au coût de la vie 45 % et l’augmentation 27 %. Une hausse des droits obtenait donc l’appui de 72 % de la population, mais la majorité des gens favorables à la hausse préféraient l’indexation à la hausse prévue par le gouvernement.


    Si l’on résume, il y a 27 % de gens favorables au gouvernement (hausse rapide) et 69 % défavorables (gratuité, gel et hausse modérée). Il reste 4 % de gens qui ne savent pas ou ne se prononcent pas.


    Le lendemain (samedi 26 mai), La Presse rapportait que la majorité était favorable au gouvernement sur la question des droits de scolarité, soit 64 % contre 36 %. Pourtant, il s’agissait aussi d’un sondage CROP qui semblait contredire un autre sondage CROP. La maison de sondage CROP est sérieuse.


    Comment se fait-il que l’appui au gouvernement soit de 64 % dans un sondage et de 27 % dans l’autre ? Le problème vient dans la question qui n’avait que deux volets. Êtes-vous en faveur de la position du gouvernement (hausse des droits de scolarité sur sept ans) ou celle des étudiants (gel des droits de scolarité) ? Ce sondage ne s’adressait qu’à une minorité, soit ceux qui préfèrent un gel (13 %) ou une hausse rapide (27 %). Qu’ont répondu ceux qui sont favorables à la gratuité (11 %) ou à une hausse modérée (45 %) ?

     

    Vision simpliste


    La vie n’est pas un western, avec les bons d’un côté et les méchants de l’autre. C’est un peu la vision simpliste qu’avait George W. Bush lorsqu’il disait : « Vous êtes avec moi ou contre moi. » La réponse est peut-être simplement ni l’un ni l’autre. Étant favorable à une hausse modérée (indexation au coût de la vie) des droits de scolarité, j’aurais répondu ni l’un ni l’autre à la question telle qu’elle était formulée par La Presse. Pourtant, dans ce sondage, il n’y a aucune abstention.


    Durant la crise, plusieurs observateurs ont eu cette vision simpliste. Ainsi, si on n’appuyait pas le gouvernement, on était pour la violence. Certains ont même affirmé que ceux qui portent le carré rouge étaient pour la violence. Personnellement, ce que j’ai vu dans ce conflit, c’est que la très grande majorité est contre la violence. J’ai vu aussi de la violence, mais de chaque côté.


    Malheureusement, c’est souvent ce qui arrive lorsque les choses traînent et que des observateurs ont une vision simpliste. Les éléments radicaux en profitent. En suivant cette même logique, certains observateurs ont conclu qu’une minorité (les méchants) avait pris en otage la majorité (les bons) !


    C’est avec cette vision simpliste que certains observateurs ont mentionné qu’à l’issue du conflit, il devait y avoir un gagnant et un perdant alors qu’il n’y a pas beaucoup de gagnants lorsque les choses traînent. Pour certains, en négociant, le gouvernement aurait perdu. Le gouvernement a peut-être perdu, mais les étudiants ont beaucoup perdu aussi.

     

    Le malentendu du départ


    Depuis le début du conflit, la stratégie du gouvernement semble avoir été de croire qu’il n’y avait rien à négocier puisqu’une forte majorité de la population l’appuyait. Mais 68 % de gens étaient-ils vraiment derrière lui ? On peut en douter.


    Mais le gouvernement, se croyant fort de l’appui d’une majorité de la population, n’a pas cru bon de négocier quoi que ce soit. En réalité, il n’avait l’appui que de 27 % de la population.


    Induits en erreur par des sondages imprécis, beaucoup de gens ont ainsi, de bonne foi, appuyé le gouvernement en se basant sur le fait que la majorité était favorable à la hausse.


    Les fédérations étudiantes veulent la gratuité ou le gel des droits de scolarité, ce qui rejoint environ le quart de la population (11 % pour la gratuité et 13 % pour le gel). De son côté, le gouvernement veut faire du rattrapage avec une hausse rapide, ce qui rejoint aussi environ le quart de la population (27 % pour une augmentation). Chacune des parties ne bénéficiant que de l’appui d’une minorité de la population, elles devront mettre un peu d’eau dans leur vin pour arriver à une entente.


    Si les deux parties semblent plus préoccupées du bien paraître que du bien qu’elles devraient apporter à la société en négociant sérieusement, il n’y aura pas de solution. En restant sur leurs positions, elles perdent, à mon avis, bien plus la face que si elles négociaient intelligemment.


    Les étudiants, à la rigueur, ont le droit d’être immatures (ce qui ne veut pas dire que l’on doit tout leur passer) car ils sont jeunes et ceci explique peut-être cela, mais on attend alors de nos dirigeants d’agir avec un peu plus de circonspection et d’essayer de trouver des solutions alternatives plutôt que de s’entêter à leur tour en attendant que ça s’arrange tout seul. En fait, c’est même pour cela qu’ils sont élus, essayer de résoudre les problèmes plutôt que de laisser pourrir les choses.


    Pour l’année scolaire qui vient, on pourrait résoudre la crise en indexant au coût de la vie les droits de scolarité, ce qui satisferait la majorité de ceux qui sont favorables à une hausse.


    Pour les années suivantes, on devrait tenir des états généraux sur la place de l’éducation dans la société et son financement. C’est sans oublier les efforts qui pourraient être consentis pour examiner l’efficacité avec laquelle nos institutions d’enseignement sont dirigées.

    ***

    Bertrand Gagnon - Économiste de l’Institut de la statistique du Québec à la retraite













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.