Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le vérificateur général contredit Courchesne

    1 juin 2012 |Robert Dutrisac | Québec
    Le vérificateur général du Québec par intérim, Michel Samson, contredit la ministre Michelle Courchesne : le personnel politique du cabinet de la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport et de son prédécesseur, Jean-Marc Fournier, a bel et bien écarté 418 des 918 projets de construction et de rénovation d’installations sportives sans que les fonctionnaires fournissent d’analyses, ce qui a guidé le versement de subventions totalisant 363 millions.

    « La liste [de 918 demandes de subventions remise au cabinet de la ministre sans avoir fait l’objet d’une analyse] est revenue avec des signes du cabinet », a confirmé la porte-parole du VG, Raymonde Côté-Tremblay, des signes pour désigner les dossiers choisis. Si cela avait été inexact, le ministère, auquel le rapport est soumis pour obtenir des commentaires, aurait rectifié les faits. « Le ministère ne nous a pas contredits là-dessus », a affirmé la porte-parole.


    Dans un entretien téléphonique avec Le Devoir mercredi, Michelle Courchesne a soutenu qu’il était impossible que le personnel politique de son cabinet ait fait ces choix. La ministre n’a vu que les 500 projets analysés.


    Lors de la période de questions à l’Assemblée nationale, l’opposition a dénoncé la gestion de ce programme par la ministre. « Après le fling-flang quand elle octroie des places en garderie, c’est maintenant le fling-flang des équipements sportifs », a lancé le député péquiste Bertrand St-Arnaud.














    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.