Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Manifestation à Victoriaville - Deux manifestants toujours hospitalisés dans un état grave

    La capitaine Jean Finet, de la Sûreté du Québec, a estimé que les policiers avaient bien fait leur travail au cours de cette soirée chargée et que leur plan de match sera à peu près le même pour le reste de la fin de semaine.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir La capitaine Jean Finet, de la Sûreté du Québec, a estimé que les policiers avaient bien fait leur travail au cours de cette soirée chargée et que leur plan de match sera à peu près le même pour le reste de la fin de semaine.
    Victoriaville - Deux jeunes hommes blessés lors de la manifestation d'hier soir à Victoriaville étaient toujours hospitalisés dans un état grave cet après-midi au Centre hospitalier affilié universitaire régional de Trois-Rivières (CHTR).

    L'un d'eux, âgé dans la vingtaine, demeure sous surveillance étroite à l'unité des soins intensifs, où il a été admis la veille, vers 23h30.

    Dans un bref communiqué de l'hôpital, on indique que son état de santé est stable, mais que le jeune homme devra être opéré après avoir subi des blessures à la tête et au visage. Il a perdu l'usage d'un oeil et souffre d'un traumatisme crânien léger.

    L'autre blessé, également âgé dans la vingtaine, demeure toujours sous observation à l'urgence. Il souffre de fractures au crâne et au visage ainsi que de contusions.

    Leur identité n'a pas été divulguée par l'hôpital pour respecter l'intimité des familles des victimes.

    Trois membres du collectif Lux Editeur, qui étaient sur place hier, ont indiqué sur le réseau social Facebook qu'un des manifestants blessés l'a bel et bien été «d'une balle de caoutchouc [qu'il a] reçu en plein visage.» Ils mentionnent que «la police a refusé d'envoyer une ambulance sur les lieux et nous a dit d'appeler le 911» et qu'elle aurait aussi «empêché les secouristes de faire leur travail en les gazant délibérément et les chargeant.»

    Un point de presse a été tenu en avant-midi à Victoriaville par les forces policières, la municipalité et le Centre de santé et de services sociaux d'Arthabaska-et-de-l'Érable, qui visait à faire le bilan des évènements survenus la veille.

    Josée Simoneau, du CSSS d'Arthabaska-et-de-l'Érable, a indiqué que neuf personnes ont été traitées à l'urgence pour des blessures subies lors des affrontements. De ce nombre, trois sont des policiers, qui ont tous reçu leur congé.

    Par ailleurs, les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) ont procédé à quatre nouvelles arrestations aujourd'hui, dont à trois à titre préventif, à proximité du Palais des congrès de Victoriaville où se poursuit le Conseil général du Parti libéral du Québec (PLQ). Le quatrième individu, également en possession d'un masque et de bâtons, a été arrêté pour bris de conditions. Il était toujours détenu samedi après-midi.

    Ces arrestations surviennent au lendemain des manifestations de la veille qui ont tourné à l'émeute à Victoriaville entraînant 106 arrestations.

    Dans un bilan de la SQ samedi matin, le capitaine Jean Finet a indiqué que les policiers ont procédé à plusieurs arrestations à bord d'autobus de manifestants qui avaient été interceptés alors qu'ils rentraient à Montréal.

    La plupart de ces individus avaient été relâchés samedi avant-midi sous promesse de comparaître.

    Le maire de Victoriaville, Alain Rayes, a exprimé son désarroi devant les violences observées. Il s'est cependant dit heureux de constater que peu de dégâts matériels avaient été recensés dans sa ville, à l'exception du secteur du Palais des congrès.

    Selon la Sûreté du Québec, plus de 2000 personnes manifestaient dans le calme, vendredi soir, lorsque des casseurs se sont mis de la partie, en lançant toutes sortes de projectiles, dont des boules de billard. Les policiers anti-émeute ont riposté en ayant recours à des gaz irritants et des balles de caoutchouc.












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.