Crise étudiante: Charest remplace son directeur de cabinet

Jean Charest a perdu aujourd'hui son directeur de cabinet, Luc Bastien
Photo: Agence Reuters Mathieu Bélanger Jean Charest a perdu aujourd'hui son directeur de cabinet, Luc Bastien

Québec — Après Line Beauchamp, le conflit étudiant fait une deuxième victime dans l’entourage du premier ministre Jean Charest: son directeur de cabinet, Luc Bastien. Il sera remplacé dès lundi prochain par un de ses anciens directeurs de cabinet, Daniel Gagnier, qui a accepté de reprendre du service. Son premier mandat sera clair: régler la crise étudiante.

Selon ce qu’a appris La Presse canadienne, M. Gagnier est d’ailleurs déjà très actif dans le dossier depuis plusieurs semaines. M. Charest l’a appelé à la rescousse pour l’aider à dénouer l’impasse avec les étudiants, qui perdure depuis près de quatre mois sans issue en vue.

Spécialiste de gestion de crise, M. Gagnier agissait à titre de conseiller bénévole dans ce dossier. Comme il a déjà consacré de nombreuses heures à la question, il sera en mesure de prendre la relève très rapidement.

Selon ce qu’on a appris, il a reçu le mandat de reprendre les négociations avec les leaders étudiants, en vue de régler la crise au plus tôt, avant la saison touristique sur le point de commencer à Montréal.

Depuis le départ de Stéphane Bertrand, en 2007, c’est donc la quatrième fois en cinq ans que M. Charest change de bras droit.

M. Gagnier a dirigé le cabinet de M. Charest de 2007 à 2009, en bonne partie à l’époque où le gouvernement libéral était minoritaire, donc dans une position fragile. Il a joué un rôle stratégique pour aider le premier ministre à obtenir un mandat majoritaire, lors du scrutin de décembre 2008.

Il est parti peu après la victoire des libéraux. À l’automne 2009, il avait été remplacé brièvement par Marc Croteau, jusqu’à ce que Luc Bastien prenne la relève en février 2011.

Chez les libéraux, M. Gagnier, très respecté et perçu comme un élément de stabilité, a laissé le souvenir de jours meilleurs que ceux vécus depuis le début du conflit avec les étudiants.

Au bureau du premier ministre, on s’évertuait aujourd'hui à nier toute relation entre le retour de M. Gagnier et la crise étudiante. «Ça n’a absolument rien à voir avec le conflit. M. Bastien avait clairement indiqué au moment d’entrer en poste qu’il serait là pour une période limitée. Il a tout simplement décidé de passer le flambeau. Tout cela s’est fait en bons termes», a soutenu Hugo D’Amours, attaché de presse de M. Charest.

Que le changement de garde s’exerce à ce moment-ci, alors que le gouvernement semble en plein désarroi face à la révolte populaire est purement fortuit, selon M. D’Amours.

Le départ de M. Bastien était «convenu», a d’ailleurs fait valoir le premier ministre lorsqu’interpellé par les reporters après la période de questions à l’Assemblée nationale.

Âgé de 65 ans, M. Gagnier a longtemps été associé à l’entreprise Alcan, où il a été notamment vice-président principal. Dans les années 1990, il a occupé diverses fonctions au sein des gouvernements du Canada, de l’Ontario et de la Saskatchewan. Il a aussi été  président du conseil d’administration des Manufacturiers et Exportateurs du Canada. Il est président du conseil de l’Institut international du développement durable (IIDD), et membre de divers conseils d’administration.

Quant à lui, M. Bastien, qui a été directeur de cabinet d’Yvon Marcoux et Sam Hamad avant d’être remarqué par le premier ministre, il a fait ses adieux au caucus libéral aujourd'hui, quittant ses fonctions après seulement 15 mois.

Il n’est pas le premier, dans la garde rapprochée de M. Charest, à tourner la page. De guerre lasse, l’ex-ministre de l’Éducation et vice-première ministre, Line Beauchamp, annonçait la semaine dernière qu’elle quittait la vie politique, estimant qu’elle ne pouvait plus dénouer la crise avec les leaders étudiants. Elle a été remplacée par Michelle Courchesne.

Une mauvaise gestion, dit l'opposition


Pour l’opposition péquiste, le départ de M. Bastien démontre que quelque chose ne tourne pas rond au sein du gouvernement Charest, manifestement au bout du rouleau. La gestion «catastrophique» de la crise étudiante depuis trois mois n’est pas étrangère à cette nouvelle désertion, a soutenu le leader parlementaire adjoint de l’opposition péquiste, Bertrand St-Arnaud.

«Ça sent la fin de régime. La démission de Line Beauchamp, les tiraillements au sein du caucus sur la loi spéciale et maintenant le départ du chef de cabinet en sont les signes typiques. On quitte le navire», a-t-il dit.

