Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Loi 78: Charest est déçu de la position de la CLASSE

    22 mai 2012 13h42 |La Presse canadienne | Québec
    Selon Jean Charest, la loi 78 est juste parce qu’elle permettra de faire retomber la poussière tout en encadrant le droit de manifester.
    Photo: Clément Allard - Le Devoir Selon Jean Charest, la loi 78 est juste parce qu’elle permettra de faire retomber la poussière tout en encadrant le droit de manifester.
    Québec — Le premier ministre Jean Charest s’est dit très déçu, aujourd'hui, de la décision de la CLASSE de défier la loi 78. M. Charest, qui assistait à un diner-conférence, à Québec, de Jacques Rogge, président du Comité international olympique, a aussi condamné les récents affrontements à Montréal.

    Il a tenu à rappeler que tous les citoyens étaient égaux devant la loi. Le premier ministre a défendu la légitimité de la législation, faisant valoir qu’elle a été votée par un Parlement légitimement élu.

    Selon M. Charest, la loi est juste parce qu’elle permettra de faire retomber la poussière tout en encadrant le droit de manifester, comme cela se pratique dans de nombreux pays.

    M. Charest n’a pas donné de signaux à l’effet qu’il pourrait convoquer les leaders étudiants à nouveau, mais il a dit que la porte est toujours ouverte.

    La loi adoptée par l’Assemblée nationale va être appliquée, a-t-il aussi affirmé.

    Charest attaque Khadir

    M. Charest s’en est aussi pris à Amir Khadir, porte-parole de Québec solidaire, qu’il a accusé de s’être associé au mouvement de désobéissance civile.

    M. Khadir est un cas particulier d’irresponsabilité, a dit M. Charest.

    Plus tôt aujourd'hui, M. Khadir a dit que, contrairement à ce qu’il laissait entendre au cours des jours précédents, Québec solidaire (QS) respectera la loi 78 et n’incitera pas à la désobéissance civile.

    Le comité de coordination nationale de QS, qui s’est réuni la fin de semaine dernière, a toutefois statué que le parti ne condamnera pas les personnes ou les organismes qui décideront de défier pacifiquement la loi.

    L’autre coporte-parole de QS, Françoise David, a indiqué qu’une dizaine de membres du parti ont exprimé leur opposition face aux propos tenus par M. Khadir au cours des derniers jours. La majorité des membres sont toutefois en accord avec sa position, a-t-elle tenu à rappeler, en indiquant qu’un seul membre a décidé de quitter le parti politique.

    Selon Mme David, le député de Mercier n’a fait qu’indiquer qu’un débat sur la désobéissance civile était inévitable dans le contexte actuel.

    QS a décidé de donner son appui à la contestation juridique de la loi 78. Selon le parti, cette loi ne respecte pas les droits à la liberté d’expression, d’association et de manifestation inclus dans la Charte québécoise des droits et libertés.

    Peu après l’adoption de la loi 78 vendredi dernier, QS avait demandé aux Québécois «d’offrir une résistance concertée et réfléchie afin de rendre l’application de cette loi inopérante».

    Lessard n'est pas étonné

    Lors d’un point de presse à l’Assemblée nationale, le ministre des Affaires municipales Laurent Lessard a déclaré qu’il ne faut pas s’étonner si la loi 78 ne plaît pas à tout le monde.

    «Les gens n’aiment pas toutes les lois qu’on passe, mais en général, c’est le cadre le plus sécuritaire dans lequel on vit, a-t-il dit. S’il y en a qui veulent attaquer les lois, on a des tribunaux qui sont faits pour ça.»

    Sa collègue ministre des Relations internationales, Monique Gagnon-Tremblay, s’est inquiétée de l’image que le Québec projette à l’étranger à cause des manifestations qui durent depuis des semaines.

    «Tout ce qui se passe au Québec actuellement est très inquiétant, a-t-elle dit. Et j’espère qu’on va réaliser qu’au Québec, on vit dans une belle province où le droit doit avoir préséance sur tout ce que nous devons penser ou sur tout type de manifestation.»












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.