De son côté, le député indépendant de Nicolet-Yamaska, Jean-Martin Aussant, estime que le rappel de M. Gagnier révèle a quel point le gouvernement est impuissant à résoudre la crise. «Si le gouvernement appelle en renfort des gens qui n’étaient pas là avant, c’est qu’il se sent désarmé et ne sait pas comment régler la crise. C’est un mauvais signe de la part d’un chef de gouvernement», a-t-il dit.

Pour sa part, le député indépendant de Borduas, Pierre Curzi, a dit espérer que le premier ministre n’utilisera pas les talents de M. Gagnier pour tenter de sauver la face de son gouvernement aux dépens des étudiants.

«M. Gagnier a la réputation d’être un fin stratège puis d’un homme très intelligent. Mais si sa venue a pour but d’argumenter des astuces, je pense qu’on est rendu ailleurs», a-t-il fait valoir.

Charest s'implique, Courchesne prévoit une rencontre

Le premier ministre Jean Charest a par ailleurs assuré qu'il s'implique dans les efforts pour dénouer la crise sociale provoquée par le conflit sur la hausse des frais de scolarité.

Au Parti québécois qui le presse depuis des semaines de jouer un rôle plus important compte tenu de la situation qui dégénère, M. Charest a affirmé aujourd'hui que «toute l'équipe» est mobilisée.

«Je veux dire à tous les Québécois aujourd'hui que c'est tout le gouvernement qui travaille pour que nous puissions le plus rapidement possible assurer la paix sociale, a-t-il dit en Chambre. Tout le gouvernement. Et je suis le premier à m'impliquer dans ces efforts et nous le faisons en équipe.»

Plus tôt, avant une réunion des députés libéraux, la ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne, a elle aussi insisté sur l'implication du premier ministre dans le dossier, même avant la démission fracassante de sa prédécesseure Line Beauchamp, le 14 mai.

«Que ce soit avec Mme Beauchamp ou que ce soit avec moi, le premier ministre est constamment, constamment à nos côtés, a-t-elle dit. Il fait partie des discussions, il fait partie des décisions. Et vous comprendrez que c'est le premier ministre, c'est notre chef.»

Lors d'un bref point de presse, Mme Courchesne a déclaré qu'elle prévoit prochainement une rencontre de la plus haute importance avec les leaders étudiants.
«Il y aura vraisemblablement des rencontres, mais de chaque côté, on a convenu qu'on prendrait le temps de préparation nécessaire, parce que vous comprendrez que ce va être une rencontre très, très importante», a-t-elle répondu.

Au cours des derniers jours, a-t-elle indiqué, de nombreux échanges ont eu lieu avec la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) et la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), tandis que la Coalition large de l'association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) devait être contactée dans la journée d'aujourd'hui.

«Les discussions avec les représentants ont été très positives», a dit Mme Courchesne.
Selon la ministre, dans le contexte où la crise étudiante perdure depuis plus de 100 jours, le moment d'une rencontre sera décidé sous peu par les parties.

«Ce que les parties souhaitent, c'est une sortie de crise, a-t-elle dit. C'est sûr que si on prend le temps de préparation requis, c'est parce que de part et d'autre on est très conscients du sérieux de la situation et que, de part et d'autre, on veut mettre toutes les chances de notre côté pour arriver à une entente.»

En Chambre, la chef péquiste Pauline Marois a souligné que les nombreuses arrestations de manifestants de la veille — 518 à Montréal, 176 à Québec — s'ajoutent aux 2000 autres effectuées depuis le début du conflit.

«C'est inconcevable, a-t-elle dit. Ça dépasse l'entendement, ce qui est en train de se produire au Québec. C'est sans précédent dans notre histoire. Le régime libéral se radicalise. Cette radicalisation se fait sur le dos de vos concitoyens et elle ne mènera nulle part.»

Mme Marois a réclamé une fois de plus que M. Charest se décide à bouger «sur le coeur du litige», tandis que la députée péquiste Marie Malavoy a demandé au premier ministre de s'asseoir avec les étudiants pour négocier.

Le ministre de la Sécurité publique, Robert Dutil, a pour sa part défendu la mise en oeuvre de la loi spéciale 78, adoptée la semaine dernière pour suspendre les cours dans les institutions en grève et limiter les manifestations, une mesure qui semble avoir donné un second souffle aux protestations.

«Ce n'est pas arbitrairement, ce sont des lois, ce sont des lois qui sont appliquées, a-t-il dit. Et elles sont appliquées par des forces policières, sans intervention politique. Je le répète, il n'y a pas de police politique au Québec.»
49 commentaires
  • Thibaud Sallé Phelippes de La Marnierre - Inscrit 24 mai 2012 11 h 34

    Pour ou contre?

    Les règlement électoraux prévoient-ils le cas où des citoyens ne militent POUR aucun candidat ni parti, mais seulement CONTRE un parti?

    • Simon Cloutier - Inscrit 24 mai 2012 12 h 34

      La question que vous posez me semble cruciale. Quelqu'un peut-il y répondre?

    • Sylvain Auclair - Abonné 24 mai 2012 13 h 06

      Loi électorale du Québec:

      «402. Est une dépense électorale le coût de tout bien ou service utilisé pendant la période électorale pour:

      1° favoriser ou défavoriser, directement ou indirectement, l'élection d'un candidat ou celle des
      candidats d'un parti;

      2° diffuser ou combattre le programme ou la politique d'un candidat ou d'un parti;

      3° approuver ou désapprouver des mesures préconisées ou combattues par un candidat ou un parti;

      4° approuver ou désapprouver des actes accomplis ou proposés par un parti, un candidat ou leurs partisans.»

      «413. Pendant la période électorale, seul l'agent officiel d'un candidat ou d'un parti autorisé ou son adjoint peuvent faire ou autoriser des dépenses électorales.»

    • Chantal Mino - Inscrite 24 mai 2012 21 h 02

      Le DGE divague et bien d'autres personnes aussi,les dépenses électorales sont reliées aux dépenses d'un candidat ou parti durant la période électorale et non aux citoyens ou à tout autre organisation qui a tout a fait le droit de s'exprimer telle que nos droits et libertés le mentionnent dans nos Chartes.

      Lien pour la Loi électorale : http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynami

      405. Tout parti autorisé doit avoir un agent officiel pour faire des dépenses électorales.

      Afin de préciser que les dépenses sont vraiment en lien avec un candidat ou un parti :

      404. Ne sont pas des dépenses électorales:

      1° la publication,dans un journal ou autre périodique, d'articles, d'éditoriaux,de nouvelles,d'entrevues, de chroniques ou de lettres de lecteurs, à la condition que cette publication soit faite sans paiement,récompense ou promesse de paiement ou de récompense, qu'il ne s'agisse pas d'un journal ou autre périodique institué aux fins ou en vue de l'élection et que la distribution et la fréquence de publication n'en soient pas établies autrement qu'en dehors de la période électorale;

      2° le coût de production, de promotion et de distribution selon les règles habituelles du marché de tout livre dont la vente, au prix courant du marché, était prévue malgré la prise du décret;

      3° la diffusion par un poste de radio ou de télévision d'une émission d'affaires publiques, de nouvelles ou de commentaires,à la condition que cette émission soit faite sans paiement,récompense ou promesse de paiement ou de récompense;

      4° les frais indispensables pour tenir dans une circonscription une assemblée pour le choix d'un candidat, ...

      5° les frais raisonnables d'un candidat...

      Ça suffit que le 1% et leurs larbins utilisent la loi comme bon leur semble pour manipuler l'opinion publique, intimider,imposer leurs vues,se remplir les poches et garder le pouvoir!

  • Thomas Sallé Phelippes de La Marnierre - Inscrit 24 mai 2012 11 h 35

    Incompréhension

    Je ne comprends pas : sauf en cas de campagne anti-PLQ, en quoi la loi électorale concernerait les associations étudiantes ?

    • Nicholas Borduas - Inscrit 24 mai 2012 12 h 35

      Exactement, si les leaders de la CLASSE, FEUQ, FECQ ne parlent pas de faire tomber le gouvernement et gardent leur grêve axée sur la hausse des frais de scolarité, il ne devrait pas y avoir matière à intervenir. Corrigez-moi si j'ai tort, mais je ne crois pas avoir entendu les leaders lancer des slogans anti-PLQ ou même pro QS ou PQ. On ne peut tout de même pas empêcher les jeunes manifestants d'avoir une opinion politique. La Loi 78 b và changée celà au grand malheur des citoyens (je blague, je crois pas qu'on en est rendus là...quoi que).

    • Claude Lachance - Inscrite 24 mai 2012 19 h 26

      C'est seulement que l'on crée des lois à volonté, dans le bas canada...bientot il y aura un carré jaune obligatoire, avec la photo du premier minus , que l'on devra porter bien en vue, à chaque sortie entre deux couvre-feux!!

  • François Laforest - Abonné 24 mai 2012 11 h 45

    Jean Charest n'est que la vitrine d'un malaise plus profond

    Le premier ministre se comporte comme celui qui joue son va-tout.
    Dans le cas présent, «ce n'est pas le doute qui rend fou mais la certitude» comme le disait Nietzche.

  • Dan Larue - Inscrit 24 mai 2012 11 h 48

    L'Exemple vient de haut...

    << Les associations étudiantes (...) devront le faire dans le respect des lois du Québec en matière de financement électoral. >>

    En suivant l'exemple du PLQ en la matière ?

  • Etienne Boivin - Inscrit 24 mai 2012 12 h 01

    Hein??

    Les associations étudiantes ne sont pas des partis politiques, à ce que je sache... En quoi est-ce que ces dispositions de la loi électorale les concernent?

    J'avoue ne pas comprendre la démache du DGE.

    • Claude Lachance - Inscrite 24 mai 2012 14 h 45

      Lui non plus.